ACCUEIL | FLUX RSS
Lundi 24 Fevrier 2020

TECHNOLOGIES - Publié le 02/05/2019 à 00:44


D'ici 50 ans, il pourrait y avoir plus de profils de personnes décédées que vivantes sur Facebook


AFP

Lorsqu'une personne décède, elle continue d'exister sur Facebook. Car sans mot de passe, difficile de supprimer le compte. De nombreux profils sont donc laissés à l'abandon mais toujours actifs, tandis que certaines personnes décident de transformer les pages en mémoriaux numériques.

Selon des chercheurs de l'Oxford Institute Internet (OII) de l'université d'Oxford (Angleterre), le nombre de personnes décédées sur Facebook pourrait surpasser le nombre de personnes vivantes d'ici 50 ans au plus tôt. Publiée en ligne par Big Data & Society, l'étude prévoit que sur la base des niveaux d'utilisateurs de 2018, au moins 1,4 milliard de membres mourront avant 2100.

Dans ce scénario, il y aurait plus de morts présents sur Facebook que de vivants d'ici 2070. En revanche, si la croissance actuelle de Facebook est maintenue (environ 13% par an à l'échelle mondiale), le nombre d'utilisateurs décédés pourrait atteindre 4,9 milliards avant la fin du siècle.

Les situations décrites dans cette étude sont basées sur les données des Nations Unies relatives au taux de mortalité de la population mondiale, répartie par pays et par tranche d'âge. "Les résultats ne doivent pas être interprétés comme une prédiction, mais comme une observation de l'évolution actuelle et une opportunité de façonner l'avenir vers lequel nous nous dirigeons", explique Carl Öhman, doctorant à l'Oxford Internet Institute et co-auteur de l'étude.

Garder la main sur notre patrimoine numérique

Si ces deux scénarios paraissent un peu extrêmes, ils suggèrent néanmoins une réalité qui pourrait se situer quelque part entre les deux. "Ces statistiques soulèvent de nouvelles questions complexes : qui a le droit d'accéder à toutes ces données et comment les gérer au mieux dans l'intérêt des familles et des amis des défunts ?", souligne Carl Öhman. 

"Il est important que nous veillions à ce que l'accès à ces données historiques ne soit pas limité à une seule entreprise à but lucratif. Il est également important de veiller à ce que les générations futures puissent utiliser notre patrimoine numérique pour comprendre leur propre histoire", ajoute David Watson, également doctorant à l'OII et deuxième auteur de l'étude.

Au-delà du problème d'accès et de partage de nos données numériques, se pose celui de la santé mentale des proches dont la personne décédée continue "de vivre" sur les réseaux sociaux. Recevoir des notifications sur Facebook en provenance du profil d'un être cher qui n'est plus de ce monde peut s'avérer éprouvant pour la personne en deuil. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le piège des objets connectés
Entrepôt high-tech pour livrer au plus vite du frais dans la ville qui ne dort jamais
Le streaming en expansion, son empreinte écologique aussi
L'emploi à l'ère de l'intelligence artificielle: des robots et des hommes
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Révolution technologique en Birmanie, un des derniers pays à adopter un code informatique universel
En Chine, on règle avec son visage même quand on paie pas de mine
42, une école française d'informatique qui bouscule les codes
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Un jeu vidéo conçu pour développer l'intelligence émotionnelle chez les adolescents
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Deux vieux satellites vont se frôler au-dessus des Etats-Unis
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Qu'est-ce qui pousse certaines personnes à considérer les femmes comme des objets sexuels ?
Les enfants apprennent plus facilement au contact d'une personne qu'ils jugent fiable
Les enfants et les écrans: des risques et des bénéfices
 LES PLUS LUS 
Un maire décrète l’obligation d’être en joie pendant une semaine
Les premiers bus à hydrogène entrent en service en France
Cuir de poisson: quand de jeunes chimistes marient luxe et écologie
L'antique tombe de la Dame de Vix, princesse celtique, ressurgit de la terre
Les squelettes surnommés les amants de Modène étaient deux hommes
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
L'anémie en début de grossesse pourrait augmenter le risque d'autisme chez l'enfant
Se montrer plus extraverti pour se sentir mieux ?
Des chercheurs ont appris à des rats à jouer à cache-cache
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.053 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.