ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 14 Décembre 2019

SANTE - Publié le 29/03/2019 à 22:19


Plus de 600.000 Japonais de 40 à 64 ans s'isolent complètement


AFP

Plus de 600.000 Japonais âgés de 40 à 64 ans vivent entièrement coupés de la société, restant chez eux plus de six mois d'affilée, selon une étude du gouvernement publiée vendredi.

Le phénomène est si répandu au Japon qu'il porte un nom: hikikomori. Ce terme définit une personne ne s'étant pas rendue à l'école ou au travail pendant au moins six mois et n'ayant pendant cette période eu aucune réelle interaction avec quiconque hors du cercle familial.

L'enquête a estimé à 613.000 le nombre de hikikomori âgés de 40 à 64, dont près des trois quarts sont des hommes.

"Le nombre est plus élevé que ce que nous imaginions. Le phénomène des hikikomori ne concerne pas que les jeunes", a déclaré à l'AFP un responsable du gouvernement chargé de cette étude.

On considérait jusque récemment que cet état concernait principalement des adolescents et des personnes de moins de 30 ans mais le Japon vieillissant constate un nombre croissant de hikikomori plus âgés, qui se cloîtrent pendant des périodes plus longues.

Environ la moitié des personnes prises en compte dans l'enquête s'étaient isolées pendant plus de sept ans.

Le nombre total évalué par l'enquête est supérieur à celui des hikikomori de moins de 39 ans, estimé lui à 541.000 par une étude similaire du gouvernement diffusée en 2016.

"Les données du gouvernement viennent corroborer notre propre enquête selon laquelle il existe un grand nombre de personnes plus âgées dans cette situation", a déclaré à l'AFP Rika Ueda, qui travaille pour une ONG de soutien aux parents d'enfants hikikomori. "Mais nous ne nous rendions pas compte qu'il en existait parmi les sexagénaires", a-t-elle ajouté.

"Cela montre que la société japonaise est dure. Les hikikomori préfèrent rester à la maison plutôt que de rencontrer du monde", explique Mme Ueda, qui estime que le conformisme et la culture du tout travail du Japon exercent des pressions très fortes.

"Je pense que cette enquête nous pousse à nous demander ce qu'est une vie heureuse pour chacun de nous", dit-elle.

5.000 personnes âgées de 40 à 64 ans ont été interrogées à travers le Japon entre le 7 décembre et le 24 décembre sur leurs habitudes de vie, dont 65% ont répondu. En plus de ces personnes 2.812 adultes vivant avec elles ont été questionnées.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Deux fois moins de maux de tête grâce au cannabis thérapeutique ?
Les couettes et oreillers en plume peuvent être nocives pour les poumons, alertent des médecins
Cancers : les plus pauvres, les moins armés
De moins en moins d'additifs dans nos assiettes
Une étude confirme les bienfaits du yoga pour soigner les douleur au dos et les troubles du sommeil
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Une nouvelle souche rare du VIH enregistrée
La pneumonie tue un enfant toutes les 39 secondes
Un régime riche en fibres et en yaourt pourrait protéger du cancer du poumon
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.073 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.