ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 25 Mars 2019

SCIENCE - Publié le 04/03/2019 à 12:10


Des hommes préhistoriques aimaient leurs chiens, jusque dans la tombe


AFP

Il y a quelque 6.000 ans, des communautés néolithiques vivant près de ce qui est aujourd'hui Barcelone aimaient déjà beaucoup leurs chiens, jusque dans la tombe.

Des preuves archéologiques mises au jour sur au moins quatre sites montrent que ces hommes préhistoriques et leur compagnons à quatre pattes vivaient ensemble, travaillaient ensemble, et partageaient le même régime alimentaire de graines et de légumes, selon une étude publiée récemment dans la revue Journal of Archaeological Science: Reports.

"Ces animaux étaient totalement intégrés dans ces communautés néolithiques", explique à l'AFP Silvia Albizuri, de l'Université de Barcelone.

Et ce statut spécial accordé aux canidés les suivait dans la tombe. Des squelettes partiels ou complets de chiens ont ainsi été retrouvés dans plus d'une vingtaine de tombes, placés avec soin aux côtés d'hommes, de femmes ou d'enfants.

Mais les animaux choisis pour passer l'éternité avec leurs maîtres en payaient le prix: ils étaient sacrifiés au moment des funérailles, selon l'étude.

Les restes retrouvés appartenaient à des chiens âgés de 1 à 6 ans, dont un quart entre 12 et 18 mois. "La sélection de chiots et d'animaux d'un an suggère un sacrifice", précise Silvia Albizuri.

La préférence de ces communautés pour les jeunes chiens pourrait aussi être liée à une réticence à perdre les animaux plus âgés déjà dressés notamment pour garder les troupeaux.

- Des chiens pas mangés -

L'absence d'entailles sur les os des chiens laisse également penser que leur chair n'était pas découpée ou mangée avant l'inhumation.

Des chiens et des hommes enterrés côte à côte ont déjà été retrouvés sur d'autres sites du Néolithique dans le nord de l'Italie et le sud de la France, mais la tombe de Bobila Madurell, juste au nord de Barcelone, contenait plus de chiens que les autres, note l'étude.

Selon les scientifiques, les chiens ont probablement d'abord été utilisés par les hommes pour chasser.

Puis quand les hommes se sont sédentarisés et ont commencé à cultiver la terre il y a 10.000 ans, ces canidés domestiques sont devenus des protecteurs contre les intrus ou les animaux sauvages, en particulier leur cousin sauvage, le loup.

Ces populations ont également domestiqué d'autres animaux comme les moutons ou les chèvres.

"Les chiens jouaient un rôle important dans l'économie des populations du Néolithique, en prenant soin des troupeaux et des lieux de vie", notent les chercheurs.

Les chiens de taille moyenne (50 cm de haut pour 15 kilos) décrits dans l'étude ressemblent "aux chiens de berger des Pyrénées actuelles", note Silvia Albizuri.

Les os de bétail retrouvés dans les sites des sépultures en Espagne étaient éparpillés de façon hétéroclite, une autre preuve de la place spéciale réservée aux canidés néolithiques.

Environ 5.000 ans avant notre ère, quelques communautés importantes vivaient dans le sud de l'Europe, où existaient aussi quelques plus petits villages dans les plaines ou sur les collines. Les archéologues ont également retrouvé des vestiges de fermes, d'abris temporaires et de silos pour stocker le grain.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Canada: un T-Rex découvert en 1991 est le plus grand au monde
Le physicien Marcelo Gleiser: La science ne tue pas Dieu
Mathématiques: le prix Abel attribué à une femme pour la première fois
Des lycéens enfilent la blouse de chercheurs pour étudier les tiques
Comment ragoûts et yaourts néolithiques ont sans doute conduit au f et au v
La peau s'expose à Paris
Chez les chimpanzés, la diversité culturelle aussi est victime des humains
L'intelligence des arbres décryptée par les chercheurs
Un document inédit d'Albert Einstein émerge du passé
Le Cern part à la recherche des particules associées à la matière noire
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La Nasa diffuse des photos du grand météore que personne n'avait vu
Canada: un T-Rex découvert en 1991 est le plus grand au monde
Pourquoi nos messages aux extraterrestres restent sans réponses ?
Les requins, une famille plus menacée que prévu
Un régime alimentaire pauvre en calories aide à réguler le système immunitaire
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Dans la violente Ciudad Juarez, réhydrater des cadavres pour les identifier
Une technique de poterie millénaire remise au goût du jour contre le gaspillage de l'eau
En Saône-et-Loire, une usine change les déchets en biogaz
Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!
L'UE sans plastiques à usage unique en 2021
Voix éraillée, robe balafrée: en France, un centre de soins pour cloches blessées
Indonésie: l'incroyable odyssée d'un enfant handicapé pour aller à l'école
En Chine, le marsouin du Yangtsé en survie précaire hors du fleuve
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.038 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.