ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 14 Décembre 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 03/04/2019 à 00:04


Du méthane sur Mars; une source peut-être localisée


AFP

La présence de méthane dans l'atmosphère martienne a été confirmée par une nouvelle analyse des données de la sonde Mars Express, ont annoncé lundi des chercheurs qui soulignent que ce gaz pourrait être un indicateur d'une vie micro-organique ou bien découler de processus géologiques.

La sonde européenne Mars Express, en orbite autour de la planète depuis fin 2003, avait déjà détecté des traces de méthane dans son atmosphère en 2004 grâce à son spectromètre infrarouge PFS. Mais ces résultats n'avaient pas totalement convaincu pour des raisons techniques.

En juin 2018, la NASA avait à son tour annoncé que son robot mobile Curiosity avait détecté du méthane dans l'atmosphère martienne le 15 juin 2013 près du cratère Gale. Cependant, ces résultats «in situ» avaient suscité des interrogations, certains se demandant si ce méthane ne venait pas du robot mobile lui-même, rappelle Marco Giuranna, de l'Institut italien d'astrophysique à Rome.

Entre-temps, l'équipe internationale menée par ce chercheur italien avait réussi à améliorer la qualité des données recueillies par le spectromètre infrarouge de Mars Express, une mission de l'Agence spatiale européenne (ESA).

«Nous avons développé une nouvelle approche pour sélectionner, traiter et récupérer les données» du spectromètre, explique Marco Giuranna. «Cela réduit en grande partie les incertitudes autour des mesures de PFS», ajoute-t-il.

Peu après l'atterrissage en 2012 de Curiosity dans le cratère d'impact Gale, «j'ai décidé de mener une surveillance à long terme de l'atmosphère martienne» à cet endroit, raconte le chercheur dont l'étude est publiée dans Nature Geoscience.

Le 16 juin 2013, un jour après Curiosity, le spectromètre de Mars Express a ainsi enregistré «un pic d'émission» de méthane au dessus du cratère.  

Ces résultats constituent «une confirmation indépendante des mesures de Curiosity», souligne l'étude.

Trouver du méthane (CH4) sur Mars est très important pour les planétologues car «il pourrait être un indicateur d'une vie microbienne», note le chercheur. Mais la présence de ce gaz peut aussi résulter de réactions géo-chimiques, sans lien avec la vie.

Cerise sur le gâteau, l'équipe de Marco Giuranna pense avoir réussi à localiser la source de cette émission de méthane dans une région de faille située à l'est du cratère Gale.

Les chercheurs ont mené pour cela deux études séparées, l'une à base de modélisation numérique, l'autre fondée sur une analyse géologique des lieux. Les résultats des deux études convergent vers la même zone. «C'est très excitant et très inattendu», s'enthousiasme le chercheur italien.

«Nous avons identifié des failles tectoniques qui pourraient s'étendre sous une région couverte d'une fine couche de glace [...] Il est possible que la glace retienne le méthane de subsurface et le libère de façon épisodique lorsque les failles se cassent», ajoute Giuseppe Etiope, de l'Institut national de Géophysique et de Volcanologie de Rome.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Débris, constellations et satellites-espions: l'enjeu de la surveillance de l'espace
Titan, un monde de plaines, de montagnes et de lacs
La sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 va entamer son retour sur Terre
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
A Hawaï, un projet de télescope géant fait gronder le volcan sacré Maunakea
Le TMT, un télescope géant pour remonter aux débuts de l'Univers
Au fond d’une grotte, des astronautes s’entraînent pour l’espace
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.071 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.