ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 14 Décembre 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 08/04/2019 à 01:32


Les débris du test antisatellite pas dangereux pour l'ISS, dit l'Inde


AFP

L'Inde a assuré samedi que les centaines de débris générés par son test de missile antisatellite ne représentaient pas de danger pour la Station spatiale internationale (ISS), répliquant aux critiques de la NASA.

L'Inde est sur la défensive depuis le test du 27 mars, que la NASA, l'Agence spatiale américaine, a qualifiée de « chose terrible » mettant en danger les astronautes à bord de l'ISS.

« La mission a été conçue de façon à ce que les débris se désagrègent très vite », a affirmé aux journalistes lors d'une conférence de presse G. Satheesh Reddy, qui dirige l'Organisme indien de recherche et développement sur la Défense.  

« Il y a eu un risque pendant dix jours et nous avons dépassé ce délai », a-t-il ajouté. « D'après nos simulations, il n'y avait pas de possibilité que les débris du satellite heurtent la Station spatiale internationale », a insisté le dirigeant.  

L'administrateur de l'agence spatiale américaine Jim Bridenstine avait dit lundi que la destruction par l'Inde d'un de ses satellites en orbite terrestre par un missile avait créé 400 débris spatiaux.

« Ce type d'activités est incompatible avec l'avenir des vols habités », avait-il dénoncé.  

Le danger de ces débris spatiaux n'est pas qu'ils retombent sur Terre, mais qu'ils percutent des satellites en orbite : à grande vitesse, même le plus minuscule d'entre eux peut les mettre hors service.

Le satellite indien a été détruit à une relativement basse altitude de 300 kilomètres, soit 120 km sous l'ISS et la plupart des satellites en orbite.  

M. Bridenstine et d'autres experts du secteur aérospatial ont également estimé que les débris indiens se désagrégeraient en brûlant au moment de pénétrer dans l'atmosphère.

C'est l'armée américaine qui recense les objets dans l'espace pour prédire le risque de collision non seulement pour l'ISS, mais pour les satellites. Les militaires suivent 23 000 objets de plus de 10 centimètres.

Cela inclut environ 10 000 débris, dont près de 3000 qui ont été créés par un seul événement : un test antisatellite chinois en 2007 à 860 km de la surface.

L'Inde a fait valoir que son test témoignait de sa puissance aérospatiale. Seuls les États-Unis, la Russie et la Chine avaient jusqu'à présent réussi de tels tirs de missile antisatellite.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Débris, constellations et satellites-espions: l'enjeu de la surveillance de l'espace
Titan, un monde de plaines, de montagnes et de lacs
La sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 va entamer son retour sur Terre
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
A Hawaï, un projet de télescope géant fait gronder le volcan sacré Maunakea
Le TMT, un télescope géant pour remonter aux débuts de l'Univers
Au fond d’une grotte, des astronautes s’entraînent pour l’espace
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.078 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.