ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 17 Fevrier 2019

PLANETE - Publié le 28/01/2019 à 13:50


Climat: la grande migration des orques vers le nord


AFP

Indifférents aux plongeurs, une orque et son petit en quête de nourriture s'égayent entre les reliefs enneigés d'un fjord norvégien: le hareng, mets favori de l'épaulard, abonde, mais le réchauffement oblige le prédateur et sa proie à migrer toujours plus loin vers le nord.

Les eaux claires et tranquilles du Reisafjorden, dans l'extrême-nord de la Norvège, sont récemment devenues le jardin d'hiver de la population locale d'orques.

À trois degrés au-dessus de zéro, l'océan y est à température idéale pour les harengs qui, en prévision de la période harassante de frai vers février/mars, ont fait du gras et se présentent, dodus, à l'appétit des voraces cétacés.

Selon une technique bien huilée, les orques encerclent un banc de harengs, les entraînent vers la surface puis les étourdissent à l'aide de leur puissantes nageoires caudales.

"Ensuite ils se partagent le festin", ne consommant que les parties nobles du poisson (oeufs, chair et laitance), explique Pierre Robert de Latour, fondateur de l'association Orques sans frontières, à bord d'un navire consacré à l'observation des mammifères.

"C'est une nourriture extrêmement facile à attraper, disponible en grand nombre, très énergétique", détaille le naturaliste.

En vingt ans toutefois, les harengs ont migré 300 kilomètres plus au nord, désertant les îles Lofoten pour trouver pendant une période suffisamment longue des eaux à moins de six degrés nécessaires à leur reproduction.

Les orques, qui à l'occasion boulottent phoques ou petites baleines, ont dû suivre.

"On a vu une modification du circuit migratoire du hareng (...). On peut légitimement penser que le réchauffement climatique responsable de la montée de la température des eaux a poussé les harengs toujours plus au nord", déplore Pierre Robert de Latour.

"À long terme, ils vont chercher à grimper encore plus au nord. Si le stock venait à en être affecté en nombre, ce serait une catastrophe écologique pour les baleines, les orques, les oiseaux marins, les morues", s'alarme-t-il.

- 'Pouponnière' -

Paradoxalement, la population des orques vivant le long des côtes norvégiennes semble prospérer. Pierre Robert de Latour l'estime à quelque 1.500 individus, un doublement en deux décennies.

La zone "est une véritable pouponnière, grâce à l'abondance de la ressource", assure-t-il.

Certains scientifiques avancent le chiffre de 3.000 orques dans une zone allant du nord du pays scandinave jusqu'à l'archipel du Svalbard et au littoral est du Groenland, devenu plus accessible à mesure que la banquise recule.

Outre le réchauffement, la pêche et l'afflux de touristes embarqués par des sociétés privées pour observer les cétacés et plonger à leurs côtés menacent le bien-être des orques.

"Les orques et les navires de pêche se disputent le hareng depuis des décennies" sans que cela empêche la population d'épaulards de croître, tempère Tore Haug, directeur des recherches sur les mammifères marins à l'Institut de recherche marine de Tromsø.

L'écotourisme est en plein essor dans la région. Et il n'est pas rare que plusieurs bateaux chargés de dizaines de plongeurs amateurs cabotent dans un même fjord, approchant les cétacés à quelques mètres seulement.

"Les autorités norvégiennes ont l'intention de mettre en place une règlementation" à ce sujet, indique Tore Haug.

"L'observation des cétacés est un bon moyen pour sensibiliser et éduquer la population sur ce que sont ces animaux et leur vie dans les océans, mais l'excès peut à terme aboutir à certaines gênes", reconnaît Pierre Robert de Latour, lui-même guide naturaliste.

Il y a plus de 15 ans, l'orque le plus célèbre du cinéma mourait dans un fjord norvégien.

Mâle capturé en 1979 au large de l'Islande à l'âge estimé de deux ans, Keiko avait passé le plus clair de son existence dans des parcs d'attraction maritimes, avant de devenir une vedette hollywoodienne en faisant son apparition en 1993 dans "Sauvez Willy".

Relâché après une massive campagne internationale, Keiko avait élu domicile en Norvège --un des seuls pays au monde à pratiquer la chasse à la baleine-- où il est mort en décembre 2003, à l'âge de 27 ans.

Everest: la Chine interdit aux touristes son camp de base au Tibet
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
Action en justice contre la chasse au dauphin au Japon
Le zoo de Chester diffuse de rares images de pangolins géants
Fukushima: un robot confirme la possibilité de soulever du combustible fondu
Les énergies renouvelables progressent en Europe
La Zambie veut abattre 2000 hippopotames, les ONG indignées
Une rare panthère noire photographiée en Afrique
Des bases américaines menacées par le changement climatique
Prédire la floraison des cerisiers, très sérieuse mission au Japon
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Everest: la Chine interdit aux touristes son camp de base au Tibet
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
Découverte de la chambre funéraire d'un noble inca au Pérou
Maladies chroniques : et si on prescrivait des activités physiques sur ordonnance ?
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
L'empire contre-attaque ou le retour de Microsoft au sommet
Microbiote: à la découverte de notre jardin intérieur
Cuba: l'internet mobile disponible à partir de jeudi
Climat: une ado en colère plaide en faveur des générations futures
Une lettre d'Einstein sur Dieu vendue 2,89 millions de dollars
Attaque sur les petits écrans: le boom des jeux vidéo sur mobile en Afrique
Naissance du premier bébé grâce à une greffe d'utérus d'une donneuse décédée
L'hiver est là, le charbon brûle, les Balkans suffoquent
Premier vol habité à destination de l'ISS depuis le lancement raté
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.039 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.