ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 9 Décembre 2019

INSOLITE - Publié le 26/03/2019 à 18:05


Une prof contraint ses étudiants à rédiger la thèse de sa fille


AFP

Une professeure d'université de Séoul a forcé ses élèves à écrire la thèse de sa fille pour lui permettre d'intégrer une école d'odontologie d'élite, dernier scandale en date à secouer un système éducatif sud-coréen ultra-compétitif.

Selon un rapport publié mardi par le ministère de l'Éducation, l'intéressée enseigne à la prestigieuse Université Sungkyunkwan et a contraint ses étudiants à mener une expérimentation d'une durée de trois mois, leur demandant même d'en falsifier les résultats.  

Sa fille avait publié l'étude dans une revue universitaire et l'avait signée de son nom. L'étude avait par la suite été incluse dans son dossier de candidature à l'école d'odontologie de l'Université nationale de Séoul, la plus haute institution du genre en Corée du Sud, et sa candidature avait été acceptée l'année dernière.  

Le pays est connu pour son système éducatif ultra concurrentiel. De la réussite scolaire dépend bien souvent la vie entière des futurs adultes. Elle leur ouvre la voie aux meilleurs emplois, à un statut sociable enviable et leur offre même des perspectives de mariage.  

Les parents s'efforcent de mettre leurs enfants dans les meilleures écoles et la presse se fait souvent l'écho d'épisodes de triche. L'année dernière, un enseignant soupçonné d'avoir volé les sujets d'examen pour ses filles avait été arrêté.  

Des personnalités politiques, dont la ministre de l'Éducation actuelle Yoo Eun-ha, se sont excusés par le passé pour des manquements éthiques en rapport avec l'éducation de leurs enfants. Mme Yoo avait reconnu avoir falsifié son adresse pour pouvoir inscrire sa fille dans une école primaire courue du centre de Séoul.

Dans la dernière affaire en date, le ministère de l'Éducation ajoute avoir demandé au parquet d'étudier d'éventuelles violations de la loi.  

«Le ministère de l'Éducation prévoit de demander à son université d'expulser la professeure», a dit un responsable.

Selon le ministère, l'intéressée avait demandé à une étudiante d'effectuer au nom de sa fille 54 heures de travail volontaire dans une école pour non voyants où elle avait traduit un ouvrage en braille. L'étudiante avait reçu pour ce travail 500 000 wons (590 $ CAN).  

En Corée du Sud, le volontariat est pris en compte par les universités dans les dossiers de candidature. 

La fille a également reçu divers prix universitaire pour des travaux réalisés par les étudiants de sa mère.

La presse sud-coréenne a souvent raconté les difficiles conditions de vie auxquelles sont soumis de nombreux étudiants, contraints de travailler de longues heures dans des laboratoires ou de réaliser des tâches domestiques pour leurs professeurs.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


600 bouteilles de cognac remontées d'une épave centenaire en mer Baltique
Italie: une truffe blanche adjugée 120.000 euros à la traditionnelle vente d'Alba
A 67 ans, une femme devient la plus vieille jeune maman de Chine
Un avocat de 2,5 kilos bat un record à Hawaii
Une famille attendait la fin des temps recluse dans une ferme
Des robots pole danseurs aux côtés des strip-teaseuses dans un club nantais
Un maire décrète l’obligation d’être en joie pendant une semaine
Chine: après les chats, voilà les bars... à canards
Un serpent à deux têtes découvert à Bali
Après le coq Maurice, des canards accusés de cancaner trop fort
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Entrepôt high-tech pour livrer au plus vite du frais dans la ville qui ne dort jamais
La permaculture marine au secours des huîtres
Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.118 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.