ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 17 Août 2019

SANTE - Publié le 26/03/2019 à 18:17


Bébés prématurés: le seuil de viabilité recule d'une semaine tous les 10 ans


AFP

La médecine a fait des pas de géants depuis les années 1980 pour la survie des bébés extrêmement prématurés, comme l'illustrent plusieurs études médicales parues cette semaine et concernant les Etats-Unis et la Suède.

Jusqu'aux années 1980, la médecine estimait que l'âge gestationnel minimum pour la viabilité était de 28 semaines, sur les 40 d'une grossesse normale (avant 37 semaines, les bébés sont catégorisés prématurés). A 28 semaines, les bébés ne font que 1.000 grammes.

Cette limite n'a cessé de reculer depuis, et des bébés minuscules survivent à 24, 23 voire 22 semaines. Ils pèsent alors un demi-kilo ou moins. Un bébé japonais a fait la une en février: il pesait 268 grammes à la naissance, à 24 semaines, et est sorti en bonne santé après cinq mois d'hospitalisation.

"Je fais ce métier depuis 40 ans, et j'ai vu le seuil de viabilité reculer d'une semaine tous les 10 ans dans mon hôpital", dit à l'AFP Edward Bell, médecin en néonatalogie et professeur de pédiatrie à l'Université de l'Iowa aux Etats-Unis.

La Suède détient sans doute le record mondial de survie: 77% des enfants nés entre 22 et 26 semaines en 2014-2016 ont survécu un an, a rapporté une étude publiée mardi dans la revue de l'Association médicale américaine (Jama).

Le pays s'est même amélioré: la survie était de 70% en 2004-2007.

Entre temps, la Suède a uniformisé les procédures et systématisé la réanimation des nouveaux-nés: intubation immédiate, administration de médicaments, et transfert rapide vers une unité de soins intensifs néonatals. Désormais 88% des accouchements prématurés se font dans des hôpitaux équipés d'une telle unité.

"Auparavant, face à un bébé né à 22 ou 23 semaines, un médecin pouvait dire qu'il ne valait pas la peine de faire quoi que ce soit", explique à l'AFP le médecin et professeur de pédiatrie Mikael Norman, coauteur de l'étude.

Pour les plus petits de 22 semaines, la survie est passée en une décennie de 3,6% à 20%. Pour ceux nés à 26 semaines, huit sur dix survivent.

- Etats-Unis en retard -

Depuis les années 1990, trois avancées majeures ont été l'invention de "surfactants" artificiels, qui remplacent une substance que les grands prématurés ne produisent pas encore dans leurs poumons et qui les aident à respirer; l'injection de stéroïdes à la maman juste avant l'accouchement, qui fait maturer les poumons du bébé d'une semaine en un jour; et les progrès des appareils respiratoires.

Ces techniques sont largement disponibles dans les pays développés, mais cela n'empêche pas d'importantes disparités, d'un pays voire d'un hôpital à l'autre.

En France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, la moitié environ des grands prématurés (moins de 26 ou 27 semaines) survivaient selon des études datant de quelques années.

Les Etats-Unis ne sont pas la Suède: le système de santé est très inégalitaire, ce qui change le suivi prénatal des femmes enceintes. Une étude dans Jama a montré que la ségrégation géographique entre Noirs et Blancs se reproduisait dans les hôpitaux, les prématurés noirs naissant dans des centres de moins bonne qualité.

Mais la survie progresse, même pour les bébés de moins de 400 grammes, qui sont très rares mais ont fait l'objet d'une autre étude dans Jama lundi.

13% des bébés de moins de 400 grammes et nés à 22-26 semaines dans 21 hôpitaux américains de 2008 à 2016 ont survécu. L'un d'eux pesait seulement 330 grammes.

Mais à cet âge, le risque de complications est élevé: les trois quarts montraient des retards de développement à deux ans.

"Cela montre que la survie est possible", dit Edward Bell, coauteur de l'étude.

"On ne peut pas dire nettement que ces bébés doivent toujours être réanimés, mais les parents doivent recevoir cette information et avoir leur mot à dire pour décider de la réanimation", poursuit le docteur.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une étude relie un excès de temps passé devant l'écran à un risque de surpoids chez les enfants
L'âge de la puberté, un indicateur de la future densité osseuse ?
Une étude montre que la combinaison cannabis-opiacés est associée à des taux élevés d'anxiété
Mort subite du nourrisson: des médecins strasbourgeois travaillent à un dépistage de bébés à risque
Respirer un air pollué serait aussi nocif pour les poumons que fumer un paquet de cigarettes par jour
Trop de café pourrait favoriser l'apparition des migraines
Stopper le tabac et surveiller son cholestérol réduirait les risques de démence
Un traitement antibactérien déjà disponible sur le marché pourrait aider à lutter contre le virus Ebola
Ils réussissent à imprimer des parties fonctionnelles du coeur
La micro-sieste : où la pratiquer, comment et quels bienfaits ?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Il neige du plastique dans les Alpes et l’Arctique
La NASA se prépare pour Mars dans un champ de lave en Islande
Virgin Galactic dévoile son nouveau centre de contrôle et annonce ses derniers tests
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.053 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.