ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 24 Juillet 2019

RECHERCHE - Publié le 21/02/2019 à 20:21


Une brève anesthésie générale subie pendant l'enfance ne perturberait pas le développement


Relaxnews

Des chercheurs de l'Institut de recherche australien Murdoch ont pour la première fois mené un essai randomisé contrôlé relatif aux effets de l'anesthésie générale sur le cerveau des enfants âgés de 5 ans.

Les chercheurs ont examiné 722 bébés en Australie, en Italie, aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada, aux Pays-Bas et en Nouvelle-Zélande, pour la plupart de sexe masculin et d'un âge postmenstruel (APM) inférieur à 60 semaines, un âge auquel le cerveau est très vulnérable.

Les bébés devaient tous subir une opération visant à corriger une hernie inguinale, un acte chirurgical commun à cet âge. Au hasard, on leur a fait subir une anesthésie générale (363 enfants) ou locale (359 enfants), des protocoles qui n'ont entraîné aucune séquelle au cerveau chez des animaux témoins.

La durée moyenne de l'anesthésie générale était de 54 minutes.

À 5 ans, un âge auquel les résultats des tests d'intelligence sont de forts indicateurs des aptitudes futures des enfants, ceux-ci ont été évalués par des psychologues. Le QI, la mémoire, l'attention, les fonctions exécutives (facultés de mémoire, de contrôle des impulsions et de planification), ainsi que le comportement ont été étudiés.

Les résultats, publiés dans The Lancet, ne montrent pas de différence significative entre le QI des enfants ayant subi une anesthésie générale, dont le score moyen était de 98,87, et ceux ayant subi une anesthésie locale, dont le score moyen est de 99.08.

Les résultats des tests neurocognitifs ne présentent pas non plus de différences significatives.

Les observations se vérifient toujours après la prise en compte du stade de développement du bébé à la naissance, du pays de naissance et d'autres paramètres.

Aux yeux des chercheurs, cette étude offre la preuve la plus solide à ce jour qu'une brève anesthésie est inoffensive dans le développement des jeunes enfants.

Ils rappellent toutefois que certains biais, comme le fait que 84% des bébés testés étaient de sexe masculin, nécessitent la confirmation de ces résultats chez les filles, ainsi que chez les enfants ayant subi une anesthésie plus longue/plusieurs ou différents types d'anesthésies.

"Près de la moitié des anesthésies générales subies par les très jeunes enfants durent moins d'une heure. Nos résultats devraient donc rassurer les professionnels de la santé et les millions de parents dont la progéniture doit passer par cette étape, pendant une opération ou à la pose d'un diagnostic, dans le monde entier chaque année", résume le professeur Andrew Davidson, le principal auteur de l'étude.

La dangerosité des anesthésiants a été le sujet de nombreuses études récentes aux résultats contradictoires.

L'observation d'un plus grand nombre de cellules mortes lors d'études menées sur des animaux avait suscité des inquiétudes grandissantes quant aux effets sur le développement du cerveau.

Une étude australienne publiée l'an dernier, consacrée à 211.978 enfants en bonne santé, a conclu que ceux qui avaient subi une anesthésie générale en bas âge obtenaient plus tard de moins bons résultats scolaires que les autres enfants. En revanche, une autre étude publiée à la même époque n'avait pas conduit à penser que  l'anesthésie avant l'âge de trois ans affectait les capacités intellectuelles. Les chercheurs ont toutefois noté que d'autres aspects du développement cérébral pouvaient être affectés par une exposition répétée.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
Les prothèses auditives pourraient aussi prévenir le vieillissement cérébral
L'apathie, un symptôme encore trop sous-estimé chez les patients atteints d'Alzheimer
La musique pourrait calmer autant que les sédatifs avant une anesthésie locale
Alzheimer : des scientifiques tentent d'expliquer pourquoi la maladie touche plus les femmes que les hommes
Des chercheurs français identifient un mécanisme cellulaire impliqué dans les grossesses pathologiques
Des chercheurs français ouvrent la voie à une nouvelle génération d'antibiotiques
La pollution atmosphérique serait responsable d'un vieillissement prématuré des poumons
Des chercheurs créent un logiciel pour prédire la performance des athlètes
Des chercheurs éliminent le virus du sida chez des souris infectées
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une sonde indienne en route vers la Lune
L'escargot, une calamité devenue poule aux oeufs d'or en Thaïlande
Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.066 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.