ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 25 Avril 2019

RECHERCHE - Publié le 21/02/2019 à 20:20


Star des remèdes traditionnels, une plante japonaise intéresse désormais la science


Relaxnews

Les remèdes de grand-mère laissent souvent les scientifiques dubitatifs. Mais il arrive que la science appuie une croyance populaire: des chercheurs ont découvert qu'une plante japonaise réputée bonne pour la santé contenait une substance qui pourrait peut-être aider à lutter contre le vieillissement.

Traditionnellement, cette plante, l'ashitaba (Angelica keiskei, de son nom scientifique) est parée de nombreuses vertus dans l'archipel nippon, qui n'ont toutefois pas été confirmées par des essais cliniques.

Si les effets de l'ashitaba restent donc à démontrer, une étude publiée mardi dans la revue Nature Communications a mis en évidence qu'elle contenait une substance favorisant un mécanisme de nettoyage et de recyclage des cellules.

Appelé "autophagie", ce processus permet d'éviter une accumulation de déchets dans les cellules. Le dérèglement de ce processus, qui diminue avec l'âge, peut mener à de nombreuses pathologies, dont des maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou Parkinson.

"C'est toujours plaisant de découvrir que des remèdes portés par une tradition populaire ont un bien-fondé scientifique", dit à l'AFP l'un des auteurs de l'étude, le professeur Frank Madeo, spécialiste de bioscience moléculaire à l'université de Graz (Autriche).

Lui et son équipe ont focalisé leurs recherche sur les flavonoïdes, des substances qu'on trouve dans les plantes.

Ils ont identifié un flavonoïde présent dans l'ashitaba, le DMC (pour 4,4'-dimethoxychalcone) et ont découvert qu'il favorisait le processus d'autophagie sur des cellules de levure.

Ils ont ensuite appliqué ces tests à des cellules de vers et de mouches.

"De façon remarquable, un traitement au DMC a prolongé la durée de vie moyenne de ces organismes d'environ 20%", selon l'étude.

Les chercheurs ont également testé le DMC sur des cellules issues de coeurs de souris ainsi que sur plusieurs types de cellules humaines. Ils ont également conclu qu'il pouvait ralentir leur vieillissement.

"Cette expérience semble suggérer que les effets du DMC pourraient s'appliquer à l'humain, bien qu'il faille être prudent et attendre de vrais essais cliniques", a assuré le Pr. Madeo à l'AFP.

En 2016, le Japonais Yoshinori Ohsumi avait reçu le prix Nobel de médecine pour ses travaux sur l'autophagie, qui ont donné des clés essentielles à la compréhension du renouvellement des cellules, du vieillissement et de la réponse du corps à la faim et aux infections.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Sclérose en plaques : une molécule synthétique pourrait améliorer le quotidien des patients
Quand des cerveaux de porcs continuent de fonctionner après leur mort
Vieillissement: stimuler les ondes du cerveau pour préserver un type de mémoire
Des chercheurs créent des molécules à fort potentiel pour traiter le virus Zika
Réduire l'obésité et la consommation d'alcool pour prévenir 30.000 cas de cancer du sein en 10 ans
Les acides gras oméga 3 pourraient diminuer les symptômes des enfants asthmatiques
Une écossaise insensible à la douleur grâce à une rare mutation génétique
Même en faible quantité, la viande rouge serait néfaste pour la santé
Et si le cerveau humain continuait à fabriquer de nouvelles cellules malgré la vieillesse?
La consommation de légumes colorés permettrait de réduire le risque de cataracte
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Repérer les déchets plastiques marins par satellite
Un incident sur la capsule de SpaceX pourrait retarder son premier vol habité
Y-a-t-il une heure idéale pour faire de l'exercice ?
Sclérose en plaques : une molécule synthétique pourrait améliorer le quotidien des patients
Quels sont les facteurs qui dictent nos principes moraux ?
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.038 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.