ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 17 Août 2019

SANTE - Publié le 26/03/2019 à 17:57


Tennis elbow : des médecins japonais suggèrent une nouvelle piste de traitement


AFP

Une étude japonaise suggère une nouvelle piste de traitement non-invasif pour les patients qui souffrent d'épicondylite latérale, inflammation douloureuse des tendons du coude plus connue sous le nom de "tennis elbow". 

Cette blessure intervient souvent lorsqu'une rotation du poignet est effectuée à répétition, en manipulant une raquette en jouant au tennis, par exemple. On peut aussi se blesser en transportant des charges lourdes, en jouant du piano, mais aussi en effectuant des tâches de la vie quotidienne comme manipuler une souris d'ordinateur. 

Handicapant et douloureux, le tennis elbow peut se traiter de différentes manières : port d'une attelle, médicaments anti-inflammatoires, séances de kinésithérapie, auto-rééducation.... Mais pour certains patients, ces traitements s'avèrent inefficaces, les incitant parfois à se tourner vers la chirurgie, souvent prescrite en dernier recours.

Cette nouvelle étude présentée dimanche 24 mars lors du congrès annuel Society of Interventional Radiology (Austin, Texas) met en lumière une piste encourageante de traitement non-invasif.

Aucun effet indésirable

Les scientifiques à l'origine des travaux ont réalisé une étude auprès de 52 patients atteints de tennis elbow et pour qui aucun traitement n'est parvenu à soulager la douleur. Les patients ont reçu un traitement par embolisation artérielle transcathéter, méthode fiable et reconnue pour traiter des lésions en réduisant le flux sanguin anormal localisé dans la zone de l'inflammation. 

"Nous voulions voir si cette technique, déjà utilisée dans d'autres parties du corps, serait efficace pour traiter cette maladie courante et débilitante afin d'aider les gens à retrouver immédiatement une amplitude de mouvement que beaucoup d'entre nous tiennent pour acquise dans nos tâches quotidiennes", a expliqué Yuji Okuno, médecin et fondateur de la clinique Okuno (Japon) et auteur principal de l'étude.

Effectué sous anesthésie locale, l'examen ne dure qu'une heure environ. Un cathéter est déplacé sous la peau à travers le poignet jusqu'au coude, où les vaisseaux sanguins enflammés sont bloqués afin de stopper un débit sanguin excessif vers la partie affectée du coude.

Les patients qui ont bénéficié de ce traitement ont été suivis pendant plus de quatre ans, de mars 2013 à octobre 2017. Les médecins ont noté une réduction statistiquement significative de la douleur. Aucun effet indésirable n'a été observé et aucun patient n'a présenté d'effets négatifs sur les os, le cartilage ou les muscles environnants, notent les chercheurs. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une étude relie un excès de temps passé devant l'écran à un risque de surpoids chez les enfants
L'âge de la puberté, un indicateur de la future densité osseuse ?
Une étude montre que la combinaison cannabis-opiacés est associée à des taux élevés d'anxiété
Mort subite du nourrisson: des médecins strasbourgeois travaillent à un dépistage de bébés à risque
Respirer un air pollué serait aussi nocif pour les poumons que fumer un paquet de cigarettes par jour
Trop de café pourrait favoriser l'apparition des migraines
Stopper le tabac et surveiller son cholestérol réduirait les risques de démence
Un traitement antibactérien déjà disponible sur le marché pourrait aider à lutter contre le virus Ebola
Ils réussissent à imprimer des parties fonctionnelles du coeur
La micro-sieste : où la pratiquer, comment et quels bienfaits ?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique
La NASA se prépare pour Mars dans un champ de lave en Islande
Virgin Galactic dévoile son nouveau centre de contrôle et annonce ses derniers tests
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.056 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.