ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 24 Fevrier 2020

RECHERCHE - Publié le 02/04/2019 à 20:55


Réduire l'obésité et la consommation d'alcool pour prévenir 30.000 cas de cancer du sein en 10 ans


AFP

Des chercheurs australiens ont montré qu'en gardant un poids sain et en limitant sa consommation d'alcool à moins d'un verre par jour il était possible de prévenir des milliers de cancers du sein au cours des dix prochaines années.

Cette nouvelle étude, menée par des chercheurs de l'University of New South Wales, a pris en compte six études de cohortes australiennes comprenant 214.536 femmes au total. Elles visaient à voir si le changement de certaines habitudes quotidiennes pouvait permettre de prévenir des cas de cancer du sein chez les femmes avant et après la ménopause.

Leurs résultats, parus dans l'International Journal of Cancer, ont montré que chez les femmes en pré-ménopause, la consommation régulière d'alcool expliquerait 12,6% des cas de cancer du sein dans les dix prochaines années, et que le recours à un contraceptif oral pendant au moins cinq ans représentait 7,1% des cas. Ces facteurs combinés représenteraient 18,8% des futurs cas de cancer du sein.

Chez les femmes en post-ménopause, le fait d'être en surpoids ou obèses expliquerait 12,8% des cancers du sein de la prochaine décennie, la consommation fréquente d'alcool 6,6% et la prise d'hormonothérapie (MHT) 6,9%. Ces trois facteurs combinés représenteraient 24,2% des futurs cas.

"Nous avons trouvé que les niveaux actuels de surpoids et d'obésité (définis par un indice de masse corporelle de 25 ou plus) sont responsables d'une plus vaste proportion de futurs cancers du sein évitables --plus précisément, 17.500 ou 13% des cancers du sein au cours de la prochaine décennie", a commenté l'auteur de l'étude le Dr. Maarit Laaksonen.

"La consommation régulière d'alcool est le deuxième contributeur le plus important -- 13% des cancers du sein de femmes pré-ménopausées et 6% des femmes post-ménopausées, ce qui représente 11.600 cas au cours des 10 prochaines années qui sont attribuables à la consommation régulière d'alcool."

Les chercheurs ont tenu à souligner le fait que cette étude était l'une des premières à montrer que la consommation fréquente d'alcool était une des principales causes modifiables de cancer du sein chez les femmes avant la ménopause.

Bien que les recommandations australiennes actuelles préconisent de ne pas dépasser deux verres d'alcool par jour, l'étude a montré que le risque de cancer du sein augmentait en cas de consommation moyenne quotidienne d'un seul verre d'alcool.

Le Dr Laaksonen a aussi précisé que "nos résultats soutiennent les recommandations australiennes et internationales actuelles de ne recourir à l'hormonothérapie pendant la période la plus courte possible, et de n'y recourir que pour soulager les symptômes de ménopause et non pas pour prévenir les maladies chroniques." 

Elle a aussi ajouté que les femmes ne devaient pas interpréter ces résultats en pensant qu'il était nécessaire d'arrêter la prise de leur pilule contraceptive.

"En ce qui concerne la contraception orale, il n'est pas recommandé que les femmes restreignent leur prise -- le Cancer Council note qu'au cours de la vie d'une femme, l'effet de la prise d'un contraceptif oral est en fait protecteur contre le cancer, du fait qu'il offre une protection sur le long terme contre les cancers des ovaires et de l'endomètre, signifiant que les bienfaits potentiels, y compris les bienfaits reproductifs, viennent contrebalancer les méfaits."

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Comment la recherche nobélisée prolonge la vie de malades du cancer
Le recours au cannabis serait peu efficace pour réduire la consommation d'opioïdes chez les patients dépendants
Des chercheurs ont appris à des rats à conduire des mini-voitures
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
L'infertilité masculine et le cancer de la prostate pourraient avoir des causes communes selon une étude
Des chercheurs ont appris à des rats à jouer à cache-cache
L'anémie en début de grossesse pourrait augmenter le risque d'autisme chez l'enfant
Des chercheurs présentent une méthode pour détecter "plus efficacement" la maladie d'Alzheimer
Dormir trop ou trop peu nuirait à la santé cardiaque
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
Un maire décrète l’obligation d’être en joie pendant une semaine
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L'antique tombe de la Dame de Vix, princesse celtique, ressurgit de la terre
Les squelettes surnommés les amants de Modène étaient deux hommes
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
L'anémie en début de grossesse pourrait augmenter le risque d'autisme chez l'enfant
Se montrer plus extraverti pour se sentir mieux ?
Des chercheurs ont appris à des rats à jouer à cache-cache
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.058 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.