ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 19 Juin 2019

RECHERCHE - Publié le 26/03/2019 à 17:56


Les moments solitaires pourraient être bénéfiques aux adolescents


AFP

Des chercheurs américains ont montré que le fait de passer du temps seuls pouvait être positif pour les adolescents, et qu'il ne fallait pas forcément s'en préoccuper, au contraire.

Cette nouvelle étude, menée par des chercheurs de l'université de Californie, Santa Cruz et du Wilmington College, a fait appel à 803 adultes et 176 adolescents qui devaient répondre à un questionnaire développé par l'équipe de chercheurs.

Cette enquête demandait aux participants d'évaluer leurs motivations à rester seuls sur une échelle de un à quatre en choisissant des phrases telles que : "Passer du temps seul me ressource", "J'apprécie le calme", ou "Je ne me sens pas à l'aise avec les autres" ou "Je regrette les choses que je dis ou que je fais lorsque je suis avec les autres."

Leurs résultats, publiés dans le Journal of Adolescence, ont montré que le fait d'avoir le choix est un facteur clé pour que la solitude ait un effet positif sur la santé mentale de la personne.

Lorsqu'on imposait la solitude à des adultes ou des adolescents, peut-être parce qu'ils avaient été anxieux, ou comme forme de punition contre les ados, elle était associée à moins de bien-être, à un sentiment négatif de solitude, d'anxiété sociale et de symptômes dépressifs.

En revanche, si les participants choisissaient la solitude de leur plein gré, celle-ci semblait avoir des effets positifs sur le bien-être de la personne en étant associée à une meilleure acceptation de soi et à un enrichissement personnel.

"La solitude n'a pas la cote, surtout auprès des adolescents qui se trouvent estampillés comme solitaires ou asociaux", a noté la co-auteure Margarita Azmitia. "La solitude a parfois du bon. Sur le plan du développement, apprendre à être seul est une compétence, cela peut être rafraîchissant et régénérant."

Virginia Thomas, l'autre co-auteure de l'étude, a par ailleurs ajouté que la solitude pouvait donner des moments d'introspection et d'expression créative aux ados, et dans un monde contemporain rapide et ultra-connecté, un peu de solitude peut être bénéfique.

"Notre culture est partiale à l'égard de l'extraversion", a-t-elle noté, "lorsque nous décelons quelques signes de timidité ou d'introversion chez les enfants, nous nous soucions du fait qu'ils ne seront pas populaires. Mais nous négligeons de nombreux adolescents équilibrés qui sont parfaitement heureux seuls, et qui tirent parti de leur solitude."

"La question est de savoir comment être seul sans avoir le sentiment de passer à côté de quelque chose", a noté le professeur Thomas. "Pour de nombreuses personnes, la solitude est comme le fait d'exercer un muscle qu'elles n'ont jamais utilisé. Il faut le développer, le contracter et apprendre à utiliser le temps passé seul de manière positive."

Les chercheurs ont ajouté que les parents pouvaient jouer un rôle en aidant les enfants à apprendre à passer du temps seuls et que cela pouvait être quelque chose de bien.

"La solitude peut améliorer le bien-être des enfants surstimulés. Ils peuvent ainsi apprendre à réguler leur comportement, seuls, sans que personne ne leur dise", a commenté Margarita Azmitia.

"Les parents peuvent aider leurs enfants à comprendre qu'être seul n'est pas mal, et que cela ne signifie pas que personne ne t'aime." 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
Un nez artificiel conçu pour aider les médecins à identifier les tissus cancéreux pendant la chirurgie
Des millions de décès dus à une consommation insuffisante de fruits et légumes ?
La manière dont les hommes stockent les graisses peut influer sur leur risque de cancer de la prostate
Une nouvelle technique d'édition génétique évite les mutations non désirées
Les humains ingèrent des dizaines de milliers de particules de plastique par an, selon un rapport
On a trouvé la limite de l'endurance humaine
Consommer des myrtilles serait bon pour le coeur
Et si les scientifiques étudiaient aussi les femelles? L'appel d'une chercheuse
Des chercheurs évaluent la motivation pour se mettre au sport via une application mobile
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
Les fragments de Lune d'Apollo ont transformé la connaissance de l'univers
Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Un nez artificiel conçu pour aider les médecins à identifier les tissus cancéreux pendant la chirurgie
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.056 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.