ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 23 Mai 2019

SANTE - Publié le 06/05/2019 à 20:44


Des médecins alertent sur l'urgence de surveiller le cœur des patients atteints de cancer


AFP

Les traitements administrés pour traiter le cancer ont des conséquences sur la santé cardiaque des patients, rappelle une étude présentée samedi 4 mai dans le cadre du congrès de la Société européenne de cardiologie. 

L'insuffisance cardiaque causée par le traitement du cancer peut survenir jusqu'à 20 ans après le traitement, expliquent les scientifiques à l'origine de l'étude. "Selon le type de chimiothérapie et de radiothérapie, entre 1% et 25% des patients atteints d'un cancer peuvent développer une insuffisance cardiaque due au traitement du cancer", a rappelé Robyn Clark, professeure à l'université Flinders (Adélaïde, Australie) et autrice principale de l'étude présentée lors du congrès EuroHeartCare 2019.

L'équipe de la Pre Clark a examiné les dossiers médicaux de 46 patients atteints de cancer cardiotoxique sélectionnés au hasard admis à l'hôpital entre 1979 et 2015. Seulement 11% ont été référés à un cardiologue avant la chimiothérapie et moins de la moitié (48%) ont été orientés vers une clinique spécialisée en cardiologie après le traitement de leur cancer.

Près de 40% étaient en surpoids ou obèses, 41% étaient des fumeurs ou d'anciens fumeurs, 24% étaient des consommateurs réguliers d'alcool, 48% souffraient d'hypertension et 26% étaient diabétiques. Des profils qui correspondent tous à des facteurs de risques cardiovasculaires. 

Une surveillance avant, après et pendant le traitement

Onze des patients qui ont participé à l'étude ont été interrogés sur leurs habitudes de vie. Plus de la moitié d'entre eux a expliqué avoir commencé à manger sainement après leur diagnostic de cancer, mais ne semblaient toutefois pas comprendre l'importance d'une alimentation équilibrée.

Or, comme le rappelle la Pre Clark, le risque de cardiotoxicité dépend également d'éléments néfastes pour le coeur, comme le tabagisme et l'obésité. "Une meilleure surveillance du cœur et une intervention avant, pendant et après le traitement peuvent prévenir ou atténuer l'impact de cette cardiotoxicité", souligne-t-elle.

La Pre Clark estime qu'il en va de la responsabilité des médecins d'informer leurs patients cancéreux des risques de cardiotoxicité des traitements. "La cardiotoxicité peut survenir même chez les personnes qui n'ont pas de facteurs de risque cardiovasculaire, car les médicaments contre le cancer comme les anthracyclines et le trastuzumab sont mauvais pour la santé cardiaque. En surveillant le cœur tout au long du cancer, on peut s'assurer qu'il est protégé", rappelle-t-elle. 

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Plus d'un Français sur deux a déjà renoncé à un achat alimentaire en raison d'un manque d'information sur l'emballage
Cancer du sein : un régime alimentaire sain pourrait réduire les risques de décès
Une étude éclaire les traces laissées dans notre mémoire par la peur
Rougeole: les politiques de vaccination insuffisantes pour contrer l'épidémie
L'arrêt des soins de Vincent Lambert a commencé
Les familles au niveau socio-économique élevé seraient davantage exposées aux substances chimiques
La capacité à détecter l'odeur de café pourrait aider à lutter contre l'addiction au tabac ou au cannabis
Orthorexie : une étude canadienne évalue les comportements à risque
Boire deux tasses de café par jour permettrait de vivre plus longtemps
La paternité tardive comporte des risques pour la mère et l'enfant à naître
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice
Faidherbia Albida, arbre refuge de l'agriculture sahélienne
A Cannes, la fin d'un faux récif de vieux pneus, une hérésie environnementale
En Irak, les marais misent sur l'écotourisme pour redevenir jardin d'Eden
Corée du Sud : retour de l'ibis nippon 40 ans après son extinction
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.063 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.