ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 17 Août 2019

RECHERCHE - Publié le 26/03/2019 à 17:55


Les équipements de gymnase contiennent des substances cancérogènes


AFP

Des chercheuses américaines publient un guide de bonnes pratiques à l'attention des gymnases afin de les inciter à remplacer les équipements qui contiennent des substances chimiques cancérogènes. Cosmétiques, aliments, accessoires en plastique...

De plus en plus d'études dénoncent la présence de substances chimiques potentiellement dangereuses qui se cachent dans les produits de notre quotidien. Parmi elles, des composés dits "retardateurs de flamme", additifs chimiques introduits dans des objets pour limiter les risques d'incendie.

Les retardateurs de flamme s'infiltrent dans l'air et la poussière et peuvent être inhalés, ingérés ou absorbés par la peau. Potentiellement cancérogènes, on les retrouve dans de nombreux équipements de gymnases, comme les poutres, les cubes en mousse ou les tapis, alerte cette nouvelle étude parue dans le journal Environment International.

"Les gymnastes sont particulièrement à risque parce qu'une grande partie de leur entraînement se déroule pendant l'enfance et l'adolescence, lorsque leur corps se développe et est vulnérable aux expositions chimiques", explique Courtney Carignan, épidémiologiste à la Michigan State University (Etats-Unis), ancienne gymnaste et auteure principale de l'étude.

Dans ces recherches, Courtney Carignan s'est associée à un gymnase américain situé dans le Massachusetts. Son équipe a prélevé des échantillons d'essuie-mains sur 10 gymnastes avant et après une séance d'entraînement de deux heures, puis les a testés sur plus d'une douzaine de produits chimiques ininflammables différents.

Se laver les mains avant et après chaque entraînement

Le gymnase a ensuite remplacé ses équipements par des dispositifs dénués de retardateurs de flamme. Les scientifiques ont prélevé une autre série d'échantillons d'essuie-mains des gymnastes et les ont analysés, à la recherche de retardateurs de flamme. Ces nouvelles analyses ont montré une nette diminution (5,4 fois moins) des niveaux de retardateurs de flamme comparés à ceux identifiés à l'issue du premier prélèvement. 

"Compte tenu des risques pour la santé et du fait que ces produits chimiques ne sont pas nécessaires, nous ne devrions pas exposer les jeunes gymnastes à ces substances nocives, surtout lorsqu'il existe des alternatives plus sûres", alerte Robin Dodson, co-auteure de l'étude et spécialiste de l'exposition environnementale à l'Institut Silent Spring.

Courtney Carignan et ses collègues ont créé un document d'orientation pour aider les gymnases à faire l'acquisition d'équipements dénués de retardateurs de flamme. Les gymnases peuvent également limiter l'exposition en incitant les athlètes et les entraîneurs à se laver les mains à l'eau et au savon après chaque entraînement et avant de manger.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Cancer du poumon : des chercheurs ont identifié deux voies distinctes de propagation
Deux traitements prometteurs contre le virus Ebola
Prescrire trop d'antibiotiques aux enfants pourrait leur faire plus de mal que de bien
Des scientifiques produisent une vodka de Tchernobyl non radioactive
Les lunettes de soleil à verres jaunes ne protégeraient pas les conducteurs nocturnes
Chez les filles, la puberté précoce favoriserait l'apparition des migraines
Offrir une large variété d'aliments type snacking aux enfants les incite à manger davantage
Prendre un bain chaud environ 90 minutes avant le coucher aiderait à mieux dormir
Une simple mèche de cheveux pour déceler la dépression chez les adolescents
Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique
La NASA se prépare pour Mars dans un champ de lave en Islande
Virgin Galactic dévoile son nouveau centre de contrôle et annonce ses derniers tests
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.061 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.