ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 14 Décembre 2019

SCIENCE - Publié le 08/04/2019 à 01:36


Des scientifiques alertent sur une pandémie mortelle pour les amphibiens


AFP

Une maladie mortelle touchant les amphibiens s'est transformée en une « épidémie mondiale » qui a déjà causé la disparition de 90 espèces, a averti jeudi le biologiste américain Jonathan Kolby lors du Congrès international sur la santé de la faune aquatique à Santiago.

La quitridiomicosis est une maladie causée par un champignon qui attaque la peau des grenouilles, des crapauds et d'autres batraciens, en leur faisant produire une quantité anormale de kératine, la protéine de base de l'épiderme. Chez ces animaux qui utilisent la peau pour respirer et réguler leur niveau d'eau dans le corps, l'infection finit par générer une insuffisance cardiaque qui conduit à la mort.

« C'est le premier cas d'une épidémie mondiale pour une maladie de la faune. Actuellement plus de 60 pays sont concernés », explique Jonathan Kolby, co-auteur d'une étude publiée le 29 mars dans la revue Science sur les effets dévastateurs du champignon « Batrachochytrium dendrobatidis ».

Au cours des cinq dernières années, la maladie, extrêmement contagieuse, a déjà causé la disparition de près de 90 espèces. D'autres sont en péril et plus de 500 sont concernées.

La rapide propagation du champignon dans le monde est due à l'absence de règles pour le commerce des animaux et le manque de surveillance dans les aéroports, ce qui facilite l'entrée d'espèces sans aucun contrôle vétérinaire.

« Nous devons nous concentrer sur les régulations commerciales pour résoudre ce problème », estime le chercheur américain, qui a participé à l'étude avec une quarantaine d'autres spécialistes internationaux.  

Rien qu'aux États-Unis, plus de cinq millions d'amphibiens entrent dans le pays chaque année, rappelle le scientifique. « La mondialisation est bonne pour les humains, mais elle a des conséquences pour les animaux », souligne-t-il.

Pour l'heure, l'Australie et les pays d'Amérique latine sont ceux où la maladie est la plus répandue. Les échanges entre ces pays et l'Asie, d'où est originaire le champignon, seraient à l'origine de sa propagation.  

Les scientifiques émettent également l'hypothèse d'une mutation génétique du champignon qui l'aurait rendu plus dangereux.  

Les amphibiens ont un rôle majeur pour la conservation de la qualité des milieux aquatiques. Ils se nourrissent aussi de moustiques, vecteurs de maladies pour l'humain telles que le paludisme et le zika.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
La dépouille du philosophe Montaigne vraisemblablement découverte
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Les ossements de 14 mammouths découverts au Mexique
Des fossiles donnent de précieux indices sur notre évolution vers la marche
Les animaux mâles sur-représentés dans les musées d'histoire naturelle
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les chiens savent catégoriser les mots, même prononcés par des inconnus
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Des fossiles révèlent comment nos oreilles sont nées
Une nouvelle espèce de dinosaure, herbivore et court sur pattes, découverte en Equateur
Les orques ménopausées dopent la survie de leurs petits-enfants
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Des compléments alimentaires aideraient à réduire certaines maladies mentales
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.069 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.