ACCUEIL | FLUX RSS
Jeudi 23 Mai 2019

SANTE - Publié le 06/05/2019 à 20:51


Water-polo : une étude alerte sur les risques de traumatismes crâniens


AFP

Vous jouez au water-polo ? Gare aux blessures à la tête, préviennent des chercheurs de l'université de Californie à Irvine.

Les auteurs de cette nouvelle étude publiée dans la revue PLOS One ont suivi trois cohortes de joueurs américains masculins de water-polo issus de la Division 1 de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) pendant trois saisons de 2015 à 2017. Au cours de l'expérience, les participants ont porté des casquettes dotées de capteurs électroniques lorsqu'ils jouaient.

Dans l'ensemble, les chercheurs ont compté une moyenne de 18 coups portés à la tête par match. Bien qu'aucune commotion cérébrale n'ait été diagnostiquée, la force des coups a été "semblable à celle observée dans le football, un autre sport qui est couramment étudié pour les risques associés à l'exposition répétée aux chocs à la tête", souligne James Hicks, directeur du département Ecologie et biologie évolutionnaire de l'UCI et co-auteur de l'étude.

"Des risques de traumastismes crâniens éclipsés par ceux du football"

Au cours des matchs de water-polo observés, les joueurs attaquants étaient plus susceptibles de recevoir des coups (60%) que les défenseurs (23%) et les ailiers (17%). Les joueurs situés au centre occupent la position la plus exposée. En moyenne, ils ont enduré près de sept coups au crâne par match, soit 37% de tous les impacts à la tête recensés par l'étude. Les joueurs en arrière-central sont également vulnérables, puisqu'ils ont reçu en moyenne deux coups sur la tête à chaque match.

"Pendant des années, les risques de traumatisme crânien du water-polo ont été minimisés ou éclipsés par les traumatismes crâniens liés au football. Nos données quantifient l'ampleur du problème et préparent le terrain pour des recherches supplémentaires et d'éventuels changements de règles ou d'équipement de protection pour améliorer la sécurité du water-polo", explique le Pr Hicks qui prépare, avec ses collègues de l'UCI, un manuscrit expliquant en détails comment les coups de tête au water-polo peuvent affecter les fonctions cérébrales. 

Une autre étude publiée il y a trois ans dans Frontiers in Neurology, réalisée par le Pr Hicks et le Dr Steven Small- professeur de neurologie à l'UCI- avait interrogé 1 500 membres de l'organisme USA Water Polo (États-Unis). Le sondage avait révélé que 36 % d'entre eux se souvenaient avoir subi au moins une commotion au cours de leur carrière.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Plus d'un Français sur deux a déjà renoncé à un achat alimentaire en raison d'un manque d'information sur l'emballage
Cancer du sein : un régime alimentaire sain pourrait réduire les risques de décès
Une étude éclaire les traces laissées dans notre mémoire par la peur
Rougeole: les politiques de vaccination insuffisantes pour contrer l'épidémie
L'arrêt des soins de Vincent Lambert a commencé
Les familles au niveau socio-économique élevé seraient davantage exposées aux substances chimiques
La capacité à détecter l'odeur de café pourrait aider à lutter contre l'addiction au tabac ou au cannabis
Orthorexie : une étude canadienne évalue les comportements à risque
Boire deux tasses de café par jour permettrait de vivre plus longtemps
La paternité tardive comporte des risques pour la mère et l'enfant à naître
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Phoques décapités : deux marins-pêcheurs convoqués devant la justice
Faidherbia Albida, arbre refuge de l'agriculture sahélienne
A Cannes, la fin d'un faux récif de vieux pneus, une hérésie environnementale
En Irak, les marais misent sur l'écotourisme pour redevenir jardin d'Eden
Corée du Sud : retour de l'ibis nippon 40 ans après son extinction
 LES PLUS LUS 
Le KitKat au thé matcha débarque en Europe
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.058 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.