ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 23 Octobre 2019

SANTE - Publié le 17/04/2019 à 12:07


Pour sa santé et la vôtre, évitez de laisser sortir votre chat


AFP

Un bon conseil: gardez vos chats à l'intérieur. Ceux qui s'aventurent à l'extérieur ont près de trois fois plus de risques d'être contaminés par divers parasites que ceux qui restent tranquillement à la maison, révèle une étude publiée mercredi.

"C'est la première fois que l'on quantifie le risque lié au fait que le chat domestique sorte de chez lui", déclare à l'AFP Kayleigh Chalkowski de l'Université d'Auburn en Alabama (Etats-Unis) principale auteure de l'étude parue dans Biology Letters (Royal Society).

La jeune biologiste et d'autres chercheurs de l'Université d'Auburn en Alabama (Etats-Unis) ont réalisé une "méta-analyse" sur ce sujet en combinant les résultats de 21 études sur diverses infections du chat domestique (Felis catus) dans 16 pays du monde.

Dix-neuf pathogènes (parasites, virus, bactéries...) ont été analysés, dont plusieurs sont susceptibles de se transmettre à l'homme comme Toxoplasma gondii, l'agent de la toxoplasmose, ou Toxocara cati, un ver intestinal.

"Nous avons trouvé que les chats autorisés à sortir sont 2,77 fois plus susceptibles d'être infectés par des parasites que ceux qui restent à l'intérieur", indique Kayleigh Chalkowski.

L'équipe a également regardé si cet effet "outdoor" changeait selon la latitude des zones géographiques où vivent les chats étudiés (Canada, Espagne, Allemagne, Suisse, Brésil, Estonie, Roumanie, Chypre...).

Et là, surprise. "Nous pensions que les chats dans les zones tropicales seraient davantage concernés par le facteur de risque que représente l'accès à l'extérieur car il y davantage de vie sauvage et de parasites".

Mais c'est le contraire: les chats qui vivent sous des latitudes plus élevées - plus au nord dans notre hémisphère - ont davantage de risques d'être contaminés par des pathogènes lors de sorties extérieures que ceux qui vivent sous les tropiques, souligne Kayleigh Chalkowski.

Conclusion : "quel que soit l'endroit du monde où l'on vit, garder son chat à l'intérieur est un bon moyen de le tenir éloigné des maladies infectieuses", souligne la chercheuse, ajoutant que nombre de pathogènes transportés par ce félin peuvent se transmettre à l'homme.

Les animaux sauvages eux aussi seraient gagnants car le chat domestique peut leur transmettre des maladies (et vice versa).

Il y a environ 500 millions de chats domestiques dans le monde dont 90 millions aux Etats-Unis et 13 millions en France.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Les enfants japonais champions de la santé grâce au déjeuner scolaire
Le raw foodisme de Médor et Tigrou n'est pas sans risque
Comment le cerveau accroît ou diminue la perception de la douleur
Les défenseurs du vapotage sur des charbons ardents
Les foetus seraient plus attirés par la musique classique que par le rock
La congélation embryonnaire serait associée à un poids plus élevé à la naissance
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Beauté des ongles, mais risques pour la santé
Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, mais pas forcément en bonne santé
Journée mondiale de la santé mentale : une campagne pour en finir avec les idées reçues sur la dépression
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Les enfants japonais champions de la santé grâce au déjeuner scolaire
Le raw foodisme de Médor et Tigrou n'est pas sans risque
Comment le cerveau accroît ou diminue la perception de la douleur
Un avocat de 2,5 kilos bat un record à Hawaii
Une famille attendait la fin des temps recluse dans une ferme
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
À New Delhi, une montagne de déchets haute comme le Taj Mahal
Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs
L’orientation sexuelle n’est pas définie par un seul gène
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Découverte d'une deuxième planète autour de l'étoile Beta Pictoris
Des gravures d'animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême
Climat: les canicules seront plus longues, prévient une étude
La chasse aux rumeurs, enjeu vital de la lutte contre Ebola en RDC
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.066 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.