ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 7 Juillet 2020

CIEL&ESPACE - Publié le 10/04/2019 à 17:28


Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux


AFP

Avec l'annonce pour les prochaines années de "constellations" de milliers de mini-satellites de télécommunication en orbite autour de la Terre, le risque de collision avec des débris spatiaux ne va cesser d'augmenter. Pour Nobu Okada, c'est une opportunité.

Cet entrepreneur japonais de 46 ans a fondé la start-up Astroscale à Singapour en 2013 dans le but exclusif de lancer des satellites "balayeurs de l'espace". La société, aujourd'hui basée à Tokyo, a 171 salariés.

Une démonstration aura lieu en 2020: un satellite d'Astroscale attrapera un mini satellite de la société, lancé en même temps, à l'aide d'une plaque aimantée, dans le but de le "désorbiter", c'est-à-dire le précipiter dans l'atmosphère pour qu'il brûle.

Les Européens et Américains développent des concepts proches, mais à ce jour, l'idée de faire le ménage en orbite reste très expérimentale.

Nobu Okada a répondu à l'AFP à l'occasion du 35e Space Symposium, grand rendez-vous de l'industrie spatiale à Colorado Springs, aux Etats-Unis.

QUESTION: Existe-til un marché pour retirer les débris spatiaux?

REPONSE: "Quand j'ai commencé, on me disait: il n'y a pas de marché, personne ne paiera pour retirer des débris. Pour moi c'était une bonne nouvelle, car s'il n'y pas de marché, il n'y a pas de concurrence!

Mais la densité des débris spatiaux a atteint un niveau critique tel que des collisions peuvent arriver à n'importe quel moment. Il faut donc que quelqu'un nettoie l'espace".

QUESTION: Qui va payer?

REPONSE: "Les débris futurs viendront des constellations. Une partie des satellites mourront en orbite et devront être remplacés, afin de garantir la couverture. Il faut donc enlever les vieux satellites pour que l'orbite reste propre. Pour les constellations, c'est une question de continuité".

"L'autre marché, ce sont les débris qui sont déjà là-haut. La plupart viennent des Etats. Il faut prioriser les plus dangereux, par exemple les étage supérieurs des fusées, et les gouvernements devront financer.

Il y a deux ans, les gouvernements se contentaient d'écouter. Mais ils commencent à assumer leurs responsabilités".

QUESTION: Avez-vous déjà des clients, et combien vos services leur coûteront-ils?

REPONSE: "Nous avons de multiples projets avec des clients potentiels".

"Avant de nous lancer, les gens n'avaient aucune idée du coût de retirer un débris, faute de technologie existante. Les gens se disaient, 100, 300 ou 500 millions de dollars pour retirer un seul objet. Notre prix dépendra de la position de l'objet dans l'espace, mais ce sera beaucoup, beaucoup moins".

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le siège de la Nasa prend le nom de Mary Jackson, première ingénieure afro-américaine
Miction impossible? La Nasa lance un appel à idées pour des toilettes lunaires
La voie lactée brille au-dessus des ruines d'Ariha en Syrie
Un éclair de plus de 700 km au Brésil
Le tir de la fusée Vega à Kourou reporté à cause de la météo
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Le Soleil vu de plus près: une cascade de surprises
Débris, constellations et satellites-espions: l'enjeu de la surveillance de l'espace
Titan, un monde de plaines, de montagnes et de lacs
La sonde spatiale japonaise Hayabusa 2 va entamer son retour sur Terre
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Le siège de la Nasa prend le nom de Mary Jackson, première ingénieure afro-américaine
Miction impossible? La Nasa lance un appel à idées pour des toilettes lunaires
Norvège: premiers coups de pelle pour excaver un bateau viking
Don du corps à la science: leur utilisation pour des crash tests
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.064 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.