ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 25 Avril 2019

PLANETE - Publié le 09/04/2019 à 12:02


Ecologique et esthétique, la renaissance de la pierre sèche


AFP

Un temps méprisée à l'ère du béton et du ciment, la technique de construction ancestrale en pierre sèche est aujourd'hui en pleine renaissance en France et en Europe, appréciée pour sa résistance et ses vertus écologiques, patrimoniales et esthétiques.

"La pierre sèche était en voie de disparition depuis la fin du XIXe siècle quand on a commencé à utiliser massivement du ciment et du béton", raconte à l'AFP Marc Dombre, vice-président de l'association des Artisans bâtisseurs en pierre sèche (ABPS), créée en Lozère en 2002 et qui anime la filière au plan national.

Marc Dombre, comme d'autres intervenants des récentes rencontres nationales des bâtisseurs en pierre sèche, organisées à Florac (Lozère) jeudi et vendredi, parle d'une "renaissance" de ce mode de construction, "dont on a redécouvert les qualités écologiques, la résistance et la beauté".

Présent sur tout le pourtour méditerranéen, mais également en Grande-Bretagne, en Bourgogne ou en Alsace pour délimiter les pâtures ou les vignes, cultiver en terrasses, construire des dépendances ou soutenir des voies de circulation, ce type de bâti d'origine agricole, reposant sur des assemblages manuels de pierres sans liant, utilise les matériaux locaux - granit, calcaire ou schiste.

"On peut réemployer des matériaux qui sont sur place, si bien qu'il y a une forme de recyclage perpétuel, une empreinte carbone très faible et une intégration harmonieuse dans un terroir", souligne M. Dombre, maçon-charpentier-couvreur à la retraite de 69 ans qui a appris le métier dans les Cévennes "avec les paysans du coin".

"Souples et vivants", les ouvrages en pierre sèche répondent aux enjeux environnementaux et économiques du monde moderne: ils assurent la stabilisation de la terre, constituent d'ingénieux systèmes de gestion de l'eau en drainant les sols tout en empêchant l'érosion, favorisent la biodiversité et peuvent même résister aux séismes, souligne Hélène Bouchard Seguin.

- "Pas réservée aux grands costauds" -

Au-delà de la restauration de bâti ancien et de l'écoconstruction, il existe selon cette architecte qui réalise actuellement une étude sur l'usage contemporain de la pierre sèche, "un volet plus fascinant: des ouvrages d'un type nouveau, des créations artistiques ou des aménagements paysagers". Elle cite notamment la cabane des ours du Parc zoologique de Berne, de l'architecte Patrick Thurston, un bâtiment associant pierre sèche et bois.

L'ABPS a mis en place des projets de recherche avec des ingénieurs pour perfectionner une technique en pleine évolution aujourd'hui qualifiée de "mode constructif d’excellence" et accompagner la hausse de la demande.

Afin d'assurer la transmission du savoir-faire qui se faisait auparavant de père en fils, une "école de la pierre sèche" a également été fondée par l'ABPS à l'Espinas, en Lozère, au coeur du parc national des Cévennes. "On était des artisans vieillissants mais passionnés et on a formé des tas de jeunes qui voulaient faire de cette technique à la fois ancestrale mais pas figée leur activité", se félicite Marc Dombre.

L'école délivre au niveau national deux certificats de qualification professionnelle (CQP) - celui d'ouvrier obtenu par environ 170 professionnels et celui, plus récent, de compagnon, obtenu par une vingtaine de personnes. Signe du succès de l'entreprise, les anciens élèves travaillent à plus de 80% dans le domaine de la pierre sèche. Marc Dombre déplore simplement qu'il n'y ait pas assez de femmes parmi eux: "La pierre sèche n'est pas réservée aux grands costauds, il faut juste apprendre à manipuler les pierres à plusieurs".

Des règles professionnelles ont également été établies pour accéder à la garantie décennale en termes d'assurance et être ainsi en capacité de décrocher des marchés publics.

Au niveau international, l'ABPS a coordonné plusieurs programmes européens incluant l'Italie, l'Espagne, la Grande-Bretagne tandis que la Grèce, le Luxembourg et la Belgique s'intéressent également à nouveau à la pierre sèche. L'association cherche à encourager les chantiers partagés, y compris à l'international, souligne Marc Dombre, car "avec la pierre sèche, on apprend en faisant et on progresse dans l'échange".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Repérer les déchets plastiques marins par satellite
Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Des résidus radioactifs dans les glaciers
Fourrure: la Norvège va interdire les élevages d'ici 2025
Dans l'est du Tchad, une eau rare livrée par des colporteurs
Ecologique et esthétique, la renaissance de la pierre sèche
Tri des déchets: le gouvernement pointe du doigt des fast-foods en retard
Thaïlande: replanter la mangrove contre l'érosion et pour sauver un temple
L'Italie propose d'interdire l'abattage des loups
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Repérer les déchets plastiques marins par satellite
Un incident sur la capsule de SpaceX pourrait retarder son premier vol habité
Y-a-t-il une heure idéale pour faire de l'exercice ?
Sclérose en plaques : une molécule synthétique pourrait améliorer le quotidien des patients
Quels sont les facteurs qui dictent nos principes moraux ?
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.044 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.