ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 25 Avril 2019

TECHNOLOGIES - Publié le 19/03/2019 à 15:23


Nouvelle étape du tour du monde du bateau laboratoire Energy Observer


AFP

Le bateau laboratoire Energy Observer, premier navire capable de produire son propre hydrogène, est reparti dans la nuit de lundi à mardi de Saint-Malo pour la deuxième étape de son tour du monde destiné à tester de nouvelles technologies énergétiques, a-t-on appris auprès des organisateurs.

Lors de sa première expédition commencée en juin 2017, ce laboratoire énergétique couvert de panneaux photovoltaïques (168 m2 désormais) a parcouru plus de 10.000 milles marins en France et en Méditerranée, utilisant principalement l'énergie solaire, mais aussi de l'hydrogène produit par électrolyse à partir de l'eau de mer.

Mais la partie éolienne de ce mix d'énergies renouvelables n'a pas été concluante, les deux éoliennes à axe vertical et l'aile de traction (kite) ne fonctionnant pas comme espéré, a expliqué à l'AFP le chef d'expédition Jérôme Delafosse.

Pour cette nouvelle étape qui les conduira vers la mer du Nord et la Baltique, le navire sera donc équipé mi-avril à Amsterdam d'ailes de 12 mètres d'envergure baptisées "Oceanwings", conçues par le cabinet d'architecture navale VPLP en s'inspirant des voiles des navires de la Coupe de l'America.

Ce sont des "ailes rigides, comme des ailes d'avion à la verticale" et "beaucoup plus simples d'utilisation qu'un kite", a indiqué M. Delafosse.

Ces ailes entièrement automatisées, rotatives à 360° et pouvant s'affaler devraient permettre d'augmenter la vitesse du navire et de soulager les moteurs, permettant ainsi la production d'hydrogène en mer.

"On utilise le vent, on soulage notre production et l'énergie solaire qu'on va recevoir, au lieu de la mobiliser pour propulser le bateau, on va l'envoyer dans l'électrolyseur, la chaine de production d'hydrogène", a précisé M. Delafosse.

Si cela devrait ainsi permettre au navire d'atteindre son objectif d'autonomie énergétique pour traverser ensuite l'Atlantique et le Pacifique pour terminer son tour du monde d'ici 2022, les porteurs du projet espèrent aussi que cette technologie puisse être adaptée aux cargos de transport maritime ou aux navires de croisières.

"Je crois profondément que ces ailes peuvent constituer une véritable rupture technologique dans la réduction des dépenses énergétiques des navires de commerce", insiste dans un communiqué Victorien Erussard, fondateur et capitaine d'Energy Observer. "Associées à l'hydrogène, c'est le combo gagnant pour un transport maritime propre."

L'hydrogène contient jusqu'à trois fois plus d'énergie par unité de masse que le gazole et 2,5 fois plus que le gaz naturel. De plus, sa combustion ne rejette ni CO2 ni particules fines, mais il est aujourd'hui produit principalement à partir d'énergies fossiles.

L'objectif d'Energy Observer est de montrer qu'il peut être produit à partir d'énergies renouvelables.

L'ancien catamaran de 30,5 m de long pour 12,80 m de large, était à l'origine un voilier de course construit en 1983 au Canada.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Les robots en action à la Cité des sciences
Le streaming de jeux vidéo, une fausse bonne idée?
Les robots permettent aux poissons et aux abeilles de communiquer entre eux pour la première fois
La réalité virtuelle à la rescousse dans la gestion des catastrophes
Streaming, manette, studio: Google veut révolutionner le jeu vidéo
Ces Cubains qui défient le gouvernement grâce aux réseaux sociaux
La cassette audio n'a pas dit son dernier mot
Nouvelle étape du tour du monde du bateau laboratoire Energy Observer
Première mondiale à l'aéroport de Lyon, qui lance un service de robot voiturier
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Repérer les déchets plastiques marins par satellite
Un incident sur la capsule de SpaceX pourrait retarder son premier vol habité
Y-a-t-il une heure idéale pour faire de l'exercice ?
Sclérose en plaques : une molécule synthétique pourrait améliorer le quotidien des patients
Quels sont les facteurs qui dictent nos principes moraux ?
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.042 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.