ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 25 Avril 2019

PLANETE - Publié le 09/04/2019 à 12:05


Dans l'est du Tchad, une eau rare livrée par des colporteurs


AFP

"J'ai déjà un client pour ce fût, je dois me dépêcher!": Ali Ahmat, 12 ans, debout sur la charrette, donne un coup de cravache à son cheval. L'animal démarre péniblement, et emmène l'enfant et son fût de 200 litres d'eau tout juste rempli.

Ali est colporteur d'eau: il est de ces maillons informels mais indispensables de l'accès à l'or bleu au Tchad. Dans la province du Ouaddaï, le manque de forages et la quasi inexistence d'un système d'assainissement rendent l'eau difficile à dénicher.

"Après la saison pluvieuse, l'eau se raréfie", explique Mahamat Adoum Doutoum, chef de canton de Guerri, responsable traditionnel d'une zone qui compte deux forages seulement pour 86.000 habitants. "Alors les habitants vont chercher l'eau au ouadi".

Les ouadis (rivières, en arabe) sont ces rivières infranchissables en saison des pluies tant le courant y est fort, mais sèches et arides le reste de l'année. Dès que l'eau de pluie s'arrête, des habitants y creusent un puits et installent une pompe.

C'est là qu'Ali Ahmat et les dizaines de colporteurs viennent remplir leur fût avant d'en revendre le contenu aux populations.

Chaque remplissage coûte 100 FCFA (0.15 euro) à Ali, qu'il revend cinq fois plus cher en ville. "On fait entre sept et huit aller-retours par jour, environ", indique-t-il.

En fin de journée ce dimanche, le soleil brûlant a disparu et la charrette d'Ali est déjà à plusieurs dizaines de mètres de la pompe, en route vers Hadjer Hadid, ville du Ouaddaï qui abrite un camp de réfugiés du Darfour.

Pascal est aussi un habitué des aller-retours entre la ville et le lit asséché du ouadi. Cet autre colporteur, un Soudanais père de cinq enfants, a la cinquantaine.

Réfugié au Tchad depuis une quinzaine d'années, il a "souffert" en achetant son propre âne il y a deux ans. Mais grâce à cet investissement, il livre tous les jours l'eau en ville, et peut ramener un pécule au foyer.

- Eau non potable -

Mais "pour boire l'eau, il faut aussi y ajouter la javel" pour la purifier, explique-t-il.

Car si elle est aussi rare qu'indispensable, l'eau des ouadis n'est pas potable: les puits traditionnels sont en terre, et l'eau qui en sort a souvent la couleur du sol.

"L'eau peut être contaminée à plusieurs niveaux, soit au niveau de la source, non protégée, soit pendant le transport en utilisant des récipients non adaptés, sales ou sans couvercles, soit lors du stockage et de la distribution", explique Fabienne Mially, cheffe de mission de l'ONG française Première Urgence Internationale au Tchad.

L'ONG soutient 11 centres de santé dans le département, où des sessions de sensibilisation à l'importance de boire de l'eau potable sont régulièrement organisées.

A Borota, village à plusieurs heures de route de Hadjer Hadid, le responsable du centre de santé du coin est désabusé: il y a bien six fontaines dans le village, mais aucune ne fonctionne.

"Elles ont été construites par des ONG par le passé", explique ce responsable, Koditog Bokassa, ajoutant que le ouadi est de facto le seul moyen pour les habitants du village de trouver de l'eau.

Alors, il distribue des flacons d'eau de javel.

Mais M. Bokassa n'arrive pas à satisfaire tout le monde, l'ONG française étant la seule à fournir de la javel au centre. L'Etat en donnait, mais ça fait plus d'un an que ce n'est plus le cas, selon M. Bokassa.

Alors, il n'est pas rare de croiser aux abords du ouadi des jeunes boire directement au bidon extrait du puits.

- Situation "alarmante" -

La dernière enquête nationale en 2018 rappelait que "la source d'eau est fortement associée à la malnutrition chronique" des enfants au Tchad, où la situation est "alarmante" avec un taux de malnutrition aigüe globale de 13,5%.

"Une solution au manque d'eau potable pourrait être de créer des bassins de rétention pour recueillir l'eau de la saison pluvieuse", propose le chef de canton de Guerri, déplorant que le sous-sol granitique de son canton complique les forages.

Des bassins ont bien été construits par des partenaires humanitaires dans la province. A Hadjer Hadid, deux châteaux d'eau sont aussi visibles dans le paysage urbain.

"Mais les bassins ne suffisent pas, et les deux châteaux d'eau sont en panne, depuis plusieurs années déjà", raconte Hassan, habitant de la ville.

Ce commerçant a investi dans deux fûts de 200 litres, qu'il laisse dans la cour de sa maison. "Ça suffit à peine pour les enfants, mais c'est déjà bien".

Pascal, lui, n'a pas les moyens d'avoir un fût. Pour les sept âmes de son foyer, sept bidons de 20 litres sont entreposés chez lui: "Je transporte de l'eau toute la journée, mais j'ai le même problème que tout le monde!".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Repérer les déchets plastiques marins par satellite
Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Des résidus radioactifs dans les glaciers
Fourrure: la Norvège va interdire les élevages d'ici 2025
Dans l'est du Tchad, une eau rare livrée par des colporteurs
Ecologique et esthétique, la renaissance de la pierre sèche
Tri des déchets: le gouvernement pointe du doigt des fast-foods en retard
Thaïlande: replanter la mangrove contre l'érosion et pour sauver un temple
L'Italie propose d'interdire l'abattage des loups
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Repérer les déchets plastiques marins par satellite
Un incident sur la capsule de SpaceX pourrait retarder son premier vol habité
Y-a-t-il une heure idéale pour faire de l'exercice ?
Sclérose en plaques : une molécule synthétique pourrait améliorer le quotidien des patients
Quels sont les facteurs qui dictent nos principes moraux ?
 LES PLUS LUS 
Les nuits lunaires plus froides que prévu, selon la sonde chinoise
Un dinosaure se défendant avec ses épines découvert en Argentine
Le jour se lève pour des panneaux solaires révolutionnaires
Une momie d'Equateur, clé pour savoir comment une grave maladie a atteint l'Europe
Le petit-déjeuner ne favoriserait pas forcément la perte de poids
Tout un défi de sauver la tombe de Toutankhamon du tourisme de masse
L'image que l'on a de son corps peut dépendre de l'entourage
Le Nord magnétique fonce du Canada vers la Sibérie
Le désert médical, un mal dont souffrent les Français des villes moyennes
Ouganda: saisie d'ivoire et d'écailles de pangolin, deux Vietnamiens arrêtés
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.042 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.