ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 17 Juillet 2019

SANTE - Publié le 30/01/2019 à 12:23


Oiseau de nuit ou lève-tôt ? Une histoire de gènes


AFP

Si le réveil matinal est, pour vous, synonyme de torture, vous pouvez blâmer vos gènes, selon une étude publiée mardi dans la revue Nature Communication, qui en dénombre plus de 350 impliqués dans notre horloge biologique.

"Notre étude confirme que le fait d'être du matin ou du soir, est, au moins en partie, déterminé par des facteurs génétiques", explique à l'AFP Michael Weedon de l'Université d'Exeter, co-auteur de l'étude.

Outre qu'elle déculpabilise les lève-tard, cette étude permet d'en savoir plus sur "les mécanismes qui régulent l'horloge biologique des gens", ajoute le chercheur.

Cette horloge régule les fonctions primordiales du corps, du sommeil au système immunitaire en passant par la température du corps ou la faim. Et de nombreux travaux ont établi le lien entre son dérèglement et certaines maladies, à commencer par les maladies du coeur, le diabète ou Alzheimer.

Pour cette étude, Michael Weedon et son équipe ont analysé les données ADN de près de 700.000 personnes provenant de banques de données (UK Biobank et 23andMe) comparant les gènes des personnes qui se déclaraient "du matin" à ceux de celles qui se disaient "du soir".

Ils ont ensuite examiné les données de plus de 85.000 participants à la banque britannique (UK Biobank) dont les habitudes de sommeil avaient été enregistrées à l'aide de traceurs d'activité portés au poignet.

Résultats: les chercheurs ont mis en évidence 327 nouveaux emplacements de gènes (locus) influençant le chronotype (le fait d'être plutôt "couche-tôt" ou "couche-tard"). Alors que l'on n'en connaissait que 24.

Si ces gènes influenceraient bien l'heure de réveil naturel, ils n'auraient par contre aucun effet sur la qualité ou la durée du sommeil.

Les chercheurs indiquent également avoir constaté une corrélation entre le fait d'être génétiquement un "lève tard" et un risque plus élevé de schizophrénie ou de dépression, tout en insistant sur la nécessité d'approfondir les recherches.

Etre matinal pourrait également être synonyme de bien-être. Mais est-ce génétique ou simplement parce que nos modes de vie sont plus adaptés aux lève-tôt? L'étude ne résout pas ce mystère.

Et bien sûr, les gènes ne sont pas les seuls responsables des réveils difficiles, l'alimentation, l'exposition à la lumière artificielle, nos emplois et nos activités ne sont pas sans effet.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Trop de sucres dans la nourriture pour bébé, prévient l'OMS
Être stigmatisé dès le plus jeune âge à cause de son poids laisse des séquelles
La couverture vaccinale dans le monde stagne dangereusement selon l'ONU
AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année
VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement
Don du sang: la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois
Davantage de légumineuses, mais aussi de viande consommées dans le monde d'ici 10 ans
Arrêter l'alcool permettrait d'améliorer le bien-être mental des femmes
Soutenir l'agriculture locale serait bon pour notre santé mentale
Les relations néfastes pourraient être liées à une perte osseuse chez les femmes post-ménopausées
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.050 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.