ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 20 Juillet 2019

TECHNOLOGIES - Publié le 02/05/2019 à 00:49


Aux États-Unis, un drone a livré un colis précieux: un rein


AFP

À une heure du matin le 19 avril, un petit drone a décollé d'un stationnement de Baltimore avec un rein réfrigéré dans de la glace et parcouru 4,5 km pour atterrir sur le toit de l'hôpital universitaire du Maryland.

Il a fallu une autorisation spéciale de survol pour cette mission de dix minutes, et la police a fermé par précaution les rues le long du trajet de l'appareil, qui volait à 120 mètres d'altitude.

Mais l'expérience (réussie : une femme a reçu la greffe avec succès) montre que la technologie de livraison par drones, déjà opérationnelle pour des colis achetés en ligne dans certains pays, peut être exploitée de façon réaliste pour améliorer le système actuel de transport d'organes et en réduire le coût.

La médecine rattraperait ainsi lentement le secteur de la vente en ligne ; Google a obtenu l'autorisation de commencer cette année des livraisons par drone dans quelques villes en Australie et aux États-Unis.

« Je pense que d'ici trois à cinq ans, nous commencerons à voir des livraisons d'organes de façon plus régulière », dit à l'AFP le médecin Joseph Scalea, chirurgien et leader du projet au centre médical de l'université du Maryland. « Et les livraisons par drones deviendront sans doute largement possibles d'ici cinq à dix ans », espère-t-il.

Le temps est la contrainte la plus critique pour le transport d'organes. En 2018, 1,5 % des organes ne sont pas arrivés à destination, et 4 % ont subi un retard d'au moins deux heures, selon le réseau américain gérant le système de dons d'organes.

Actuellement, les organes sont transportés par des sociétés spécialisées, qui les font voyager à bord de lignes aériennes régulières ou affrètent de petits avions au besoin. En ville, le transport est ralenti par les embouteillages.

Le docteur Scalea imagine un avenir où des drones relieraient hôpitaux et aéroports, ou bien des hôpitaux d'une même ville entre eux.

« Il y a énormément d'avantages potentiels, même sur des courtes distances de six, sept ou huit kilomètres », dit-il.

Le médecin, qui a fondé une société de gestion de données pour le transport conventionnel et « non conventionnel » d'organes, compare le système à un service de type Uber, plus flexible et moins coûteux que les « taxis » actuellement utilisés.  

Le coût moyen du transport d'un rein est de 5000 $ US, selon lui, ce qui est généralement pris en charge par les assurances.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Un jeu vidéo conçu pour développer l'intelligence émotionnelle chez les adolescents
Les jeux vidéo de type Minecraft permettent-ils de doper la créativité ?
Près d'un Français sur deux estime que les médias véhiculent fréquemment des fausses informations
Facebook et YouTube s'engagent contre les remèdes miracles bidons
Et si les humains préféraient s'informer via des robots ?
L'intelligence artificielle bat enfin les humains dans un jeu multijoueur
L'intelligence artificielle et le big data à la rescousse des agriculteurs africains
Aux États-Unis, un drone a livré un colis précieux: un rein
D'ici 50 ans, il pourrait y avoir plus de profils de personnes décédées que vivantes sur Facebook
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.060 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.