ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 24 Juillet 2019

RECHERCHE - Publié le 16/02/2019 à 15:11


L'usage du cannabis à l'adolescence associé à un risque accru de dépression à l'âge adulte


AFP

Une équipe constituée de chercheurs de l'université de McGill au Canada et de l'Université d'Oxford au Royaume-Uni s'est penchée sur 11 études internationales relatives au lien entre l'usage du cannabis à l'adolescence et le risque aggravé de dépression, d'anxiété et de tendances suicidaires entre 18 et 32 ans.

Ces études concernent un total de 23.317 participants âgés de 18 ans ou moins.

Publiés en ligne dans la revue JAMA Psychiatry, les résultats mettent en évidence que les adolescents fumant du cannabis semblent témoigner d'un risque accru de dépression et de tendances suicidaires plus tard dans la vie. En revanche, les chercheurs rapportent une faible association avec l'anxiété.

Les chercheurs notent que le risque à un niveau individuel demeure modérément bas. Cependant, étant donné que l'usage du cannabis reste très répandu parmi les adolescents, le nombre de jeunes personnes susceptibles d'être concernées rend la situation plus grave.

L'équipe a observé que le risque accru de développer des symptômes dépressifs pouvait concerner 400.000 ados aux États-Unis, 25.000 au Canada et près de 60.000 au Royaume-Uni.

"Nous nous sommes intéressés aux effets du cannabis car son usage est très répandu parmi les jeunes et que ses effets à long terme sont mal connus", écrit l'un des auteurs de l'étude, le professeur Andrea Cipriani. "Nous avons pris soin de sélectionner les meilleures études réalisées sur le sujet depuis 1993 et avons pris en compte uniquement celles dont la méthodologie était pertinente dans l'exclusion de facteurs confondants tels que la dépression prémorbide".

"Ces constatations relatives à la dépression et aux pensées suicidaires sont importantes en termes de pratiques cliniques et de santé publique. Si la gravité des effets du cannabis varie selon les individus et qu'il est impossible de prédire le risque exact pour chaque adolescent, l'usage courant du cannabis chez les jeunes en fait un sujet important de santé publique", ajoute Cipriani.

"Un usage régulier à l'adolescence est associé à de moins bons résultats à l'école, à la dépendance, à la psychose et à un déclin neuro-psychologique conduisant à un risque aggravé d'accident de la route, ainsi qu'à des problèmes respiratoires causés par la fumée".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
Les prothèses auditives pourraient aussi prévenir le vieillissement cérébral
L'apathie, un symptôme encore trop sous-estimé chez les patients atteints d'Alzheimer
La musique pourrait calmer autant que les sédatifs avant une anesthésie locale
Alzheimer : des scientifiques tentent d'expliquer pourquoi la maladie touche plus les femmes que les hommes
Des chercheurs français identifient un mécanisme cellulaire impliqué dans les grossesses pathologiques
Des chercheurs français ouvrent la voie à une nouvelle génération d'antibiotiques
La pollution atmosphérique serait responsable d'un vieillissement prématuré des poumons
Des chercheurs créent un logiciel pour prédire la performance des athlètes
Des chercheurs éliminent le virus du sida chez des souris infectées
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une sonde indienne en route vers la Lune
L'escargot, une calamité devenue poule aux oeufs d'or en Thaïlande
Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.058 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.