ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 12 Novembre 2019

PLANETE - Publié le 18/04/2019 à 22:59


Le plus gros perroquet du monde profite du réchauffement climatique


AFP

Le plus gros perroquet du monde, le kakapo, ou perroquet-hibou, natif de Nouvelle-Zélande et espèce en danger, a enregistré cette année un nombre record de naissances, peut-être bien grâce au réchauffement climatique, selon des scientifiques néo-zélandais.

Alors qu'il y a une cinquantaine d'années, on croyait cet oiseau nocturne éteint, quelque 75 oisillons devraient survivre cette année, a expliqué à l'AFP Andrew Digby, un conseiller scientifique pour le sauvetage du kakapo en Nouvelle-Zélande.

Il surveille un programme de reproduction qui est suivi de tellement près que les scientifiques peuvent dire avec certitude que le dernier des 249 oeufs pondus cette année devrait éclore vendredi.

Cru éteint jusqu'à la découverte de quelques adultes en 1970, cet oiseau au plumage vert et jaune qui peut atteindre jusqu'à 60 cm et peser jusqu'à 4 kilos, et est le seul perroquet qui ne vole pas, compte actuellement une population de 147 adultes.

Le kakapo est aussi un perroquet inhabituel pour ce qui est de ses habitudes reproductives, a expliqué M. Digby. Les femelles ne s'accouplent que tous les deux à quatre ans, lorsque les baies de rimu dont elles se nourrissent, une plante indigène à la Nouvelle-Zélande, sont particulièrement nombreuses.

« Nous ne sommes pas sûrs de la raison, mais la baie de rimu est particulièrement riche en vitamine D, et est un super aliment, associé à la fertilité et la bonne santé », a-t-il précisé.

Et les baies de rimu ont été extrêmement nombreuses cette année, peut-être-c'est l'une des théories avancées-grâce au réchauffement climatique.

Au début de la saison des amours, les mâles se pavanent devant les femelles, qui choisissent un partenaire.

Après l'accouplement, la relation se termine et le mâle ne participe ni au processus d'incubation ni à l'élevage.  

Les kakapos - dont le nom signifie « perroquet de nuit » en maori - sont maintenus sur quatre îles au large des côtes néozélandaises sur lesquelles elles n'ont pas de prédateur.

Ils vivent à l'état sauvage, mais sont chacun munis d'un transmetteur radio, et les nids sont également surveillés.

« C'est probablement l'une des espèces les plus étroitement surveillées au monde », a encore souligné M. Digby, qui explique que la surveillance pourra être allégée lorsque la population aura atteint au moins 500 individus.

Selon lui, sur les 50 femelles adultes, 49 ont pondu cette année, pour un total de 249 oeufs. Sur ceux-ci, 89 ont éclos, et 75 oisillons devraient arriver à l'âge adulte.

C'est plus du double des chiffres de la dernière saison de reproduction il y a trois ans.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Un petit ruminant disparu des radars depuis 25 ans photographié au Vietnam
Les coraux des Caraïbes en danger de mort
Climat: plus vite, plus haut que prévu pour les océans?
Le pirarucu, poisson géant d'Amazonie prisé par les gastronomes
L'oiseau le plus bruyant du monde crie pour trouver l'amour
Un louveteau affaibli prend ses quartiers dans une station de ski des Alpes-Maritimes
Les dauphins roses d’Amazonie contaminés au mercure
Un insecte nommé Greta
Des baleines adaptent leur communication pour protéger leurs bébés
Le voyage périlleux des tortues de mer nées sur les côtes grecques
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Les ossements de 14 mammouths découverts au Mexique
600 bouteilles de cognac remontées d'une épave centenaire en mer Baltique
Italie: une truffe blanche adjugée 120.000 euros à la traditionnelle vente d'Alba
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
Le monstre du Loch Ness: et s'il y avait anguille sous roche?
Chine: après les chats, voilà les bars... à canards
Polluants détectés chez les Français : quelles sources et quels dangers?
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Un serpent à deux têtes découvert à Bali
Antarctique: expédition écologique et éducative pour évaluer la pollution
En Chine, on règle avec son visage même quand on paie pas de mine
Pérou: explosions et nuées de cendres depuis le volcan Ubinas
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.043 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.