ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 19 Mai 2019

SANTE - Publié le 28/02/2019 à 14:02


Avant le Brexit, le Royaume-Uni fait des provisions d'insuline


AFP

A un peu plus d'un mois du Brexit, le Royaume-Uni fait des provisions d'insuline pour être prêt en cas de divorce brutal avec l'Union européenne, où sont produits ces précieux médicaments.

3,7 millions de Britanniques, dont la Première ministre, Theresa May, sont diabétiques. Ils souffrent d'un trouble d'assimilation des sucres par l'organisme. L'insuline, une hormone normalement produite par le pancréas, leur permet de se soigner en régulant la glycémie.

Or le Royaume-Uni importe massivement ce produit vital et à quelques semaines d'un départ de l'UE encore nimbé d'incertitude, des malades s'affolent de possibles pénuries en cas de sortie sans accord de l'UE. Certains ont donc entrepris de se constituer des réserves, contre l'avis des autorités.

"J'ai commencé il y a environ deux mois", explique à l'AFP David Burns, un enseignant de 37 ans qui vit à Londres.

"Habituellement, j'allais chercher de l'insuline une fois par mois, maintenant j'en cherche toutes les deux semaines et je vais continuer jusqu'à ce que je sois assuré que tout ira bien. Mais nous nous dirigeons probablement vers un +no deal+", s'inquiète ce père de famille.

Londres et Bruxelles tentent toujours de réussir leur divorce. Aucune des deux parties ne souhaite une rupture sans accord, synonyme de rétablissement de contrôles douaniers et sanitaires et de possibles délais aux frontières. Mais la date prévue de Brexit, le 29 mars, se rapproche, et l'incertitude nourrit les craintes.

Au sein de l'association Diabetes UK, "nous entendons dire que les gens s'assurent d'avoir des réserves un peu plus importantes que d'habitude", note Robin Hewings, chef des politiques de l'association, interrogé par l'AFP.

- Produit vital -

M. Hewings ne redoute pas une "pénurie nationale" mais craint des problèmes localement.

Les groupes pharmaceutiques fournissant le Royaume-Uni ont pourtant pris les devants, dépassant les recommandations du gouvernement qui leur avait demandé de prévoir six semaines de stocks supplémentaires.

Le Danois Novo Nordisk, qui fournit plus de la moitié de l'insuline utilisée au Royaume-Uni, a ainsi doublé ses réserves dans le pays.

"Nous continuerons à constituer des stocks d'ici le 29 mars, date à laquelle nous nous attendons à atteindre environ deux fois et demi notre niveau normal de réserves (environ 17 semaines) en prévision d'une potentielle sortie sans accord", indique le groupe.

Le Français Sanofi, qui produit de l'insuline près de Francfort, en Allemagne, a également fait des provisions de médicaments, dont l'insuline, au Royaume-Uni, pour pouvoir tenir 16 semaines.

Son concurrent américain Eli Lilly dit aussi faire "tout son possible pour se préparer au Brexit" mais souligne que "des circonstances indépendantes de notre responsabilité pourraient perturber l'approvisionnement en médicaments".

"Un Brexit sans accord aurait pour effet de mettre fin complètement et brutalement à plusieurs décennies de partenariat entre le Royaume-Uni et l'UE sur la réglementation des médicaments et la surveillance de la sécurité des médicaments", prévient Eli Lilly.

Diabetes UK et une autre association, JDRF, ont appelé le gouvernement à fournir plus de détails sur ses préparatifs en cas de "no deal" pour lever les inquiétudes. Ils soulignent qu'outre l'insuline, les personnes diabétiques utilisent d'autres médicaments ou produits importés comme des aiguilles, des pompes à insuline, ou des dispositifs pour mesurer la glycémie.

De son côté, le ministère de la Santé se veut rassurant, saluant les efforts de l'industrie pharmaceutique.

"Nous sommes confiants que, si chacun fait ce qu'il doit faire, l'approvisionnement en médicaments ne sera pas interrompu en cas de no deal", a commenté un porte-parole du ministère interrogé par l'AFP.

Mais ces préparatifs sont loin de rassurer tous les malades: "Si je n'ai pas d'insuline, je pourrais tomber malade en quelques jours et mourir en quelques semaines", déclare M. Burns, "Je ne veux pas prendre ce risque".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les familles au niveau socio-économique élevé seraient davantage exposées aux substances chimiques
La capacité à détecter l'odeur de café pourrait aider à lutter contre l'addiction au tabac ou au cannabis
Orthorexie : une étude canadienne évalue les comportements à risque
Boire deux tasses de café par jour permettrait de vivre plus longtemps
La paternité tardive comporte des risques pour la mère et l'enfant à naître
Un sommeil de bonne qualité et un moral d'acier préservent la mémoire à court terme
Une étude chinoise établit un lien entre le diabète de type 2 et des risques élevés de cancers
Les élèves victimes de harcèlement scolaire seraient de plus gros consommateurs d'analgésiques
Des scientifiques développent un algorithme pour détecter l'anxiété chez les jeunes enfants
Un outil pour détecter la présence de bactéries en quelques minutes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Mayotte: naissance d'un nouveau volcan sous-marin à l'origine des séismes
Voir le trou noir fut comme reconstituer une chanson jouée sur un piano cassé, dit Katie Bouman
SpaceX reporte encore son premier lancement de satellites internet
Embrasse ta vache, le défi qui ne fait pas rire l'Autriche
La Chine à la recherche du manteau lunaire
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.031 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.