ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 23 Mai 2019

SANTE - Publié le 17/04/2019 à 12:07


Pour sa santé et la vôtre, évitez de laisser sortir votre chat


AFP

Un bon conseil: gardez vos chats à l'intérieur. Ceux qui s'aventurent à l'extérieur ont près de trois fois plus de risques d'être contaminés par divers parasites que ceux qui restent tranquillement à la maison, révèle une étude publiée mercredi.

"C'est la première fois que l'on quantifie le risque lié au fait que le chat domestique sorte de chez lui", déclare à l'AFP Kayleigh Chalkowski de l'Université d'Auburn en Alabama (Etats-Unis) principale auteure de l'étude parue dans Biology Letters (Royal Society).

La jeune biologiste et d'autres chercheurs de l'Université d'Auburn en Alabama (Etats-Unis) ont réalisé une "méta-analyse" sur ce sujet en combinant les résultats de 21 études sur diverses infections du chat domestique (Felis catus) dans 16 pays du monde.

Dix-neuf pathogènes (parasites, virus, bactéries...) ont été analysés, dont plusieurs sont susceptibles de se transmettre à l'homme comme Toxoplasma gondii, l'agent de la toxoplasmose, ou Toxocara cati, un ver intestinal.

"Nous avons trouvé que les chats autorisés à sortir sont 2,77 fois plus susceptibles d'être infectés par des parasites que ceux qui restent à l'intérieur", indique Kayleigh Chalkowski.

L'équipe a également regardé si cet effet "outdoor" changeait selon la latitude des zones géographiques où vivent les chats étudiés (Canada, Espagne, Allemagne, Suisse, Brésil, Estonie, Roumanie, Chypre...).

Et là, surprise. "Nous pensions que les chats dans les zones tropicales seraient davantage concernés par le facteur de risque que représente l'accès à l'extérieur car il y davantage de vie sauvage et de parasites".

Mais c'est le contraire: les chats qui vivent sous des latitudes plus élevées - plus au nord dans notre hémisphère - ont davantage de risques d'être contaminés par des pathogènes lors de sorties extérieures que ceux qui vivent sous les tropiques, souligne Kayleigh Chalkowski.

Conclusion : "quel que soit l'endroit du monde où l'on vit, garder son chat à l'intérieur est un bon moyen de le tenir éloigné des maladies infectieuses", souligne la chercheuse, ajoutant que nombre de pathogènes transportés par ce félin peuvent se transmettre à l'homme.

Les animaux sauvages eux aussi seraient gagnants car le chat domestique peut leur transmettre des maladies (et vice versa).

Il y a environ 500 millions de chats domestiques dans le monde dont 90 millions aux Etats-Unis et 13 millions en France.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Plus d'un Français sur deux a déjà renoncé à un achat alimentaire en raison d'un manque d'information sur l'emballage
Cancer du sein : un régime alimentaire sain pourrait réduire les risques de décès
Une étude éclaire les traces laissées dans notre mémoire par la peur
Rougeole: les politiques de vaccination insuffisantes pour contrer l'épidémie
L'arrêt des soins de Vincent Lambert a commencé
Les familles au niveau socio-économique élevé seraient davantage exposées aux substances chimiques
La capacité à détecter l'odeur de café pourrait aider à lutter contre l'addiction au tabac ou au cannabis
Orthorexie : une étude canadienne évalue les comportements à risque
Boire deux tasses de café par jour permettrait de vivre plus longtemps
La paternité tardive comporte des risques pour la mère et l'enfant à naître
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice
Faidherbia Albida, arbre refuge de l'agriculture sahélienne
A Cannes, la fin d'un faux récif de vieux pneus, une hérésie environnementale
En Irak, les marais misent sur l'écotourisme pour redevenir jardin d'Eden
Corée du Sud : retour de l'ibis nippon 40 ans après son extinction
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.073 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.