ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 22 Juillet 2019

CIEL&ESPACE - Publié le 25/04/2019 à 17:37


La sonde japonaise Hayabusa2 crée un cratère sur un astéroïde, une première


AFP

Un engin explosif largué par une sonde spatiale japonaise est parvenu à créer un cratère artificiel sur un astéroïde, une première qui vise à éclaircir la constitution du système solaire, a annoncé jeudi l'agence d'exploration de l'espace (JAXA).

Hayabusa2 a libéré à proximité de l'astéroïde Ryugu un « impacteur » qui, en explosant, a projeté une masse sur le corps interstellaire afin d'en abîmer la surface.

« Créer un cratère artificiel avec un impacteur et l'observer en détail par la suite est une première tentative mondiale », a déclaré un responsable de la mission lors d'un point de presse. « C'est un grand succès », s'est-il félicité.

Sur les images prises par la sonde, « nous pouvons voir un trou énorme plus clairement que prévu », a commenté Masahiko Arakawa, professeur de l'Université de Kobe impliqué dans le projet, ajoutant que les images montraient un cratère de 10 mètres de diamètre.  

Les chercheurs pensent que l'astéroïde contient de relativement grandes quantités de matière organique et d'eau depuis environ 4,6 milliards d'années, lorsque le système solaire est né.  

En février, Hayabusa2 avait réussi à se poser sur Ryugu, un contact furtif qui a apparemment permis de collecter des poussières du sol de ce corps interstellaire. Mais cette fois, ce sont des éléments plus en profondeur qu'il s'agit de récupérer.

L'aventure Hayabusa2 a débuté le 3 décembre 2014. La sonde est alors partie pour un long périple de 3,2 milliards de kilomètres pour arriver jusqu'à Ryugu qui se trouve à 340 millions de kilomètres de la Terre, car il est impossible d'y aller en ligne droite.  

Il lui a fallu trois ans et dix mois pour parvenir à destination. En juin 2018, elle s'est finalement stabilisée à 20 kilomètres de Ryugu, astéroïde très ancien en forme de diamant qui date de la formation du système solaire.

La sonde avait aussi largué en octobre sur l'astéroïde un petit robot franco-allemand, Mascot, qui avait travaillé plus de 17 heures pour analyser la composition du sol de ce corps rocheux primitif, dans l'espoir de mieux comprendre la formation du système solaire.

Le but ultime est de contribuer à enrichir les connaissances de notre environnement spatial « pour mieux appréhender l'apparition de la vie sur Terre », selon la JAXA. L'arrivée sur Terre des échantillons recueillis est attendue en 2020.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
Pour retourner sur la Lune, l'urgence de nouvelles combinaisons spatiales
Un composé présent dans le raisin pourrait renforcer les muscles des astronautes qui iront sur Mars
À 82 ans, Sue Finley, codeuse à la NASA, vise toujours les étoiles
Objectif Lune pour une sonde indienne
La machine qui a aidé les hommes à arriver sur la Lune
Des centaines d'objets archéologiques sur la Lune: faut-il les protéger?
Un drone sur Titan en 2034, la mission d'une vie
Test réussi par la Nasa de l'interruption d'urgence du lancement d'astronautes
Spectaculaire éclipse totale de soleil au-dessus du Chili
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le premier pas sur la Lune, il y a 50 ans
L'Etna à nouveau en éruption
Un nouvel épisode de canicule, plus court, mais intense, se prépare
Bali s'attaque à l'invasion du plastique
Le Kenya inaugure le plus grand parc éolien d'Afrique
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.067 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.