ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 21 Mai 2019

SCIENCE - Publié le 14/03/2019 à 21:22


Des lycéens enfilent la blouse de chercheurs pour étudier les tiques


AFP

Arcadius, 16 ans, injecte avec précaution un liquide dans une pipette contenant une tique broyée: des lycéens de 1ère STL participent au tout premier stage en immersion "Tous chercheurs", à l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), à Champenoux (Meurthe-et-Moselle).

"Quand on manipule, on évite les chewing-gums: on peut postillonner et des trucs volatiles comme l'éthanol peuvent s'accrocher au chewing-gum", prévient Jonas Durand, ingénieur d'études en charge d'un groupe de lycéens.

Autour d'une paillasse, cinq garçons et deux filles, âgés de 16 et 17 ans, sur-blouse bleue sur blouse blanche, sabots en caoutchouc aux pieds, écoutent les consignes.

Le programme "Tous chercheurs" propose à des élèves et au grand public de participer pendant deux à trois jours à une expérience scientifique dans les mêmes conditions que les chercheurs, dans une aile spécialement aménagée de l'Inra.

Au menu de la matinée: "Extraire l'ADN contenu dans une tique pour détecter ou non la présence de la borrélia", pouvant être à l'origine de la maladie de Lyme, expose M. Durand.

La veille, le métier de chercheur et la vie de la tique ont été présentés à 21 élèves du lycée Arthur-Varoquaux à Tomblaine (Meurthe-et-Moselle), répartis en trois groupes. Puis, ils ont déterminé une question de recherche et proposé une approche expérimentale. Le troisième jour, ils présenteront les résultats obtenus.

Chacun s'est vu attribuer un ou deux acariens, envoyés dans le cadre du projet Citique. L'Inra collecte des tiques depuis l'été 2017 auprès des particuliers pour constituer une "tiquothèque" et mieux connaître le parasite.

Honorine, jeune fille blonde à lunettes, a hérité "d'une tique pleine de sang, très grosse, qui faisait toute la largeur du tube. Je me demande si elle a été récupérée sur un animal ou un humain", s'inquiète-t-elle.

Arcadius, "pas habitué à aller en forêt", ignorait l'existence de ces bestioles suceuses de sang, mais se dit très intéressé pour "trouver des réponses aux hypothèses qu'on a posées le premier jour".

- Approche pédagogique et coopérative -

Pendant la matinée, les tubes contenant les parasites à huit pattes, broyés, sont passés dans diverses machines (vortex, bain à sec, centrifugeuse), avant ou après l'adjonction de solutions différentes.

Clara, cheveux bruns attachés, prend des notes pour l'équipe et s'assure que le protocole, détaillé sur une feuille, est respecté.

Les adolescents s'approprient facilement la méthode et reproduisent les gestes, déjà enseignés en cours. "Attention, même si la pipette est vide, ne jamais la mettre sur le côté. C'est bien de prendre tout de suite l'habitude", conseille l'ingénieur.

"Ce type d'expérience rend plus concret ce qu'on essaie de leur inculquer au lycée et favorise le travail en équipe, les discussions", note Catherine Duval, professeur de biotechnologie.

L'immersion dans la peau d'un chercheur fait douter Damien, qui envisageait de se réorienter dans la cuisine. "Ce que l'on fait aujourd'hui compte plus que ce que l'on fait en cours, car ça va servir à d'autres. Ça prend une autre dimension, on s'investit davantage", dit l'adolescent.

"Même si on se trompe, ce n'est pas grave, l'erreur est humaine, et on peut aussi faire une découverte en se trompant", ajoute le garçon, qui participe avec entrain à toutes les étapes de l'extraction d'ADN.

Pour Pascale Frey-Klett, directrice de recherches à l'Inra, le projet "Tous chercheurs" a "une ambition pédagogique, car on utilise la démarche scientifique comme élément pour structurer l'esprit critique" et "une approche coopérative".

"Le citoyen a un savoir profane et une observation du quotidien qui enrichissent les discussions avec les chercheurs. Ensemble, ils co-construisent des propositions de recherches", ajoute-t-elle.

Et les résultats obtenus sont mis à la disposition des chercheurs de l'Inra.

Une dizaine de stages en immersion sur la thématique de la tique seront programmés chaque année.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Comment les mères bonobos aident leurs fils à se reproduire
Le nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur
Un autre dinosaure-oiseau tenait compagnie à l'Archéoptéryx
L'ancêtre commun des humains modernes et de Neandertal sans doute plus ancien qu'on ne croyait
Hyptiotes cavatus, l'araignée qui se catapulte vers sa proie
A base de plantes ou de cellules, les alternatives à la viande foisonnent
Pour protéger la nature et l'Homme, la science prône des changements profonds
Egypte: découverte d'un cimetière de l'Ancien Empire à Guizeh
Italie : enquête sur l'ADN de Léonard de Vinci à partir d'une mèche de cheveux
En quelques siècles seulement, les humains ont changé les chevaux
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le déclin des abeilles menace la sécurité alimentaire mondiale, selon la FAO
Au Chelsea Flower Show, des jardins du futur face au changement climatique
La neutralité carbone en France est possible, disent de grandes entreprises
Une montée des océans de 2 mètres plausible d'ici 2100
Comment les mères bonobos aident leurs fils à se reproduire
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Déforestation en Indonésie: plus de 1,3 milliard en amendes impayées
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
La NASA presse sur l'accélérateur pour un retour sur la Lune
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.045 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.