ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 22 Avril 2019

PLANETE - Publié le 28/01/2019 à 13:51


Corée du Sud: échec de la tentative de réduire la pollution chinoise avec de la pluie artificielle


AFP

Une tentative de créer de la pluie artificielle en Corée du Sud pour lutter contre la pollution de l'air a échoué, a annoncé lundi le gouvernement, qui manque de solutions face à ce problème de santé publique largement attribué à la Chine.

De nombreux Sud-Coréens ont reproché aux usines chinoises la responsabilité d'un grave épisode de pollution qui a récemment plombé l'air pendant trois jours.

Vendredi, l'Administration météorologique coréenne (AMC) a fait décoller un avion dans l'espoir de provoquer de la pluie en ensemençant les nuages avec des particules d'iodure d'argent.

L'idée était que ces précipitations artificielles entraînent dans leur chute les particules de pollution.

Les premières évaluations de cette expérience sont cependant décevantes, a indiqué lundi l'AMC.

Une pluie faible et brumeuse a été détectée pendant quelques minutes, a précisé l'agence, mais "aucune précipitation conséquente n'a été observée".

"En dépit de sa réussite ou de son échec, cet essai était une occasion d'accumuler les technologies nécessaires en vue d'une commercialisation plus rapide de l'ensemencement de nuages", a-t-elle poursuivi. Un rapport complet sur cette expérience est attendu en février.

Le problème de la pollution de l'air n'est pas aussi grave en Corée du Sud qu'en Chine, plus grand pollueur du monde qui suffoque régulièrement dans un air irrespirable.

En Chine, le charbon génère notamment les trois quarts de l'énergie, selon l'Agence internationale de l'énergie.

Mais la situation est suffisamment préoccupante pour que le président sud-coréen Moon Jae-in ait demandé la semaine dernière à ses conseillers de traiter le sujet comme "une catastrophe naturelle".

Il a appelé à une meilleure coopération avec Pékin, évoquant "de graves inquiétudes concernant les +poussières fines+ venues de Chine", en référence au nom utilisé en Corée du Sud pour désigner les particules fines dites PM2,5, considérées comme les plus nocives pour la santé.

Les Chinois font cependant des progrès. D'après une étude récente, les niveaux urbains de PM2,5 ont été réduits en moyenne de près d'un tiers sur quatre ans.

Mais les taux restent largement supérieurs aux recommandations par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Et les niveaux de pollution en Corée du Sud grimpent parfois, quand les vents transportent ces particules PM2,5 par dessus la mer qui sépare les deux pays.

La Corée du Sud a fermé cinq centrales à charbon vieillissantes en 2018 pour tenter d'améliorer la qualité de son air.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Des résidus radioactifs dans les glaciers
Fourrure: la Norvège va interdire les élevages d'ici 2025
Dans l'est du Tchad, une eau rare livrée par des colporteurs
Ecologique et esthétique, la renaissance de la pierre sèche
Tri des déchets: le gouvernement pointe du doigt des fast-foods en retard
Thaïlande: replanter la mangrove contre l'érosion et pour sauver un temple
L'Italie propose d'interdire l'abattage des loups
L'Indonésie veut fermer l'île de Komodo pour protéger les dragons
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Des archéologues ajoutent l'urine à leur boîte à outils
Argentine: découverte d'un cimetière de dinosaures datant de 220 millions d'années
L'un des plus grands mammifères terrestres découvert au Kenya
Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
Vivre comme sur Mars? Une base ouvre dans le désert chinois
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.044 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.