ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 23 Mai 2019

SCIENCE - Publié le 02/05/2019 à 01:08


Les principales extinctions de masse sur la Terre


AFP

De nombreux scientifiques estiment que la Terre est au début d'une nouvelle "extinction de masse" marquée par la disparition d'espèces à un rythme alarmant, principalement à cause de l'activité humaine.

Mais ce n'est pas la première fois : depuis 500 millions d'années, la planète a vécu cinq précédents épisodes au cours desquels au moins la moitié des créatures vivantes ont été éradiquées en un clin d'oeil au regard de l'histoire géologique.

Au total, plus de 90% des organismes qui ont un jour marché, nagé, volé ou rampé ont aujourd'hui disparu.

Voici un aperçu de ces cinq principales extinctions de masse, au moment où scientifiques et diplomates de plus de 130 pays sont réunis jusqu'à samedi à Paris pour adopter la première évaluation mondiale des écosystèmes depuis près de 15 ans.

. Extinction de l'Ordovicien

Quand : il y a environ 445 millions d'années

Disparitions d'espèces : 60 à 70%

Cause probable : période glaciaire courte mais intense

A cette période, la vie se trouvait principalement dans les océans. Les experts estiment que la formation rapide de glaciers a congelé la plus grande partie de l'eau de la planète, provoquant une chute du niveau de la mer. Les organismes marins comme les éponges et les algues en ont payé le prix, tout comme des coquillages et des céphalopodes primitifs et des poissons sans mâchoires appelés ostracodermes.

. Extinction du Dévonien

Quand : il y a environ 360 à 375 millions d'années

Disparitions d'espèces : jusqu'à 75%

Cause probable : épuisement de l'oxygène dans les océans.

Là encore, les organismes marins ont été les plus touchés. La fluctuation du niveau des océans, le changement du climat ou l'impact d'un astéroïde sont soupçonnés d'en être responsables. D'après une des théories, la prolifération de végétaux terrestres a conduit à une anoxie (manque d'oxygène) dans les eaux de surface. Les trilobites, arthropodes du fond des océans, en ont notamment fait les frais.

. Extinction du Permien

Quand : il y a environ 252 millions d'années

Disparitions d'espèces : 95%

Causes probables : impacts d'astéroïdes, activité volcanique

Parfois qualifiée de "mère de toutes les extinctions", cette crise biologique de grande ampleur a dévasté les océans et les terres. Elle est la seule à avoir également pratiquement vu la disparition des insectes. Certains scientifiques pensent qu'elle s'est produite sur des millions d'années, d'autres seulement sur 200.000 ans.

Les trilobites qui avaient survécu aux deux premières extinctions ont finalement disparu, tout comme certains requins et poissons osseux. Sur terre, les moschops, des reptiles herbivores de plusieurs mètres de long, ont également fini par mourir.

. Extinction du Trias

Quand : il y a environ 200 millions d'années

Disparitions d'espèces : 70 à 80%

Causes probables : multiples, toujours en débat

La mystérieuse extinction du Trias a éliminé nombre de grandes espèces terrestres, dont la plupart des archosauriens, les ancêtres des dinosaures et dont descendent les oiseaux et les crocodiles d'aujourd'hui. La plupart des gros amphibiens ont également disparu.

Une théorie évoque des éruptions massives de laves au moment du morcèlement de la Pangée, le dernier supercontinent, éruptions accompagnées d'énormes volumes de dioxyde de carbone ayant provoqué un réchauffement climatique galopant. D'autres scientifiques soupçonnent des astéroïdes, mais aucun cratère n'a pour l'instant été identifié.

. Extinction de Crétacé

Quand : il y a environ 66 millions d'années

Disparitions d'espèces : 75%

Cause probable : impact d'un astéroïde

La découverte d'un immense cratère dans ce qui est aujourd'hui la péninsule mexicaine du Yucatan corrobore l'hypothèse selon laquelle l'impact d'un astéroïde est responsable de cette crise ayant vu la disparition des dinosaures non aviaires comme les T-Rex et les tricératops.

Mais la plupart des mammifères, des tortues, des crocodiles, des grenouilles et des oiseaux ont survécu, tout comme la vie marine, dont les requins, les étoiles de mer et les oursins.

Sans les dinosaures, les mammifères ont proliféré, conduisant à la naissance de l'homo sapiens, l'espèce responsable de la probable 6e extinction.

Sources : National Geographic, Encyclopédie Britannica, études scientifiques.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Comment les mères bonobos aident leurs fils à se reproduire
Le nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur
Un autre dinosaure-oiseau tenait compagnie à l'Archéoptéryx
L'ancêtre commun des humains modernes et de Neandertal sans doute plus ancien qu'on ne croyait
Hyptiotes cavatus, l'araignée qui se catapulte vers sa proie
A base de plantes ou de cellules, les alternatives à la viande foisonnent
Pour protéger la nature et l'Homme, la science prône des changements profonds
Egypte: découverte d'un cimetière de l'Ancien Empire à Guizeh
Italie : enquête sur l'ADN de Léonard de Vinci à partir d'une mèche de cheveux
En quelques siècles seulement, les humains ont changé les chevaux
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice
Faidherbia Albida, arbre refuge de l'agriculture sahélienne
A Cannes, la fin d'un faux récif de vieux pneus, une hérésie environnementale
En Irak, les marais misent sur l'écotourisme pour redevenir jardin d'Eden
Corée du Sud : retour de l'ibis nippon 40 ans après son extinction
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.052 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.