ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 18 Septembre 2019

RECHERCHE - Publié le 02/04/2019 à 20:55


Réduire l'obésité et la consommation d'alcool pour prévenir 30.000 cas de cancer du sein en 10 ans


AFP

Des chercheurs australiens ont montré qu'en gardant un poids sain et en limitant sa consommation d'alcool à moins d'un verre par jour il était possible de prévenir des milliers de cancers du sein au cours des dix prochaines années.

Cette nouvelle étude, menée par des chercheurs de l'University of New South Wales, a pris en compte six études de cohortes australiennes comprenant 214.536 femmes au total. Elles visaient à voir si le changement de certaines habitudes quotidiennes pouvait permettre de prévenir des cas de cancer du sein chez les femmes avant et après la ménopause.

Leurs résultats, parus dans l'International Journal of Cancer, ont montré que chez les femmes en pré-ménopause, la consommation régulière d'alcool expliquerait 12,6% des cas de cancer du sein dans les dix prochaines années, et que le recours à un contraceptif oral pendant au moins cinq ans représentait 7,1% des cas. Ces facteurs combinés représenteraient 18,8% des futurs cas de cancer du sein.

Chez les femmes en post-ménopause, le fait d'être en surpoids ou obèses expliquerait 12,8% des cancers du sein de la prochaine décennie, la consommation fréquente d'alcool 6,6% et la prise d'hormonothérapie (MHT) 6,9%. Ces trois facteurs combinés représenteraient 24,2% des futurs cas.

"Nous avons trouvé que les niveaux actuels de surpoids et d'obésité (définis par un indice de masse corporelle de 25 ou plus) sont responsables d'une plus vaste proportion de futurs cancers du sein évitables --plus précisément, 17.500 ou 13% des cancers du sein au cours de la prochaine décennie", a commenté l'auteur de l'étude le Dr. Maarit Laaksonen.

"La consommation régulière d'alcool est le deuxième contributeur le plus important -- 13% des cancers du sein de femmes pré-ménopausées et 6% des femmes post-ménopausées, ce qui représente 11.600 cas au cours des 10 prochaines années qui sont attribuables à la consommation régulière d'alcool."

Les chercheurs ont tenu à souligner le fait que cette étude était l'une des premières à montrer que la consommation fréquente d'alcool était une des principales causes modifiables de cancer du sein chez les femmes avant la ménopause.

Bien que les recommandations australiennes actuelles préconisent de ne pas dépasser deux verres d'alcool par jour, l'étude a montré que le risque de cancer du sein augmentait en cas de consommation moyenne quotidienne d'un seul verre d'alcool.

Le Dr Laaksonen a aussi précisé que "nos résultats soutiennent les recommandations australiennes et internationales actuelles de ne recourir à l'hormonothérapie pendant la période la plus courte possible, et de n'y recourir que pour soulager les symptômes de ménopause et non pas pour prévenir les maladies chroniques." 

Elle a aussi ajouté que les femmes ne devaient pas interpréter ces résultats en pensant qu'il était nécessaire d'arrêter la prise de leur pilule contraceptive.

"En ce qui concerne la contraception orale, il n'est pas recommandé que les femmes restreignent leur prise -- le Cancer Council note qu'au cours de la vie d'une femme, l'effet de la prise d'un contraceptif oral est en fait protecteur contre le cancer, du fait qu'il offre une protection sur le long terme contre les cancers des ovaires et de l'endomètre, signifiant que les bienfaits potentiels, y compris les bienfaits reproductifs, viennent contrebalancer les méfaits."

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Dormir trop ou trop peu nuirait à la santé cardiaque
Découverte d’une seconde mutation génétique résistante au virus du sida
Vin rouge et flore intestinale, un lien trouvé dans une nouvelle étude
Pour se ressourcer, des chercheurs préconisent des pauses sans téléphone
Cancer du poumon : des chercheurs ont identifié deux voies distinctes de propagation
Deux traitements prometteurs contre le virus Ebola
Prescrire trop d'antibiotiques aux enfants pourrait leur faire plus de mal que de bien
Des scientifiques produisent une vodka de Tchernobyl non radioactive
Les lunettes de soleil à verres jaunes ne protégeraient pas les conducteurs nocturnes
Chez les filles, la puberté précoce favoriserait l'apparition des migraines
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
Des naissances rendues possibles par une méthode de la dernière chance
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Un sommeil prolongé peut réduire le syndrome métabolique
L'Etna à nouveau en éruption
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.071 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.