ACCUEIL | FLUX RSS
Samedi 24 Août 2019

SCIENCE - Publié le 02/05/2019 à 19:28


Italie : enquête sur l'ADN de Léonard de Vinci à partir d'une mèche de cheveux


AFP

Une énigmatique mèche de cheveux qui pourrait venir de Léonard de Vinci, présentée jeudi en Italie pour la première fois, va faire l'objet d'une enquête scientifique visant à retrouver l'ADN du génie de la Renaissance, cinq siècles après sa mort.

"Cette mèche de cheveux longtemps restée secrète, que nous avons retrouvée il y a trois ans aux Etats-Unis, va nous permettre de procéder à des recherches sur l'ADN de Léonard", a expliqué à l'AFP l'historien d'art Alessandro Vezzosi.

"Après 40 ans d'études sur la généalogie de De Vinci, nous avions présenté en 2016 35 descendants (indirects) vivants du maître et c'est peu après que j'ai été contacté par le collectionneur qui la possède et qui a accepté de la montrer", a-t-il ajouté.

Né en 1452 d'une liaison illégitime entre un riche notable et une paysanne adolescente, Léonard a été élevé par son grand-père paternel et son oncle. La thèse officielle retient qu'il n'a pas eu d'enfants mais a eu une vingtaine de demi-frères.

Alessandro Vezzosi a choisi symboliquement le jour du 500e anniversaire de la mort du maître toscan pour présenter jeudi, à la bibliothèque léonardienne du petit village de Vinci en Toscane, ce qu'il qualifie de "relique".

- 'Descendants vivants' -

Il s'agit de quelques dizaines de cheveux clairs, entre le blanc et le blond, fixés dans un cadre sur lequel est calligraphié en français "Les Cheveux de Leonardo da Vinci" et d'un anneau de bronze que des documents historiques décrivent comme celui que le savant florentin portait à son doigt.

"Nous n'affirmons pas à 100% qu'il s'agit de ses cheveux mais nous disons qu'il est aujourd'hui possible, sur la base des recherches généalogiques, de comparer l'ADN de ce matériel génétique avec celui des descendants toujours vivants de Léonard, retrouvés en Toscane, et dans diverses sépultures en France et en Espagne", explique Alessandro Vezzosi.

Selon ce spécialiste de la Renaissance, il est établi que les cheveux et l'anneau présentées à Vinci ont appartenu à l'écrivain français Arsène Houssaye (1814-1896), inspecteur général des musées de province, qui fut chargé en 1863 d'effectuer des fouilles dans le tombeau de Léonard, qui se trouve au château d'Amboise, dans la vallée de la Loire (centre de la France).

- Scepticisme -

L'authenticité de cette mèche de cheveux laisse toutefois sceptique Eike Schmidt, le directeur de la Galerie des Offices, célèbre musée florentin où sont exposées plusieurs oeuvres du maître.

"Aucun spécialiste n'y croit et, du reste, il est extrêmement improbable que cette mèche de Léonard puisse se retrouver dans une collection américaine", a-t-il déclaré jeudi à la presse.

"La tradition de collectionner les mèches de personnages célèbres remonte à l'époque romantique, au XIXe siècle" et non à la Renaissance, a-t-il expliqué.

Les fouilles d'Arsène Houssaye avaient mis au jour un squelette – la main droite placée derrière la tête –, des fragments de tombe avec les mentions –EO -AR –DUS –VINC- ("EO" comme Léonard et "VINC" comme Vinci ?) et des médailles françaises et italiennes du début du règne de François Ier. On avait aussi retrouvé quelques restes de barbe et de cheveux blancs.

Mort le 2 mai 1519 à 67 ans, Vinci a passé les trois dernières années de sa vie en France, où le roi mécène François Ier l'avait invité à venir exercer ses multiples talents dans les arts et les sciences.

- Saint-Hubert -

Il a été inhumé à la collégiale Saint-Florentin du château mais l'édifice a été détruit en 1807 et ses ossements présumés retrouvés par Arsène Houssaye sont conservés depuis 1874 dans la chapelle de Saint-Hubert à Amboise.

On retrouve la trace de la mèche et de l'anneau au XXe siècle aux Etats-Unis, acquis par un collectionneur puis par un second. Ce dernier, qui souhaite garder l'anonymat, est entré en contact avec M. Vezzosi.

Les chercheurs n'envisagent pas toutefois troubler le repos du génial inventeur pour procéder à des analyses ADN sur ses restes, un acte "qui pourrait être perçu comme une profanation", explique M. Vezzosi. A ce jour, aucune demande de prélèvement n'a jamais été officiellement déposée.

"Avec les descendants vivants et les sépultures de descendants, nous pouvons aujourd'hui faire des comparaisons sans toucher à la tombe, qui est un lieu à respecter avec sa signification historique et symbolique", précise l'historien, qui doit révèler les conclusions de ses recherches dans les prochains mois.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


L'homme de Neandertal avait développé l'oreille du surfeur pour pêcher
Le squelette d'une mérovingienne mis au jour à Cahors
Kenya: sur les traces de Simbakubwa, dans le capharnaüm du musée de Nairobi
Nouvelle-Zélande : découverte des restes d'Hercule, un perroquet géant
Des chercheurs percent le secret des requins fluorescents
L'Égypte présente un sarcophage de Toutânkhamon en restauration
Égypte: ouverture au public de deux nouvelles pyramides
Le plus vieil Homo sapiens non africain a été retrouvé
Envie de musarder utile cet été ? Faites des sciences participatives
Une tête de Toutankhamon vendue à Londres malgré la colère de l'Égypte
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
De nouvelles photos de l'astéroïde Ryugu nous aident à comprendre la formation des planètes
Floride: un mal mystérieux fait tituber lynx et panthères
La Russie lance avec succès un robot humanoïde dans l’espace
Pour se ressourcer, des chercheurs préconisent des pauses sans téléphone
Microplastiques dans l'eau potable : risques encore faibles pour la santé
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.040 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.