ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 24 Juillet 2019

SCIENCE - Publié le 01/04/2019 à 11:48


Extinction des dinosaures: découverte de fossiles du jour où l'astéroïde à frappé la Terre


AFP

Une équipe de chercheurs a découvert aux Etats-Unis des fossiles extrêmement bien conservés de poissons tués il y a 66 millions d'années, au moment de l'impact d'un astéroïde responsable de l'extinction de 75% de la vie sur Terre et peut-être de celle des dinosaures.

Ces fossiles de poissons et autres animaux ancestraux ont été découverts sur un site du Dakota du Nord, à 3.000 kilomètres du cratère de Chicxulub, où l'impact avec l'astéroïde s'est produit, dans la mer des Caraïbes.

Cette étude, à paraître lundi dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, montre à quel point cet événement a eu un impact dévastateur très rapide sur des zones étendues, souligne son auteur principal, Robert dePalma, cité par le site spécialisé Eurekalert.

"C'est comme un musée de la fin de la période du Crétacé sur une couche d'un mètre et demi d'épaisseur", décrit Mark Richards, l'un des auteurs et professeur émérite de l'université californienne de Berkley, dans un communiqué de l'institution.

Les secousses provoquées par l'impact de l'astéroïde ont engendré des vagues géantes dans une mer intérieure de ce qui est maintenant le Dakota du Nord, qui, en atteignant une rivière proche abritant des poissons, en a inversé le courant, selon ce communiqué.

Des torrents de pierres et de débris se sont abattus sur eux, avant qu'une deuxième vague ne vienne les enterrer. Ils se sont ensuite fossilisés avec le temps.

"Un enchevêtrement de poissons d'eau douce, de vertébrés terrestres, d'arbres (...) et d'autres créatures marines ont été compactés dans cette couche", explique Robert dePalma.

Avant même d'être tués, les poissons avaient inhalé des ejecta --des fragments propulsés par l'impact de l'astéroïde, pointent les chercheurs, qui en ont retrouvé des morceaux dans leurs branchies. Certains poissons sont peut-être morts du simple fait d'en avoir ingéré, estiment-ils.

La biodiversité découverte sur le site est remarquable. "Au moins plusieurs specimen se révèlent être de nouvelles espèces, et d'autres sont les meilleurs exemplaires de leur genre", s'est réjoui M. DePalma.

"Nous regardons un enregistrement instant par instant de l'un des événements les plus importants de l'histoire de la Terre. Aucun autre site n'en porte la trace comme celui-là."

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Égypte: ouverture au public de deux nouvelles pyramides
Le plus vieil Homo sapiens non africain a été retrouvé
Envie de musarder utile cet été ? Faites des sciences participatives
Une tête de Toutankhamon vendue à Londres malgré la colère de l'Égypte
2014, année charnière en Antarctique... mais on ignore pourquoi
Une gigantesque tête de loup vieille de 32.000 ans découverte en Sibérie
Les plus vieilles traces d'usage de cannabis découvertes en Asie centrale
Les poissons aussi ont des chagrins d'amour
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
En Bolivie, ces tours funéraires pré-inca qui ont survécu au passage du temps
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une sonde indienne en route vers la Lune
L'escargot, une calamité devenue poule aux oeufs d'or en Thaïlande
Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.058 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.