ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 22 Juillet 2019

RECHERCHE - Publié le 29/03/2019 à 22:16


Les acides gras oméga 3 pourraient diminuer les symptômes des enfants asthmatiques


AFP

Selon une nouvelle étude américaine, un apport riche en oméga-3 pourrait réduire les symptômes d'asthme infantile déclenchés par la pollution de l'air intérieur. Publiées dans The American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, ces recherches étudient le lien entre les acides gras oméga-3, que l'on trouve dans certains poissons (saumon, sardine, hareng) les noix, les fèves de soja ou encore l'huile de colza, et les acides oméga-6 (huile de tournesol, graines de sésame, viande blanche) sur l'asthme infantile provoqué par l'exposition à la pollution de l'air intérieur. 

"Il est de plus en plus évident que l'alimentation, en particulier les acides gras oméga-3 et oméga-6, peuvent jouer un rôle dans la santé pulmonaire", explique Emily Brigham, auteure principale de l'étude et professeure adjointe de médecine à l'université Johns Hopkins (Baltimore, Etats-Unis).

Les médecins à l'origine de l'étude ont observé 135 enfants âgés de 5 à 12 ans souffrant d'asthme pendant deux semaines sur une période de six mois. Environ un tiers des enfants souffraient d'asthme léger, un tiers d'asthme modéré et un troisième d'asthme grave. Leur régime alimentaire, leurs symptômes quotidiens et leur traitement contre l'asthme ont été évalués pendant plusieurs semaines. 

Moins d'oméga-6, plus d'oméga-3

L'étude a révélé que pour chaque gramme supplémentaire d'oméga-6 ingéré, les enfants avaient 29% plus de chances de se situer dans une catégorie d'asthme plus grave. Inversement, à chaque augmentation de 0,1 gramme des niveaux d'acides gras oméga-3 dans l'alimentation, les chercheurs ont constaté une diminution de 3 à 4 % de la probabilité de symptômes d'asthme diurnes.

Ces travaux suggèrent que les parents peuvent protéger les enfants contre les effets nocifs de la pollution de l'air intérieur en leur servant un régime riche en acides gras oméga-3, tout en réduisant les aliments riches en acides gras oméga-6.

L'étude comporte toutefois quelques limites : les données concernant l'apport en acides gras ont été auto-déclarées par les enfants, avec l'aide de leurs parents. S'agissant uniquement d'une étude d'observation, les  médecins qui l'ont dirigée n'ont donc pas pu prouver l'existence d'un lien de cause à effet avéré. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les prothèses auditives pourraient aussi prévenir le vieillissement cérébral
L'apathie, un symptôme encore trop sous-estimé chez les patients atteints d'Alzheimer
La musique pourrait calmer autant que les sédatifs avant une anesthésie locale
Alzheimer : des scientifiques tentent d'expliquer pourquoi la maladie touche plus les femmes que les hommes
Des chercheurs français identifient un mécanisme cellulaire impliqué dans les grossesses pathologiques
Des chercheurs français ouvrent la voie à une nouvelle génération d'antibiotiques
La pollution atmosphérique serait responsable d'un vieillissement prématuré des poumons
Des chercheurs créent un logiciel pour prédire la performance des athlètes
Des chercheurs éliminent le virus du sida chez des souris infectées
L'exercice physique réduirait l'anxiété chez les seniors traités par chimiothérapie
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
L'Etna à nouveau en éruption
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Le Kenya inaugure le plus grand parc éolien d'Afrique
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.057 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.