ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 20 Mai 2019

SANTE - Publié le 14/03/2019 à 21:10


Pourquoi un cancer du sein récidive-t-il ? Une étude tente de mieux comprendre


AFP

Pour les femmes qui ont vaincu un cancer du sein plane l'ombre d'une récidive, parfois jusqu'à 20 ans après le premier diagnostic. Une étude parue mercredi s'attelle à identifier celles qui sont le plus à risque, pour mieux les traiter.

Certains des facteurs connus de risque de récidive sont l'âge de la patiente, la taille et la nature de la tumeur ou la présence de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques.

Mais le taux et les raisons de la récidive restent « mal compris », souligne une étude parue dans la revue Nature.

Pour tenter de mieux les comprendre, les chercheurs ont analysé les données de 3000 patientes britanniques et canadiennes chez lesquelles a été diagnostiqué un cancer du sein entre 1977 et 2005.

Toutes ces données ont été utilisées pour développer un modèle informatique qui a identifié quatre sous-groupes avec « un risque particulièrement élevé de rechute tardive » du cancer, selon l'auteure principale de l'étude, Christina Curtis, de l'université de Stanford (États-Unis).

Selon l'étude, un quart environ des femmes touchées par la forme la plus courante de cancer du sein avaient entre 42 et 55 % de risque de voir leur cancer récidiver dans les 20 ans à venir.

« Jusqu'à présent, on ne sait pas bien identifier ce sous-groupe de femmes qui pourraient bénéficier des dépistages ou des traitements », selon Christina Curtis.

L'étude ouvre en outre de nouvelles pistes pour des traitements additionnels du cancer du sein en identifiant des altérations génétiques dans chacun des quatre sous-groupes à risques. Ces altérations sont liées au processus de formation des tumeurs.

« Nombre de ces altérations peuvent potentiellement être ciblées par des thérapies, ce qui ouvre la porte à de possibles nouveaux traitements, bien que ça nécessite encore d'être vérifié dans le cadre d'essais cliniques », a indiqué Christina Curtis à l'AFP.

L'étude a en outre identifié des patientes pour lesquelles une récidive après cinq ans était improbable.

« Cela pourrait aider à améliorer le suivi et la classification des patientes, par exemple en déterminant lesquelles pourraient bénéficier de traitements plus longs ou différents », selon Christina Curtis.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les familles au niveau socio-économique élevé seraient davantage exposées aux substances chimiques
La capacité à détecter l'odeur de café pourrait aider à lutter contre l'addiction au tabac ou au cannabis
Orthorexie : une étude canadienne évalue les comportements à risque
Boire deux tasses de café par jour permettrait de vivre plus longtemps
La paternité tardive comporte des risques pour la mère et l'enfant à naître
Un sommeil de bonne qualité et un moral d'acier préservent la mémoire à court terme
Une étude chinoise établit un lien entre le diabète de type 2 et des risques élevés de cancers
Les élèves victimes de harcèlement scolaire seraient de plus gros consommateurs d'analgésiques
Des scientifiques développent un algorithme pour détecter l'anxiété chez les jeunes enfants
Un outil pour détecter la présence de bactéries en quelques minutes
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Mayotte: naissance d'un nouveau volcan sous-marin à l'origine des séismes
Voir le trou noir fut comme reconstituer une chanson jouée sur un piano cassé, dit Katie Bouman
SpaceX reporte encore son premier lancement de satellites internet
Embrasse ta vache, le défi qui ne fait pas rire l'Autriche
La Chine à la recherche du manteau lunaire
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.039 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.