ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 23 Mai 2019

RECHERCHE - Publié le 29/03/2019 à 22:16


Les acides gras oméga 3 pourraient diminuer les symptômes des enfants asthmatiques


AFP

Selon une nouvelle étude américaine, un apport riche en oméga-3 pourrait réduire les symptômes d'asthme infantile déclenchés par la pollution de l'air intérieur. Publiées dans The American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, ces recherches étudient le lien entre les acides gras oméga-3, que l'on trouve dans certains poissons (saumon, sardine, hareng) les noix, les fèves de soja ou encore l'huile de colza, et les acides oméga-6 (huile de tournesol, graines de sésame, viande blanche) sur l'asthme infantile provoqué par l'exposition à la pollution de l'air intérieur. 

"Il est de plus en plus évident que l'alimentation, en particulier les acides gras oméga-3 et oméga-6, peuvent jouer un rôle dans la santé pulmonaire", explique Emily Brigham, auteure principale de l'étude et professeure adjointe de médecine à l'université Johns Hopkins (Baltimore, Etats-Unis).

Les médecins à l'origine de l'étude ont observé 135 enfants âgés de 5 à 12 ans souffrant d'asthme pendant deux semaines sur une période de six mois. Environ un tiers des enfants souffraient d'asthme léger, un tiers d'asthme modéré et un troisième d'asthme grave. Leur régime alimentaire, leurs symptômes quotidiens et leur traitement contre l'asthme ont été évalués pendant plusieurs semaines. 

Moins d'oméga-6, plus d'oméga-3

L'étude a révélé que pour chaque gramme supplémentaire d'oméga-6 ingéré, les enfants avaient 29% plus de chances de se situer dans une catégorie d'asthme plus grave. Inversement, à chaque augmentation de 0,1 gramme des niveaux d'acides gras oméga-3 dans l'alimentation, les chercheurs ont constaté une diminution de 3 à 4 % de la probabilité de symptômes d'asthme diurnes.

Ces travaux suggèrent que les parents peuvent protéger les enfants contre les effets nocifs de la pollution de l'air intérieur en leur servant un régime riche en acides gras oméga-3, tout en réduisant les aliments riches en acides gras oméga-6.

L'étude comporte toutefois quelques limites : les données concernant l'apport en acides gras ont été auto-déclarées par les enfants, avec l'aide de leurs parents. S'agissant uniquement d'une étude d'observation, les  médecins qui l'ont dirigée n'ont donc pas pu prouver l'existence d'un lien de cause à effet avéré. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Sclérose en plaques : une campagne digitale pour soutenir la recherche
Sclérose en plaques : une molécule synthétique pourrait améliorer le quotidien des patients
Quand des cerveaux de porcs continuent de fonctionner après leur mort
Vieillissement: stimuler les ondes du cerveau pour préserver un type de mémoire
Des chercheurs créent des molécules à fort potentiel pour traiter le virus Zika
Réduire l'obésité et la consommation d'alcool pour prévenir 30.000 cas de cancer du sein en 10 ans
Les acides gras oméga 3 pourraient diminuer les symptômes des enfants asthmatiques
Une écossaise insensible à la douleur grâce à une rare mutation génétique
Même en faible quantité, la viande rouge serait néfaste pour la santé
Et si le cerveau humain continuait à fabriquer de nouvelles cellules malgré la vieillesse?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice
Faidherbia Albida, arbre refuge de l'agriculture sahélienne
A Cannes, la fin d'un faux récif de vieux pneus, une hérésie environnementale
En Irak, les marais misent sur l'écotourisme pour redevenir jardin d'Eden
Corée du Sud : retour de l'ibis nippon 40 ans après son extinction
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.056 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.