ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 25 Mars 2019

PLANETE - Publié le 05/03/2019 à 12:05


Les vers, experts du recyclage aux champs comme à la ville


AFP

A 50 kilomètres de Paris, sous de grandes bâches noires, des centaines de millions de vers s'activent pour transformer de la bouse de vache en engrais.Ces experts du recyclage, bien connus des paysagistes, attirent les citadins soucieux d'alléger leurs poubelles.

Catherine Chevalier plonge ses ongles vernis dans le fumier, en ressort une poignée de silhouettes roses grouillantes, mécontentes d'être exposées à la lumière.

"Je ne peux pas toucher n'importe quel ver, mais ceux-là j'ai grandi avec", sourit la jeune femme de 32 ans.

Un an avant sa naissance, ses parents et sa tante ont démarré un élevage de vers dans l'espoir de dégager de nouveaux revenus pour sauver la petite exploitation familiale de Cléry-en-Vexin (Val-d'Oise), au nord-ouest de Paris.

Catherine Chevalier a pris leur suite en 2016 toujours aidée par sa tante. Conquise par les quelque 500 millions de vers, de types eisenia foetidia et eisenia andreï, qui travaillent pour elle. "Par tous temps et ils ne font jamais grève !"

Dans ses rangs, les vers transforment chaque année 300 tonnes de fumier en 150 tonnes de lombricompost, un engrais inodore qui nourrit les sols et revigore les plantes.

Un paysagiste du département voisin de l'Eure vient chercher 100 kg de ce fertilisant aux airs de café moulu, doté du label "utilisable en agriculture biologique".

"Depuis que j'utilise ça, j'ai beaucoup moins de pertes" dans les plantations, salue Nicolas Innemer.

La matière première du lombricompost est produite sur place. En ce mois de février, une poignée de veaux vaquent dans l'étable entre 15 charolaises et limousines nourries de paille d'orge, de foin et de pulpe de betterave.

"C'est ici que tout commence", plaisante l'éleveuse, qui récupère aussi du fumier de cheval pour alimenter ses vers.

La France compte une vingtaine de fermes lombricoles, selon les organisateurs des rencontres internationales de l'agriculture du vivant.

La plupart des producteurs qui s'étaient lancés en même temps que les parents de Catherine Chevalier ont abandonné, faute de débouchés.

"Dans les années 1980, remarque-t-elle, (le géant de l'agrochimie) Monsanto et d'autres étaient en plein essor. Les gens ne croyaient pas qu'on pouvait avoir les mêmes résultats avec le naturel que le chimique".

Son engrais séduit aujourd'hui mairies, particuliers - "de plus en plus de jeunes" - et jusqu'au potager du château de Versailles.

- Mise aux vers -

Ferme lombricole la plus près de Paris, elle voit aussi débarquer une clientèle nouvelle: sans jardin, mais dotée d'un lombricomposteur d'appartement qui coûte entre 60 et 80 euros, un système de bacs empilés pour recycler les déchets organiques.

Une centaine de personnes par an la sollicitent en quête de vers pour lancer leur lombricomposteur, voire le relancer, si leurs colocataires invertébrés ont trépassé.

Annexe pour elle, la fourniture de vers peut être florissante pour certains.

Entre son élevage et la vente de son lombricomposteur fabriqué en France, le chiffre d'affaires de la société Vers la terre, basée à Pézenas (Hérault), ne cesse de croître. Le gérant, Jean-Paul Nourrit, vendait "20 lombricomposteurs en 2007", vient d'en écouler 16.000 en trois ans et prévoit 12.000 ventes en 2019.

A l'origine d'un "modèle économique qu'il a fallu inventer et imposer", il ironise sur ces banques "qui nous suivent maintenant qu'on n'a plus besoin d'eux".

La société fournit notamment la capitale, qui aura offert d'ici à la fin de l'année 4.000 lombricomposteurs - et les vers qui vont avec - aux Parisiens volontaires.

Seuls "cinq ou six" cas de mortalité ont été rapportés à la municipalité, "principalement parce que l'appareil a été sorti sur le balcon par temps de gel ou de canicule".

D'autres collectivités proposent des lombricomposteurs gratuitement ou en échange d'une participation (20 euros à Angers, 45 à Annecy). Et les listes d'attente s'allongent.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les requins, une famille plus menacée que prévu
Chili: faire pousser des légumes dans le désert le plus aride du monde
Climat: les géants de l'énergie ont dépensé 1 milliard de dollars en lobbying depuis la COP21
Le plastique menace toute vie aux Galapagos
Bretagne: sous la mer, un patrimoine englouti à découvrir et valoriser
Maîtrise des quantités et réduction des emballages: le vrac a le vent en poupe
Un poisson-lune géant échoué au sud de l'Australie
Equateur: l'eau des volcans se raréfie, source d'angoisse pour les indiens
Au Chili, un lac rayé de la carte par la sécheresse
Plus de 1100 dauphins échoués sur la côte atlantique française depuis janvier
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La Nasa diffuse des photos du grand météore que personne n'avait vu
Canada: un T-Rex découvert en 1991 est le plus grand au monde
Pourquoi nos messages aux extraterrestres restent sans réponses ?
Les requins, une famille plus menacée que prévu
Un régime alimentaire pauvre en calories aide à réguler le système immunitaire
 LES PLUS LUS 
Beurk ou miam? La différence est plus dans la tête que dans l'assiette
Dans la violente Ciudad Juarez, réhydrater des cadavres pour les identifier
Une technique de poterie millénaire remise au goût du jour contre le gaspillage de l'eau
En Saône-et-Loire, une usine change les déchets en biogaz
Qu'est-ce que tu veux pour Noël? Un test ADN!
L'UE sans plastiques à usage unique en 2021
Voix éraillée, robe balafrée: en France, un centre de soins pour cloches blessées
Indonésie: l'incroyable odyssée d'un enfant handicapé pour aller à l'école
En Chine, le marsouin du Yangtsé en survie précaire hors du fleuve
Nos choix de carrière influencent notre personnalité
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.035 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.