ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 20 Juin 2019

PLANETE - Publié le 10/04/2019 à 17:25


Des résidus radioactifs dans les glaciers


AFP

Des retombées radioactives d'accidents nucléaires civils et d'essais militaires sont emprisonnées dans les glaciers à travers le monde, selon des chercheurs qui s'inquiètent que ces résidus soient libérés par la fonte des glaces liée au réchauffement climatique.

Une équipe internationale de scientifiques a cherché la présence de retombées radioactives dans les sédiments à la surface de glaciers dans l'Arctique, en Islande, dans les Alpes, le Caucase, l'Antarctique et l'ouest du Canada.

Et ils ont découvert des résidus radioactifs sur les 17 sites étudiés, souvent à des concentrations au moins 10 fois supérieures aux niveaux relevés ailleurs.

"Ce sont les niveaux les plus élevés mesurés dans l'environnement en dehors des zones d'exclusion nucléaires", a expliqué Caroline Clason, de l'université de Plymouth.

Quand des éléments radioactifs sont relâchés dans l'atmosphère, ils retombent sur terre par des pluies acides, et peuvent être absorbés par les plantes et le sol.

Mais quand ils tombent sous forme de neige et s'installent sur la glace, ils forment des sédiments plus lourds, qui s'accumulent dans les glaciers.

L'accident de Tchernobyl en 1986 avait provoqué des nuages radioactifs contenant notamment du césium, entraînant des pluies acides et des contaminations à travers l'Europe du Nord.

"Quand (les éléments radioactifs) retombent sous forme de pluie, comme après Tchernobyl, ils s'évacuent, c'est un événement ponctuel. Mais sous forme de neige, cela reste dans la glace pendant des décennies, et avec la fonte des glaciers liée au réchauffement, ils se déversent dans les rivières", poursuit la chercheuse.

Son équipe a détecté quelques résidus de Fukushima, mais une grande partie des éléments issus de cet accident de 2011 ne se sont pas encore agglutinés dans les sédiments des glaciers, note-t-elle.

Sur plusieurs des sites, les chercheurs ont également retrouvé des traces d'essais militaires d'armes nucléaires.

"Nous parlons de tests militaires à partir des années 1950 et 1960, pendant le développement de la bombe", indique Caroline Clason.

"En étudiant une carotte de sédiments, nous voyons clairement un pic au moment de Tchernobyl, mais aussi un pic relativement précis autour de 1963, période intense d'essais nucléaires".

Avec le réchauffement et la fonte, elle s'inquiète particulièrement de l'entrée dans la chaîne alimentaire d'un des résidus potentiellement les plus dangereux, l'américium, issu de la dégradation du plutonium et qui a une demi-vie de 400 ans (contre 14 ans pour le plutonium).

"L'américium est plus soluble dans l'environnement et émet plus de radiations alpha", souligne-t-elle. Et même s'il existe peu de données sur la contamination de la chaîne alimentaire, éventuellement jusqu'à l'Homme, l'américium est sans aucun doute pour la chercheuse "particulièrement dangereux".

Cette activité nucléaire pourrait aussi devenir un des marqueurs de l'anthropocène, l'ère géologique nouvelle générée par l'arrivée des humains sur Terre. "Cela prouve que notre héritage nucléaire ne disparaît pas, il est toujours là", résume Caroline Clason.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Une épidémie menace un perroquet en danger d'extinction
Bonheur et Harmonie : deux pandas prometteurs pour la survie de l'espèce
L'océan, un poumon de la planète au coeur des enjeux climatiques
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
L'Inde suffoque sous la chaleur, jusqu'à 50°C
Europol: sauvetage de milliers de reptiles destinés à finir en sac à main
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Les chimpanzés ne survivent plus que dans des ghettos forestiers
Encore loin du zéro déchet, les Sénégalais mènent la lutte contre les ordures
Océans: en vue du G20, Tokyo affiche des mesures contre la pollution plastique
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un tour d'évasion tourne au drame: le corps du magicien retrouvé dans le Gange
Des chercheurs dissèquent le regard attendrissant du chien
Les fragments de Lune d'Apollo ont transformé la connaissance de l'univers
Les émotions morales, un outil pour diagnostiquer la démence fronto-temporale ?
Un nez artificiel conçu pour aider les médecins à identifier les tissus cancéreux pendant la chirurgie
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.064 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.