ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 16 Décembre 2019

SANTE - Publié le 29/03/2019 à 22:17


Le lien entre troubles bipolaires et maladies cardiovasculaires reste méconnu


AFP

Les personnes souffrant de troubles bipolaires ont plus de risques de développer des maladies cardiovasculaires, mais une nouvelle enquête montre que ce lien reste largement méconnu y compris des médecins et des patients concernés, alors que les connaissances sur la maladie en général progressent.

Si la quasi-totalité des personnes interrogées (94%) connaissent au moins de nom cette maladie psychiatrique, seuls 35% sont capables de la décrire correctement, conclut ce sondage mené par Odoxa à l'occasion de la journée mondiale des troubles bipolaires samedi.

Mais, par rapport à la précédente enquête réalisée en 2009, la connaissance de la nécessité de prendre un traitement à vie progresse de 7 points et la proportion de personnes évaluant correctement l'âge de début de la maladie augmente de 14 points, soulignent la Fondation Fondamental, l'association de patients et de proches Argos 2001 et le Collège de la médecine générale.

D'autres aspects de la maladie restent toutefois obscurs pour la population mais aussi pour les personnes concernées. Ainsi en va-t-il de l'association entre troubles bipolaires et maladies cardiovasculaires.

"79% des Français et 68% des médecins généralistes l'ignorent! Et ce taux reste important chez les patients et les aidants: respectivement 62,9% et 61,9%", soulignent les trois organismes, qui y voient "une zone d'ombre préoccupante".

"Au sein de la Fondation Fondamental, nous avons montré que la prévalence du syndrome métabolique (des anomalies du métabolisme tels que le diabète, l'obésité ou l'hypertension) est deux fois plus importante chez les patients qu'en population générale", explique Marion Leboyer, directrice de la fondation dédiée à la lutte contre les troubles psychiatriques.

Or ces troubles "prédisposent aux maladies cardiovasculaires qui sont la première cause de mortalité de nos patients", ajoute-t-elle, appelant à une plus grande sensibilisation sur ce sujet.

On estime qu'en France entre 650.000 à 1,6 million de personnes sont atteintes de ces troubles, qui apparaissent généralement entre 15 et 25 ans.

Auparavant appelés "psychoses maniaco-dépressives", ils se caractérisent par une alternance de phases dépressives et de phases d'exaltation dites maniaques ou hypomaniaques.

Cette pathologie est généralement prise en charge avec un traitement régulateur de l'humeur, des psychothérapies spécialisées et le respect d'une bonne hygiène de vie.

Le diagnostic met souvent très longtemps à être posé: il y a en moyenne 10 ans entre le premier épisode de la maladie et la mise en place d'un traitement adapté.

Le sondage d'Odoxa, conduit auprès de 1.000 Français et 154 médecins généralistes, a été complété par une consultation auprès des adhérents d'Argos 2001, qui a permis de recueillir les réponses de 116 patients et 63 aidants.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
Une étude confirme les bienfaits du yoga pour soigner les douleur au dos et les troubles du sommeil
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Une nouvelle souche rare du VIH enregistrée
La pneumonie tue un enfant toutes les 39 secondes
Un régime riche en fibres et en yaourt pourrait protéger du cancer du poumon
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
L'antique tombe de la Dame de Vix, princesse celtique, ressurgit de la terre
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.070 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.