ACCUEIL | FLUX RSS
Mardi 12 Novembre 2019

SANTE - Publié le 02/05/2019 à 00:42


Malbouffe et stress ne font pas bon ménage


AFP

Vous avez tendance à vous jeter sur le pot de crème glacée ou sur les bonbons en période de stress ? Même si cette habitude procure du réconfort, elle envoie un message erroné à votre cerveau et favorise la prise de poids, pointe une nouvelle étude australienne publiée dans la revue "Cell Metabolism". 

Si on sait depuis longtemps que la junk food est mauvaise pour la santé et que le stress favorise la prise de poids, ces travaux mettent en lumière un mécanisme cérébral responsable de ce phénomène. Supervisées par le professeur Herbert Herzog, chef du laboratoire des troubles de l'alimentation à l'Institut de recherche médicale Garvan (Sydney, Australie), les recherches montrent qu'une alimentation riche en calories entraîne une prise de poids supérieure lorsqu'elle est combinée au stress par le biais d'une voie moléculaire dans le cerveau. 

Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques ont étudié deux zones du cerveau chez la souris : l'hypothalamus, connue pour réguler le comportement alimentaire et l'amygdale, partie du cerveau qui gère les émotions, dont l'anxiété.

"Notre étude a montré que lorsqu'elles étaient stressées pendant une période prolongée et que des aliments riches en calories étaient disponibles, les souris devenaient obèses plus rapidement que celles qui consommaient les mêmes aliments riches en gras dans un environnement sans stress", explique le Dr Kenny Ip, auteur principal de l'étude.

A l'origine de ce gain de poids, les scientifiques ont découvert une molécule appelée neuropeptide Y (NPY) produite naturellement par l'amydale en situation de stress. "Lorsque nous inhibions la production de NPY dans l'amygdale, le gain de poids était réduit. Sans NPY, la prise de poids avec un régime riche en graisses et en stress était la même que dans un environnement sans stress. Cela montre un lien clair entre le stress, l'obésité et le NPY", explique le Dr Ip.

"Cercle vicieux"

Afin de comprendre ce qui pouvait stimuler l'action du NPY sous l'effet du stress, les scientifiques ont analysé les cellules nerveuses qui produisent le NPY dans l'amygdale et ont découvert qu'elles avaient des récepteurs pour l'insuline, hormone produite par le pancréas qui permet aux sucres de s'infiltrer dans les cellules du corps juste après un repas et envoie un signal au cerveau pour lui dire d'arrêter de manger.

L'expérience sur les souris a montré que le stress chronique associé à un régime riche en calories faisait grimper les taux d'insuline dans l'amygdale et produisait une désensibilisation des cellules nerveuses à l'insuline. En retour, ces cellules nerveuses désensibilisées ont augmenté leur taux de NPY. 

"Nos résultats révèlent un cercle vicieux, où des taux d'insuline élevés et chroniques, dûs au stress et à une alimentation riche en calories, augmentent l'appétit", explique le professeur Herzog. "Il devient de plus en plus clair que l'insuline n'a pas seulement un impact sur les régions périphériques du corps, mais qu'elle régule les fonctions du cerveau. Nous espérons explorer ces effets plus en profondeur à l'avenir", conclut-il. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Une nouvelle souche rare du VIH enregistrée
La pneumonie tue un enfant toutes les 39 secondes
Un régime riche en fibres et en yaourt pourrait protéger du cancer du poumon
Les enfants japonais champions de la santé grâce au déjeuner scolaire
Le raw foodisme de Médor et Tigrou n'est pas sans risque
Comment le cerveau accroît ou diminue la perception de la douleur
Les défenseurs du vapotage sur des charbons ardents
Les foetus seraient plus attirés par la musique classique que par le rock
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
La médecine traditionnelle chinoise doit être encadrée, selon les académies européennes
Vapotage: les autorités américaines pensent avoir percé le mystère des maladies pulmonaires
Les ossements de 14 mammouths découverts au Mexique
600 bouteilles de cognac remontées d'une épave centenaire en mer Baltique
Italie: une truffe blanche adjugée 120.000 euros à la traditionnelle vente d'Alba
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Découverte au Japon d'une nouvelle espèce de dinosaure
Le monstre du Loch Ness: et s'il y avait anguille sous roche?
Chine: après les chats, voilà les bars... à canards
Polluants détectés chez les Français : quelles sources et quels dangers?
La plus grande étude d'ADN éclaircit l'origine des langues indo-européennes
Un serpent à deux têtes découvert à Bali
Antarctique: expédition écologique et éducative pour évaluer la pollution
En Chine, on règle avec son visage même quand on paie pas de mine
Pérou: explosions et nuées de cendres depuis le volcan Ubinas
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.056 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.