ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 23 Mai 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 11/04/2019 à 22:32


La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère


AFP

Dans un stand du 35e Symposium de l'espace, grand rendez-vous annuel américain de l'industrie spatiale dans l'ombre des Rocheuses à Colorado Springs, Alan Campbell attend des nouvelles de la NASA.

Il est chef de projet chez Draper, illustre société spécialisée dans les systèmes électroniques qui guida les astronautes d'Apollo jusqu'à la Lune il y a bientôt 50 ans. Draper est candidate naturelle pour aider la NASA à y retourner en 2024 ... Mais encore faudrait-il que les appels d'offres soient finalisés.

« Nous ne savons pas quand ils sortiront, car la NASA mouline en ce moment », dit-il. « Nous ne pouvons pas travailler sur leurs problèmes tant qu'ils ne nous ont pas dit quels problèmes ils voulaient résoudre ».

L'attente était similaire dans des centaines d'entreprises du secteur aérospatial, des plus grands groupes aux sous-traitants les plus spécialisés, dont beaucoup étaient représentées cette semaine à Colorado Springs.

Jusqu'au 26 mars dernier, le retour sur la Lune était programmé pour 2028, mais le gouvernement de Donald Trump a alors soudainement avancé la date de quatre ans, plongeant l'agence spatiale dans la pagaille.

Le premier problème est la fusée lourde, baptisée SLS, qui doit envoyer les astronautes vers la Lune. Boeing la construit mais a des années de retard et n'est pas certain d'être prêt pour le premier vol d'essai (à vide) en 2020.

Sur son stand, le constructeur américain a relégué la maquette de SLS dans un coin.

La capsule Orion pour astronautes, construite par le concurrent Lockheed Martin, devrait quant à elle être prête, assure à l'AFP son chef de projet, Michael Hawes. Elle sera livrée en janvier au centre spatial Kennedy, selon lui.

Une maquette grandeur nature d'Orion est exposée à l'extérieur de la conférence.

L'Europe attend

Mais marcher sur la Lune nécessite plus qu'une fusée et une capsule : la NASA veut assembler une mini-station en orbite lunaire, où les astronautes feront étape avant la descente sur le sol lunaire.

Sierra Nevada Corporation a imaginé un module d'habitation gonflable pour loger les astronautes. À ce stade, la société ignore pour quand la NASA voudra un habitat, mais Kimberly Schwandt, porte-parole sur le stand, garde le sourire. « Quoi que la NASA décide, nous sommes prêts », dit-elle.

Les Européens, présents aussi en nombre ici, sont perplexes, car ils doivent livrer un module de communication.

« Nous espérons pouvoir le faire à temps », dit à l'AFP Johann-Dietrich Wörner, directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA). « Cela dépend aussi un peu du calendrier des Américains ».

Les chefs d'agences spatiales internationales venus au symposium ont prévenu le patron de la NASA, Jim Bridenstine, qu'ils avaient besoin d'un plan finalisé avant l'automne, car le budget de l'ESA sera décidé en novembre.  

« Je suis prêt à aller en Europe pour rassurer les décideurs politiques », a dit Jim Bridenstine, conscient que la brusque décision de M. Trump s'était faite sans aucune consultation avec les partenaires internationaux.

Comment alunir ?

Mais l'urgence absolue, insistent les industriels, est de définir « l'atterrisseur » qui fera descendre les astronautes de la station vers la Lune. Industriellement, il est presque déjà trop tard pour lancer la fabrication, avertissent les entreprises les plus expérimentées.

« Nous devons commencer à courber le métal l'an prochain, ce qui veut dire que l'outillage devrait déjà être chez nous. Et j'espère que quelqu'un a déjà commandé pas mal d'aluminium », ironise Rob Chambers, responsable de Lockheed Martin pour l'exploration spatiale humaine.

Beaucoup préviennent la NASA qu'elle devra alléger sa bureaucratie légendaire.

Michael Hawes, lui-même ancien de la maison, raconte à titre d'exemple que pour la capsule Orion, les équipes de Lockheed Martin et de la NASA ont aujourd'hui pas moins de 400 réunions par semaine. « Vous trouvez que cela reflète une certaine urgence ? »

Et puis un détail crucial semble pour l'instant oublié : « Si vous voulez faire des choses sur la Lune, il faut une combinaison spatiale », rappelle Dean Eppler, qui a passé 20 ans à tester et utiliser des prototypes de combinaisons spatiales et est aujourd'hui à l'Aerospace Corporation.

Le calendrier actuel est la livraison du prototype de la nouvelle combinaison de la NASA en 2023 ... pour des tests.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Après la Lune, le premier pas sur Mars dans les années 2030... ou 2060?
Voir le trou noir fut comme reconstituer une chanson jouée sur un piano cassé, dit Katie Bouman
SpaceX reporte encore son premier lancement de satellites internet
La Chine à la recherche du manteau lunaire
SpaceX lance la première vague de sa constellation de satellites
Mission lunaire: la NASA demande une rallonge budgétaire de 1,6 milliard
L'exercice de simulation d'astéroïde a fini par l'annihilation de New York
Si un astéroïde fonçait sur la Terre, que ferait-on?
Un premier séisme détecté sur Mars
Un premier Chinois sur la Lune dans une dizaine d'années, selon Pékin
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice
Faidherbia Albida, arbre refuge de l'agriculture sahélienne
A Cannes, la fin d'un faux récif de vieux pneus, une hérésie environnementale
En Irak, les marais misent sur l'écotourisme pour redevenir jardin d'Eden
Corée du Sud : retour de l'ibis nippon 40 ans après son extinction
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.068 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.