ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 24 Juillet 2019

SANTE - Publié le 16/02/2019 à 15:13


Maladies chroniques : et si on prescrivait des activités physiques sur ordonnance ?


AFP

Pour cette multitude de patients, il s'agit d'éviter, selon les cas, des hospitalisations, des récidives, voire d'augmenter leur survie ou plus simplement de réduire par la fréquence de symptômes (asthme), des douleurs (arthrose des membres inférieurs), bref d'améliorer la qualité de vie.

"L'activité physique doit être prescrite de façon systématique et aussi précocement que possible dans le parcours de soin" recommande, à propos des maladies chroniques étudiées, un groupe d'experts réunis par l'Inserm.

Leur travail d'"expertise collective" assorti de recommandations (au total, 805 pages), demandé par le ministère des Sports, a été rendu public jeudi.

Les experts recommandent également que "l'activité physique, soit prescrite --avant tout traitement médicamenteux-- pour la dépression légère à modérée, le diabète de type 2 (le plus courant, ndlr), l'obésité", et l'artérite des jambes.

On sait qu'il convient de recommander une pratique régulière d'activité physique adaptée aux personnes atteintes d'une maladie chronique. Mais, "dire +faites donc un peu d'activité physique+, ce n'est pas suffisant", souligne Béatrice Fervers, experte pour le cancer à Lyon.

Les experts préconisent de développer les partenariats avec les organisations de loisirs (fédérations sportives, clubs, associations...) pour accompagner les patients.

En cardiologie, "pour le post-infarctus, seulement 30% des patients éligibles sont orientés en centre de réadaptation (réentraînement à l'effort) pour bénéficier de programmes adaptés", déplore Thibaut Guiraud.

"On manque de place, de structures, la prévention secondaire (une fois la maladie apparue, ndlr) est un luxe", dit à l'AFP cet expert du chapitre cardiovasculaire. D'où l'idée de développer des structures plus légères, en plus des centres.

La réadaptation cardiaque fondée sur l'activité physique induit une baisse de 30% de la mortalité d'origine cardiovasculaire, de 26% de la mortalité totale et une diminution de 31% du risque de réhospitalisation, d'après le rapport.

"Avec le vieillissement et l'allongement de l'espérance de vie, le nombre de personnes atteintes d'une ou plusieurs maladies chroniques ne cesse de s'accroître", constatent-ils. Elles concernent 20 millions de personnes et plus encore seraient à risque. Un risque favorisé par des habitudes néfastes (malbouffe, sédentarité, tabagisme...).

Pour le cancer du sein, d'après des études sur plusieurs centaines de milliers de patientes, l'activité physique entraîne une réduction d'environ 40% de la mortalité globale, de 30-35 % la mortalité spécifique (liée à la tumeur) et de 25 à 30% du risque de récidive et les chiffres sont à peu près équivalents pour le cancer du colon, selon indique le Dr Fervers.

"On a tous les arguments aujourd'hui pour rembourser" ces prescriptions personnalisées d'activité physique, commente l'un des experts, Grégory Ninot. "Aux décideurs de trouver les meilleures solutions".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Un usage abusif des réseaux sociaux et de la télévision pourrait favoriser la dépression chez les ados
Journée mondiale de la malbouffe : comment déjouer le piège d'une consommation excessive ?
Trop de sucres dans la nourriture pour bébé, prévient l'OMS
Être stigmatisé dès le plus jeune âge à cause de son poids laisse des séquelles
La couverture vaccinale dans le monde stagne dangereusement selon l'ONU
AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année
VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement
Don du sang: la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois
Davantage de légumineuses, mais aussi de viande consommées dans le monde d'ici 10 ans
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une sonde indienne en route vers la Lune
L'escargot, une calamité devenue poule aux oeufs d'or en Thaïlande
Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.061 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.