ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 24 Juillet 2019

SANTE - Publié le 08/04/2019 à 01:26


Sédentarité : comment rester actif tout en étant au bureau


AFP

La Journée mondiale de la santé aura lieu le 7 avril. L'occasion de revenir sur les moyens mis en oeuvre par les entreprises pour lutter contre la sédentarité au travail, qui représente un problème de santé publique mondial. 

Considérée comme l'une des premières causes de mortalité évitables par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la sédentarité est imputable à un manque d'exercice physique. Ce fléau cause environ 3,2 millions de décès à travers le monde chaque année. 

Plusieurs études montrent que l'inactivité physique double le risque de maladies cardiovasculaires et augmente les troubles d'ordre psychique tels que la dépression et l'anxiété. La sédentarité peut également entraîner des maux de dos, des tensions musculaires et favoriser la prise de poids. 

"Augmenter le niveau d'activité physique et diminuer le temps passé à des activités sédentaires sont des leviers primordiaux pour l'amélioration de la santé de la population française", estime l'Observatoire National de l'activité physique et de la sédentarité (Onaps).

Mais comment éviter de rester assis trop longtemps quand les employés de bureau passent en moyenne 7 heures par jour assis devant leur écran d'ordinateur ? Si la solution la plus évidente consiste à réaliser une activité physique régulière sur son temps libre, elle s'avère en pratique moins facile à tenir, compte tenu des obligations socio-professionnelles d'un grand nombre de la population. 

Le succès croissant du "vélo-bureau"

De plus en plus sensibilisées à cet enjeu de santé publique mondial et encouragées par l'OMS, les entreprises innovent en proposant à leurs salariés des dispositifs sur leur lieu de travail pour les inciter à se dépenser physiquement tout au long de la journée.

Plusieurs équipements ont vu le jour pour favoriser l'activité physique au travail. C'est par exemple le cas des bureaux assis-debout, concept né au Danemark qui consiste à travailler sur des bureaux en alternant la position assise et debout. En France, cette tendance a émergé en 2014, après qu'une grande enseigne suédoise a popularisé l'objet en commercialisant un modèle à partir de 569 euros. 

Ceux qui préfèrent pédaler en travaillant peuvent également se tourner vers le "le vélo-bureau". Commercialisé par l'entreprise francilienne Tek Active (à partir de 259 euros la pièce), l'équipement ressemble à s'y méprendre à un vélo d'appartement, à la différence près que le guidon est remplacé par une tablette sur laquelle on peut installer son ordinateur. L'offre s'adresse aussi bien aux entreprises qu'aux particuliers, mais également aux établissements scolaires. 

La sédentarité est en effet un réel problème chez les enfants, qui restent assis plusieurs heures derrière leur pupitre quand ils sont à l'école, alors que l'OMS recommande au moins 60 minutes par jour d'activité physique d'intensité modérée à soutenue pour les 5-17 ans. 

Dans la même lignée que le vélo-bureau, l'entreprise française Activ'Up commercialise des "working desk", des meubles équipés d'un tapis roulant (à partir de 1100 euros la pièce) sur lequel on peut marcher tout en pianotant sur son clavier d'ordinateur. Un concept développé aux Etats-Unis, qui rencontre désormais un succès certain dans notre pays.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Un usage abusif des réseaux sociaux et de la télévision pourrait favoriser la dépression chez les ados
Journée mondiale de la malbouffe : comment déjouer le piège d'une consommation excessive ?
Trop de sucres dans la nourriture pour bébé, prévient l'OMS
Être stigmatisé dès le plus jeune âge à cause de son poids laisse des séquelles
La couverture vaccinale dans le monde stagne dangereusement selon l'ONU
AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année
VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement
Don du sang: la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois
Davantage de légumineuses, mais aussi de viande consommées dans le monde d'ici 10 ans
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Une sonde indienne en route vers la Lune
L'escargot, une calamité devenue poule aux oeufs d'or en Thaïlande
Canicule: cinq gestes à faire pour éviter le coup de chaud
Allumer son smartphone en pleine nuit pour vérifier l'heure nuit-il au sommeil ?
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.071 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.