ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 25 Mars 2019

SANTE - Publié le 28/02/2019 à 14:01


Des plantes pour soigner le palu ? Inefficace et irresponsable, dénonce l'Académie de médecine


AFP

L'Académie nationale de médecine a mis en garde mardi contre les "dangers" de l'utilisation des feuilles séchées d'Artemisia pour le traitement et la prévention du paludisme, dénonçant les allégations "scientifiquement incertaines et irresponsables" de ceux qui promeuvent cette phytothérapie.

L'artémisinine, la substance active issue de l'Artemisia annua, est recommandée pour traiter le paludisme en association avec d'autres médicaments à l'action plus prolongée. Mais l'utilisation de cette plante seule, en poudre ou en tisane, n'a aucune garantie d'efficacité et risque d'aggraver l'émergence de formes résistantes de la maladie, souligne l'académie dans un communiqué.

Aussi, la société savante médicale "demande que cesse une campagne de promotion organisée par des personnalités peut-être bien intentionnées mais incompétentes en paludologie".

Elle vise principalement l'association française La Maison de l'Artemisia, qui promeut la plantation et la commercialisation de cette plante dans plusieurs pays d'Afrique où l'accès aux médicaments anti-paludéens est insuffisant et entend "prouver que l'artemisia, prise en tisane et cure d'une semaine, peut soigner efficacement le paludisme".

"Ces associations ont réussi à entraîner dans leur sillage des célébrités non médicales de tous horizons, à bénéficier d'une audition à l'Assemblée nationale et d'échos médiatiques qui s'amplifient depuis le début du mois de novembre", déplore l'Académie de médecine.

L'institution critique la méthodologie d'une étude publiée en décembre par la revue Phytomedicine, qui prétend démontrer la supériorité de l'Artemisia par rapport à un traitement classique (dit "combinaisons thérapeutiques à base d'artémisinine", ou CTA).

Selon l'Académie, le CTA n'a été donné aux patients que pendant trois jours et l'étude ne différencie pas les rechutes (patients pour qui le traitement n'a pas fonctionné) des réinfections (patients de nouveau piqués par un moustique infecté).

"La consommation d'Artemisia seule pendant 7 jours, par des litres de tisane de composition incertaine, expose les jeunes enfants impaludés à un risque élevé d'accès pernicieux", une complication grave du paludisme qui se traduit par une atteinte du système nerveux pouvant mener au décès, s'alarme l'académie.

De plus, cette monothérapie favorise l'émergence de souches de parasites résistantes, "alors qu'aucune molécule n'est actuellement disponible pour remplacer l'artémisinine dans les CTA", souligne-t-elle.

Le paludisme, ou malaria, est causé par un parasite transmis par les moustiques de la famille des anophèles.

Selon l'OMS, 219 millions de cas et 435.000 décès ont été recensés en 2017, des chiffres qui ne diminuent plus depuis 2015. 80% de ces cas se concentrent dans une quinzaine de pays d'Afrique subsaharienne et en Inde.

Pour lutter contre cette maladie, l'OMS recommande l'utilisation des moustiquaires, d'un diagnostic rapide et des traitements par CTA. "L'utilisation continue de monothérapies à base d'artémisinine par voie orale est considérée comme un facteur majeur contribuant au développement de la résistance à l'artémisinine et ses dérivés", souligne-t-elle.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Un régime alimentaire pauvre en calories aide à réguler le système immunitaire
La pratique d'un sport en équipe associée à une réduction des risques de dépression chez les garçons de 9-11 ans
Journée nationale du sommeil : comment trouver son rythme idéal ?
Poissons panés: trop d'additifs, d'arômes et de sucres ajoutés, dénonce la CLCV
Ebola en RDC: un cas confirmé à Bunia, une des grandes villes de l'Est
Les lingettes contenant un conservateur toxique ne doivent pas être utilisées sur les fesses des bébés
Papillomavirus: appel pour la vaccination des filles mais aussi des garçons
Possible d'éradiquer la tuberculose en 25 ans, avec de l'argent
Boire du thé très chaud augmente les risques de cancer de l'œsophage
La grippe à l'origine de 7.200 décès, l'épidémie bientôt terminée
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La Nasa diffuse des photos du grand météore que personne n'avait vu
Canada: un T-Rex découvert en 1991 est le plus grand au monde
Pourquoi nos messages aux extraterrestres restent sans réponses ?
Les requins, une famille plus menacée que prévu
Un régime alimentaire pauvre en calories aide à réguler le système immunitaire
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Dans la violente Ciudad Juarez, réhydrater des cadavres pour les identifier
Une technique de poterie millénaire remise au goût du jour contre le gaspillage de l'eau
En Saône-et-Loire, une usine change les déchets en biogaz
Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!
L'UE sans plastiques à usage unique en 2021
Voix éraillée, robe balafrée: en France, un centre de soins pour cloches blessées
Indonésie: l'incroyable odyssée d'un enfant handicapé pour aller à l'école
En Chine, le marsouin du Yangtsé en survie précaire hors du fleuve
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.067 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.