ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 17 Juillet 2019

SCIENCE - Publié le 30/01/2019 à 12:28


Le stress de la baleine à bec face aux sonars militaires


AFP

À l'instar des humains qui pratiquent la plongée, les baleines à bec peuvent souffrir de la maladie de décompression lorsqu'elles sont confrontées à des sonars militaires, confirment des chercheurs qui recommandent de limiter le recours à ces équipements en Méditerranée.

Le lien entre les échouages massifs de certaines espèces de baleines et les exercices militaires en mer utilisant des sonars de moyenne fréquence est «très clair», assure Yara Bernaldo de Quiros, de l'Université de Las Palmas de Gran Canaria, en Espagne.

Elle signe avec 20 autres spécialistes des cétacés une étude parue mercredi dans la revue Proceedings of the Royal Society B, qui fait le point sur la question.

Les scientifiques se sont concentrés sur le cas des baleines à bec, notamment celle de Cuvier. Ces mammifères marins très discrets, qui passent la majeure partie de leur temps sous l'eau, sont des champions de la plongée, à la fois en profondeur et en durée d'apnée.

Un échouage de cétacés est qualifié de «massif» lorsque deux individus ou plus viennent mourir sur le rivage dans la même zone géographique et sur une durée rapprochée.   

«Alors que les échouages massifs de baleines à bec étaient très rares avant les années 1960, ils se sont nettement accrus avec le développement de sonars à moyenne fréquence» (4,5-5,5 kHz) utilisés par les navires militaires pour détecter des sous-marins, souligne l'étude.

Entre 1960 et 2004, 121 échouages collectifs de baleines à bec ont été recensés. La baleine de Cuvier est l'espèce la plus touchée avec 61 échouages collectifs.  

Si la simultanéité entre ces événements et les exercices navals a commencé à être repérée dès la fin des années 1980, la raison médicale de la mort des cétacés n'a été établie qu'après l'échouage massif de 14 baleines à bec en 2002, sur une île des Canaries lors d'un exercice naval de l'OTAN.

«Bulles de gaz»

L'autopsie des cétacés, menée dans la foulée par l'équipe d'Antonio Fernandez de l'Université de Las Palmas, a révélé des lésions correspondant à la maladie de décompression. Celle-ci est due à la formation de bulles de gaz, notamment d'azote, dans les tissus et les vaisseaux suite à des changements de pression.

Mais pourquoi ces «as de la plongée» seraient-ils confrontés au même mal que le plongeur qui ne respecte pas les consignes de sécurité ? «Nous pensons que c'est en raison du stress», indique Yara Bernaldo de Quiros.

«Vraisemblablement, les baleines prennent peur» et «s'éloignent très vigoureusement» de la source du bruit, dit-elle. «La réponse au stress prend le pas sur le comportement habituel de plongée».

De l'azote s'accumule dans le corps des cétacés, des bulles de gaz se forment et peuvent provoquer une embolie ou une détérioration des organes.

Préoccupé, le Parlement européen a appelé en 2004 à adopter un moratoire sur le déploiement de ces sonars militaires de forte intensité.

«Seule l'Espagne a adopté ce moratoire, qui est appliqué uniquement dans les eaux des Canaries», dans l'Atlantique, relèvent les chercheurs de l'étude. «Depuis le début de ce moratoire en 2004, aucun échouage massif de baleines à bec n'a été détecté aux Canaries», se félicitent les chercheurs, qui recommandent «un moratoire sur les sonars moyenne fréquence dans les régions où des échouages massifs continuent à se produire, comme la Méditerranée».

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Égypte: ouverture au public de deux nouvelles pyramides
Le plus vieil Homo sapiens non africain a été retrouvé
Envie de musarder utile cet été ? Faites des sciences participatives
Une tête de Toutankhamon vendue à Londres malgré la colère de l'Égypte
2014, année charnière en Antarctique... mais on ignore pourquoi
Une gigantesque tête de loup vieille de 32.000 ans découverte en Sibérie
Les plus vieilles traces d'usage de cannabis découvertes en Asie centrale
Les poissons aussi ont des chagrins d'amour
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
En Bolivie, ces tours funéraires pré-inca qui ont survécu au passage du temps
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.053 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.