ACCUEIL | FLUX RSS
Dimanche 19 Mai 2019

SANTE - Publié le 06/03/2019 à 11:27


Ethan, l'ado qui s'est rebellé contre sa mère anti-vaccins


AFP

Ni tétanos, ni polio, ni rougeole : Ethan Lindenberger a passé ses 18 premières années sans aucun vaccin. Mais en décembre, contre l'avis de sa mère, il est allé se faire vacciner, une rébellion qui lui a valu une invitation au Congrès américain.

«J'ai grandi avec une mère croyant que les vaccins sont dangereux, car elle en parlait ouvertement en ligne et en personne», a témoigné l'étudiant mardi devant des sénateurs américains, aux côtés d'experts et d'un responsable de la santé publique.

Le jeune homme est devenu en quelques semaines un héros des pro-vaccins aux États-Unis, où experts et élus débattent des «poches» de gens réfractaires, à l'origine de plusieurs foyers de rougeole en ce moment, comme dans d'autres pays tels le Madagascar, la France, le Brésil et l'Ukraine.

Pour Ethan Lindenberger, venu en costume-cravate, «ce fut une lente progression pour commencer à voir les preuves». «J'étais intrigué par le fait que tant de gens réfutaient ma mère» en ligne. C'est sur Facebook que sa mère se renseigne sur les vaccins.

Lui, au contraire, a commencé à s'informer auprès des CDC - les autorités sanitaires américaines - d'organisations de santé publique et de revues scientifiques.

Mais quand il montrait à sa mère les articles scientifiques montrant par exemple que le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) ne provoquait pas l'autisme, elle lui répondait : «C'est ce qu'ils veulent te faire croire».

Sa notoriété a pour origine en novembre une publication sur Reddit intitulée : «Mes parents sont un peu stupides et ne croient pas aux vaccins. Maintenant que j'ai 18 ans, où est-ce que je peux aller me faire vacciner ? Puis-je me faire vacciner à mon âge ?»

De nombreux vaccins sont théoriquement obligatoires aux États-Unis pour aller à l'école. Mais 47 des 50 États permettent des dispenses pour motifs «personnels», «philosophiques» ou «religieux». Dont le sien, l'Ohio.

Ethan a reçu des milliers de réponses, au point d'être repéré par plusieurs médias... et des sénateurs.

Quelques semaines après sa publication, il recevait les vaccins contre les hépatites A et B, la grippe, le tétanos et le papillomavirus. Depuis, dit-il, il a aussi reçu les vaccins ROR et contre la polio.

Désinformation sur Facebook

«J'aimerais bien être invité au repas de Thanksgiving dans votre maison», a ironisé le président de la commission, le républicain Lamar Alexander.

«Je salue votre esprit critique», a ajouté un autre sénateur, Tim Kaine.

La mère d'Ethan, elle, n'a pas témoigné publiquement.  

«Je continue à être aussi respectueux et gentil que possible, et à lui montrer la vérité», a-t-il dit après l'audition. «Je pense qu'elle comprend que c'est important pour moi. Cela suffit en soi à construire une relation».

De fait, le fils, qui vit avec son père et veut devenir pasteur, croit fermement que le refus vaccinal de sa mère partait d'un bon sentiment. Il en veut surtout aux sites et réseaux sociaux sur lesquels sa mère se renseignait, et qui multiplient les «anecdotes» à défaut d'études rigoureuses.

«Les gens ne réagissent pas vraiment aux chiffres et aux données», a-t-il dit. «Ma mère défendait sa position en disant qu'elle connaissait des gens et qu'elle avait vu des histoires. Mais corrélation n'est pas causalité».

L'élève est venu avec des idées. Selon lui, il faut répondre aux histoires personnelles par des histoires tout aussi personnelles sur les morts et complications des maladies infectieuses contre lesquelles des vaccins existent. «Si on convainc les parents que leurs enfants sont en danger», a-t-il plaidé, «on parviendra mieux à leur faire changer d'avis».

Il a quatre frères et soeurs plus jeunes, et tente de les persuader.

«À ce stade, ils commencent à pencher sérieusement de mon côté», confie Ethan Lindenberger.

Certains n'ont pas été touchés par les arguments du jeune homme. Au fond de la salle, des militantes anti-vaccins étaient venues de loin pour assister à l'audition.

L'une d'elles, Jena Dalpez, de l'État de Washington qui compte plus de 70 cas de rougeole depuis janvier, reste convaincue que les vaccins sont plus dangereux que les maladies contre lesquels ils protègent. Quand les enfants non-vaccinés sont infectés, dit-elle, leurs parents «connaissaient les risques».

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les familles au niveau socio-économique élevé seraient davantage exposées aux substances chimiques
La capacité à détecter l'odeur de café pourrait aider à lutter contre l'addiction au tabac ou au cannabis
Orthorexie : une étude canadienne évalue les comportements à risque
Boire deux tasses de café par jour permettrait de vivre plus longtemps
La paternité tardive comporte des risques pour la mère et l'enfant à naître
Un sommeil de bonne qualité et un moral d'acier préservent la mémoire à court terme
Une étude chinoise établit un lien entre le diabète de type 2 et des risques élevés de cancers
Les élèves victimes de harcèlement scolaire seraient de plus gros consommateurs d'analgésiques
Des scientifiques développent un algorithme pour détecter l'anxiété chez les jeunes enfants
Un outil pour détecter la présence de bactéries en quelques minutes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Mayotte: naissance d'un nouveau volcan sous-marin à l'origine des séismes
Voir le trou noir fut comme reconstituer une chanson jouée sur un piano cassé, dit Katie Bouman
SpaceX reporte encore son premier lancement de satellites internet
Embrasse ta vache, le défi qui ne fait pas rire l'Autriche
La Chine à la recherche du manteau lunaire
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.032 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.