ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 9 Décembre 2019

PLANETE - Publié le 09/04/2019 à 12:05


Dans l'est du Tchad, une eau rare livrée par des colporteurs


AFP

"J'ai déjà un client pour ce fût, je dois me dépêcher!": Ali Ahmat, 12 ans, debout sur la charrette, donne un coup de cravache à son cheval. L'animal démarre péniblement, et emmène l'enfant et son fût de 200 litres d'eau tout juste rempli.

Ali est colporteur d'eau: il est de ces maillons informels mais indispensables de l'accès à l'or bleu au Tchad. Dans la province du Ouaddaï, le manque de forages et la quasi inexistence d'un système d'assainissement rendent l'eau difficile à dénicher.

"Après la saison pluvieuse, l'eau se raréfie", explique Mahamat Adoum Doutoum, chef de canton de Guerri, responsable traditionnel d'une zone qui compte deux forages seulement pour 86.000 habitants. "Alors les habitants vont chercher l'eau au ouadi".

Les ouadis (rivières, en arabe) sont ces rivières infranchissables en saison des pluies tant le courant y est fort, mais sèches et arides le reste de l'année. Dès que l'eau de pluie s'arrête, des habitants y creusent un puits et installent une pompe.

C'est là qu'Ali Ahmat et les dizaines de colporteurs viennent remplir leur fût avant d'en revendre le contenu aux populations.

Chaque remplissage coûte 100 FCFA (0.15 euro) à Ali, qu'il revend cinq fois plus cher en ville. "On fait entre sept et huit aller-retours par jour, environ", indique-t-il.

En fin de journée ce dimanche, le soleil brûlant a disparu et la charrette d'Ali est déjà à plusieurs dizaines de mètres de la pompe, en route vers Hadjer Hadid, ville du Ouaddaï qui abrite un camp de réfugiés du Darfour.

Pascal est aussi un habitué des aller-retours entre la ville et le lit asséché du ouadi. Cet autre colporteur, un Soudanais père de cinq enfants, a la cinquantaine.

Réfugié au Tchad depuis une quinzaine d'années, il a "souffert" en achetant son propre âne il y a deux ans. Mais grâce à cet investissement, il livre tous les jours l'eau en ville, et peut ramener un pécule au foyer.

- Eau non potable -

Mais "pour boire l'eau, il faut aussi y ajouter la javel" pour la purifier, explique-t-il.

Car si elle est aussi rare qu'indispensable, l'eau des ouadis n'est pas potable: les puits traditionnels sont en terre, et l'eau qui en sort a souvent la couleur du sol.

"L'eau peut être contaminée à plusieurs niveaux, soit au niveau de la source, non protégée, soit pendant le transport en utilisant des récipients non adaptés, sales ou sans couvercles, soit lors du stockage et de la distribution", explique Fabienne Mially, cheffe de mission de l'ONG française Première Urgence Internationale au Tchad.

L'ONG soutient 11 centres de santé dans le département, où des sessions de sensibilisation à l'importance de boire de l'eau potable sont régulièrement organisées.

A Borota, village à plusieurs heures de route de Hadjer Hadid, le responsable du centre de santé du coin est désabusé: il y a bien six fontaines dans le village, mais aucune ne fonctionne.

"Elles ont été construites par des ONG par le passé", explique ce responsable, Koditog Bokassa, ajoutant que le ouadi est de facto le seul moyen pour les habitants du village de trouver de l'eau.

Alors, il distribue des flacons d'eau de javel.

Mais M. Bokassa n'arrive pas à satisfaire tout le monde, l'ONG française étant la seule à fournir de la javel au centre. L'Etat en donnait, mais ça fait plus d'un an que ce n'est plus le cas, selon M. Bokassa.

Alors, il n'est pas rare de croiser aux abords du ouadi des jeunes boire directement au bidon extrait du puits.

- Situation "alarmante" -

La dernière enquête nationale en 2018 rappelait que "la source d'eau est fortement associée à la malnutrition chronique" des enfants au Tchad, où la situation est "alarmante" avec un taux de malnutrition aigüe globale de 13,5%.

"Une solution au manque d'eau potable pourrait être de créer des bassins de rétention pour recueillir l'eau de la saison pluvieuse", propose le chef de canton de Guerri, déplorant que le sous-sol granitique de son canton complique les forages.

Des bassins ont bien été construits par des partenaires humanitaires dans la province. A Hadjer Hadid, deux châteaux d'eau sont aussi visibles dans le paysage urbain.

"Mais les bassins ne suffisent pas, et les deux châteaux d'eau sont en panne, depuis plusieurs années déjà", raconte Hassan, habitant de la ville.

Ce commerçant a investi dans deux fûts de 200 litres, qu'il laisse dans la cour de sa maison. "Ça suffit à peine pour les enfants, mais c'est déjà bien".

Pascal, lui, n'a pas les moyens d'avoir un fût. Pour les sept âmes de son foyer, sept bidons de 20 litres sont entreposés chez lui: "Je transporte de l'eau toute la journée, mais j'ai le même problème que tout le monde!".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


La permaculture marine au secours des huîtres
Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
Arctique: le réchauffement cause des difficultés à deux explorateurs
Plaie des océans, les microplastiques contaminent aussi les fleuves européens
Au Royaume-Uni, les castors appelés à la rescousse contre les inondations
La période de reproduction de la grande barrière de corail a commencé
Un petit ruminant disparu des radars depuis 25 ans photographié au Vietnam
Les coraux des Caraïbes en danger de mort
Climat: plus vite, plus haut que prévu pour les océans?
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Entrepôt high-tech pour livrer au plus vite du frais dans la ville qui ne dort jamais
La permaculture marine au secours des huîtres
Les espèces invasives apportées par l'Homme, l'autre menace pour l'Antarctique
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Une initiative inédite pour aider à protéger les tortues en Tunisie
 LES PLUS LUS 
Découverte d’une nouvelle espèce d’anguille électrique à haute tension
L’un des plus gros animaux volants de l’histoire identifié au Canada
La Russie n’utilisera plus son robot Fedor pour des missions dans l’espace
L'or ou l'eau: le dilemne que combattent les indigènes en Equateur
La prise d'une décision dépend de notre degré d'incertitude, affirment des scientifiques américains
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Ablation de l'utérus : les femmes seraient plus sujettes à la dépression ou à l'anxiété après l'intervention
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.085 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.