ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 19 Septembre 2019

SEXO - Publié le 30/01/2019 à 12:24


La souffrance des filles serait sous-estimée face à celle des garçons


AFP

Des chercheurs de l'Université de Yale ont découvert que les adultes avaient tendance à prendre moins au sérieux la douleur des filles que celle des garçons.

Une étude publiée dans le Journal of Pediatric Psychology révèle une différence de réactions de la part des adultes lorsqu'ils sont face à la souffrance d'une fille ou d'un garçon. De manière générale, les gens pensent que ces derniers souffrent davantage que les filles.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs de Yale ont formé deux groupes d'adultes au hasard. Dans chaque groupe, les participants devaient regarder une même vidéo, celle d'un enfant de cinq ans, qui, lors d'une visite chez le médecin, recevait une petite piqûre au doigt.

Pour l'un des deux groupes, cet enfant s'appelait "Samantha", la désignant ainsi comme étant une fille. Pour l'autre groupe, l'enfant se prénommait "Samuel", le représentant dès lors comme un garçon.

Chacun des participants des deux groupes a été invité à évaluer la douleur de l'enfant. Le groupe pensant que l'enfant était un petit garçon a eu tendance à évaluer la douleur comme étant plus importante, que le groupe qui pensait regarder une fille.

Pour les chercheurs, cette différence d'appréciation serait liée aux comportements et traits de personnalité que l'on attribue aux garçons et aux filles dès l'enfance. Les garçons sont vus, dans l'inconscient collectif, plus robustes et stoïques, tandis que les filles sont perçues comme plus sensibles et émotives. 

Les chercheurs souhaitent désormais réaliser une étude plus approfondie. "Si les phénomènes observés dans nos études se généralisaient à d'autres contextes, cela aurait des implications importantes pour le diagnostic et le traitement. Tout biais dans les jugements sur la douleur serait extrêmement important car ils pourraient exacerber une offre de soins de santé inéquitable", explique Joshua Monrad, l'un des auteurs de l'étude.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Flirter à l'adolescence ne serait pas gage de bien-être, au contraire
L’orientation sexuelle n’est pas définie par un seul gène
La variabilité des cycles menstruels pourrait affecter la fiabilité des applis de fertilité
Les hommes qui souffrent de dysfonction érectile seraient moins productifs au travail
Une vie sexuelle active pourrait augmenter les chances de survie après un infarctus
Non, les hommes ne sont pas les seuls à aimer le porno
Règles: les coupes menstruelles, option sûre, efficace et économique
Serions-nous toujours attirés par le même type de personne ?
Le manque de sommeil chez les ados pourrait encourager les rapports sexuels non protégés
Les adolescentes LBGT seraient plus à risque de boire et de prendre des drogues
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
L'Etna à nouveau en éruption
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.079 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.