ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 25 Avril 2019

RECHERCHE - Publié le 16/02/2019 à 15:09


Une étude américaine souligne la dangerosité du Roundup


AFP

Une vaste méta-analyse a montré que l'exposition au glyphosate -- le produit chimique qui n'est autre que l'ingrédient principal du désherbant Roundup de Monsanto -- pourrait augmenter le risque de développer certains cancers de plus de 40%.

Cette nouvelle analyse, menée par des chercheurs de l'université de Washington, s'est intéressée aux études sur le glyphosate publiées entre 2001 et 2018, en se concentrant sur les groupes de personnes les plus exposées dans chaque étude et en prenant aussi en compte des preuves glanées suite à des expériences menées en laboratoire sur animaux.

Les résultats, parus dans la revue Mutation Research/Reviews in Mutation Research, montrent que le lien entre le glyphosate et le lymphome serait plus fort que ce que pensaient précédemment les chercheurs, l'exposition à ce produit chimique étant liée à un risque accru de 41% de développer la maladie.

"Notre analyse visait à offrir la meilleure réponse possible à la question de savoir si le glyphosate était cancérogène", a noté l'auteur de l'étude Lianne Sheppard. "Après ces recherches, je suis encore plus convaincue qu'il l'est".

Les scientifiques ont noté que des analyses précédentes étaient arrivées à des résultats mitigés et n'arrivaient pas à prouver le risque accru de cancer chez l'homme en lien avec ce produit chimique.

Cependant, les chercheurs ont tenu à ajouter que leurs résultats étayent des méta-analyses précédentes. Et le co-auteur Rachel Shaffer de commenter que "ces recherches offrent l'analyse la plus à jour du glyphosate et de ses liens avec le lymphome non-hodgkiniens, incorporant une étude de 2018 menée sur plus de 54.000 personnes travaillant dans l'épandage de pesticides."

"Ces résultats s'alignent avec les évaluations précédentes émanant du Centre international de recherche sur le cancer qui avait classé le glyphosate comme 'probable produit cancérogène humain' dès 2015." On notera que le CIRC est une agence qui dépend de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les auteurs ont aussi reconnu que leur analyse montrait un risque accru de lymphome aussi parce qu'ils s'étaient concentrés sur les groupes de personnes les plus exposées à cette substance.

Le glyphosate est le désherbant à "large spectre" le plus utilisé au monde, et a été introduit comme désherbant en 1974. Son utilisation par l'industrie agricole a explosé au cours des années 1990, mais il n'est surveillé et pointé du doigt par de nombreuses associations que depuis quelques années du fait de lien établi avec la survenue de cancers chez les personnes les plus exposées à ces produits.

En France, son utilisation par les collectivités dans les espaces ouverts au public est interdite depuis le 1er janvier 2017 et son usage est banni depuis le 1er janvier 2019 pour tous les usages non professionnels, en particulier pour les jardiniers amateurs.

Les chercheurs de l'université de Washington recommandent de mener de plus amples recherches sur le sujet, notamment parce que depuis la moitié des années 2000 une pratique agricole a émergé. Elle préconise l'épandage d'herbicides à base de glyphosate peu de temps avant les récoltes, ce qui signifie que les récoltes d'aujourd'hui sont susceptibles d'afficher un plus fort taux de résidus chimiques que celles analysées au cours des études passées en revue par les chercheurs. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Sclérose en plaques : une molécule synthétique pourrait améliorer le quotidien des patients
Quand des cerveaux de porcs continuent de fonctionner après leur mort
Vieillissement: stimuler les ondes du cerveau pour préserver un type de mémoire
Des chercheurs créent des molécules à fort potentiel pour traiter le virus Zika
Réduire l'obésité et la consommation d'alcool pour prévenir 30.000 cas de cancer du sein en 10 ans
Les acides gras oméga 3 pourraient diminuer les symptômes des enfants asthmatiques
Une écossaise insensible à la douleur grâce à une rare mutation génétique
Même en faible quantité, la viande rouge serait néfaste pour la santé
Et si le cerveau humain continuait à fabriquer de nouvelles cellules malgré la vieillesse?
La consommation de légumes colorés permettrait de réduire le risque de cataracte
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Repérer les déchets plastiques marins par satellite
Un incident sur la capsule de SpaceX pourrait retarder son premier vol habité
Y-a-t-il une heure idéale pour faire de l'exercice ?
Sclérose en plaques : une molécule synthétique pourrait améliorer le quotidien des patients
Quels sont les facteurs qui dictent nos principes moraux ?
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.030 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.