ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 25 Avril 2019

TECHNOLOGIES - Publié le 27/03/2019 à 14:55


La réalité virtuelle à la rescousse dans la gestion des catastrophes


AFP

Photos de famille ou téléphone portable retrouvés au fond d'une poche, tatouages: comment identifier les centaines de victimes lors d'une catastrophe? Un jeu vidéo inédit plonge les secouristes dans une scène d'horreur virtuelle.

Développé par la Croix-Rouge internationale (CICR) à Bangkok pour généraliser les bons réflexes au niveau mondial, il vient d'être testé pour la première fois sur des experts de la police scientifique thaïlandaise.

Chanika Sookreang est l'un d'entre eux. "On doit collecter des preuves d'identité", raconte-t-elle, casque de réalité virtuelle sur les yeux, au milieu d'une quarantaine de policiers réunis dans un commissariat de Chonburi, entre Bangkok et Pattaya.

La scène d'horreur qu'elle visualise pourrait avoir été causée par l'explosion d'une bombe ou par un tsunami.

Housse mortuaire, appareil photo, pochettes plastique pour glisser papiers et objets personnels des victimes: à l'aide de joysticks, Chanika Sookreang saisit son équipement de police scientifique comme elle le ferait sur le terrain.

Elle avance ensuite de corps en corps au milieu d'une ville en ruines, prend des photos des tatouages, des visages, en cliquant sur les manettes, tandis que les autres policiers la regardent progresser sur un grand écran déployé dans la salle.

Pour guider la jeune femme, qui a couvert le tsunami de 2004 en Asie, une experte en médecine légale du CICR, Ivett Kovari, a fait le déplacement.

- "Crucial pour l'identification" -

"Quand les secouristes laissent derrière eux les objets personnels des victimes comme les téléphones ou les cartes d'identité (...) l'information est perdue à tout jamais", explique-t-elle aux participants.

"Ce que vous ramassez sur le terrain est crucial pour l'identification", insiste cette spécialiste hongroise, qui leur explique comment recenser les objets dans des sacs transparents correctement étiquetés.

Des dizaines d'experts en médecine légale de la Croix-Rouge internationale sont en poste à travers le monde pour aider à mettre en place des protocoles communs de gestion des catastrophes.

Pour les formations qu'ils organisent aussi bien dans des camps de réfugiés que dans des zones à fort risque sismique comme l'Indonésie, ils utilisaient jusqu'à aujourd'hui de lourds mannequins encombrants.

Le jeu, créé par un ancien militaire suisse passionné de jeux vidéo qui s'est appuyé sur de jeunes graphistes venus de cette industrie, va leur permettre de voyager plus léger - et de toucher un plus large public.

"Les formations dans des salles de classe c'est très bien, parce qu'on peut mettre ses collègues dans des sacs de morgue, sentir le poids du mort... Dans la simulation, on est en apesanteur, mais ce qu'on peut ajouter ce sont les facteurs de risques, comme la présence d'un animal ou des câbles électriques qui pendent", explique Christian Rouffaer, le chef de l'unité "réalité virtuelle" du CICR.

Lui et son équipe ont travaillé avec l'experte Ivett Kovari pour rendre leur simulation réaliste. Elle leur a même fait ajouter un rat qui surgit quand le joueur retourne un cadavre de femme, dont un bras se détache pendant l'opération de secours. "Car c'est ce qui peut se passer dans la réalité", explique-t-elle.

"Même quand on recrée une scène de catastrophe lors de nos formations, cela reste très stérile et propre", argumente-t-elle, ravie de pouvoir plonger ses stagiaires dans un univers chaotique au plus proche de la réalité.

- Prison surpeuplée et camp de réfugiés -

Le CICR a déjà développé plusieurs jeux de simulation: l'un a lieu dans une cellule de prison surpeuplée, alors qu'un des mandats de la Croix-Rouge est de rendre visite aux prisonniers; l'autre plonge une équipe de spécialistes dans un camp de réfugiés afin qu'ils puissent évaluer les besoins.

D'autres sont destinés à un usage grand public: un jeu porte sur les premiers secours, l'autre sur les réflexes à avoir en cas de séisme.

Le CICR avait aussi tenté de toucher le grand public avec un jeu vidéo de guerre, "Arma 3", qui avait suscité la polémique en 2017 lors de sa sortie.

Au-delà de la Croix-Rouge, l'utilisation de la réalité virtuelle dans un but de formation se multiplie, des hôpitaux à l'industrie.

Venu assister à l'opération du CICR, Nithi Bundhuwong, haut gradé de la police thaïlandaise, montre fièrement sur sa tablette son programme qui va transporter ses experts scientifiques dans une scène de crime très réaliste.

"Grâce à la réalité virtuelle, on peut simuler différents scénarios", se félicite-t-il.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Les robots en action à la Cité des sciences
Le streaming de jeux vidéo, une fausse bonne idée?
Les robots permettent aux poissons et aux abeilles de communiquer entre eux pour la première fois
La réalité virtuelle à la rescousse dans la gestion des catastrophes
Streaming, manette, studio: Google veut révolutionner le jeu vidéo
Ces Cubains qui défient le gouvernement grâce aux réseaux sociaux
La cassette audio n'a pas dit son dernier mot
Nouvelle étape du tour du monde du bateau laboratoire Energy Observer
Première mondiale à l'aéroport de Lyon, qui lance un service de robot voiturier
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Repérer les déchets plastiques marins par satellite
Un incident sur la capsule de SpaceX pourrait retarder son premier vol habité
Y-a-t-il une heure idéale pour faire de l'exercice ?
Sclérose en plaques : une molécule synthétique pourrait améliorer le quotidien des patients
Quels sont les facteurs qui dictent nos principes moraux ?
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.034 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.