ACCUEIL | FLUX RSS
Vendredi 3 Juillet 2020

INSOLITE - Publié le 06/05/2019 à 21:12


Quand les fans de Star Wars fabriquent leurs propres sabres laser


AFP

Le Taïwanais Makoto Tsaï n'arrivait pas à trouver de sabre laser digne de ce nom dans les magasins de jouets. Alors, en bon fan de La guerre des étoiles, il devint ingénieur et passa des années à perfectionner la réplique idéale de l'épée de lumière.

À 36 ans, il fait partie du petit groupe d'artisans à travers le monde qui ont fait carrière en fabriquant des clones remarquablement réalistes des fameux sabres d'énergie pure de la saga cinématographique Star Wars.

Tandis que les fans de la planète se réunissent le 4 mai à l'occasion de ce qui est devenu la fête non officielle de la série intergalactique, endeuillée cette année par le récent décès de Peter Mayhew, l'incarnation de Chewbacca, ils seront nombreux à brandir une épée de Makoto Tsaï.

De son atelier près de Taïpei, il exporte ses lames dans une quarantaine de pays aussi divers que les États-Unis et Cuba, la France, le Pérou, l'Islande ou la Tunisie.

Environ 80 % de ses commandes viennent de l'étranger. Il en coûte au minimum 255 $ pour se procurer une de ses épées, dont il a vendu un millier d'exemplaires en dix ans.

Les fans taïwanais ou d'origine ethnique chinoise se voient eux octroyer un rabais de 50 % à la condition de passer un examen écrit « pour prouver qu'ils ont suffisamment de passion pour La guerre des étoiles.

« Je fabrique chaque pièce à la main, c'est très intime pour moi », raconte le jeune homme à l'AFP dans son atelier rempli de souvenirs en rapport avec la saga. « Je veux que seuls ceux qui les aiment vraiment en possèdent ».

La série a beau être une franchise hollywoodienne pesant plusieurs milliards de dollars, les amateurs se plaignent depuis longtemps de la piètre qualité des sabres officiels trouvés sur le marché, leur reprochant d'être de pâles imitations des épées électrifiantes et lumineuses qu'on voit dans les films.

Quête de la perfection

Résultat, une industrie artisanale est née pour compenser le vide laissé par les grands fabricants de jouets.

Grâce aux avancées en matière de batteries, de LED et de technologies numériques, ces artisans produisent inlassablement des répliques de plus en plus élaborées des armes caractéristiques de la série.  Tubes luminescents, cartes son réagissant aux mouvements, tout est bon pour construire la lame idéale.

L'un des plus grands spécialistes des sabres laser est l'Américain Michael Murphy, établi en Californie. Son site de vente en ligne et forum FXSabers.com est ce qui se fait de mieux en matière de lieu d'échange sur les sabres laser.

« Le nombre de personnes capables d'en fabriquer, comme moi ou Makoto, est passé d'environ 25 dans les premières années à plus d'une centaine, contribuant aujourd'hui aux forums et offrant leurs services en matière de sabre laser d'une manière ou d'une autre », explique à l'AFP celui qui se fait surnommer Yoda.

Mais droits d'auteur obligent, beaucoup évitent de donner à leurs créations des noms directement empruntés à la série et en varient certains aspects.

L'épée originale brandie par Luke Skywalker dans le premier film sorti en 1977, une production à bas coût à des années-lumières des onéreux épisodes ultérieurs, avait été fabriquée avec une poignée de flash des anciens appareils photo Graflex.

Et à cause des aficionados, ces poignées rétro sont désormais très dures à trouver. Les épées les plus coûteuses, montées sur ces anciens flashes, se vendent jusqu'à 15 000 $ sur eBay.

Makoto Tsaï est tombé amoureux adolescent de l'univers d'Obi-Wan Kenobi, de la princesse Leia et de Darth Vader. Sa quête de la lame lumineuse parfaite le conduisit à poursuivre des études d'ingénierie électro-optique puis à travailler dans ce secteur. Aujourd'hui, il produit des épées à plein temps.

L'ingénieur explique effectuer des recherches constantes afin de façonner des sabres « plus lumineux, plus durables, plus faciles à manier » durant les duels d'escrime dont il fait la promotion.

« Que la force soit avec toi »

Son activité lui permet d'organiser des rassemblements gratuits pour les fans de la saga créée par George Lucas ainsi que des événements caritatifs, raconte-t-il.

« Je passe les deux tiers de mon temps à organiser des événements. Ma mission c'est de promouvoir La guerre des étoiles à Taïwan le plus possible et d'attirer encore davantage de fans ».

L'un des moments dont il est le plus fier fut une sortie au palais présidentiel à l'occasion de la journée Star Wars 2018.

Tout un assortiment de chevaliers Jedi, de Chewbacca et autres personnages intergalactiques avaient scandé « Que la force soit avec toi ! » au côté du vice-président Chen Chien-jen. Des soldats impériaux munis d'armes factices s'étaient joints à la police militaire pour monter la garde devant le siège de la présidence au coeur de Taïpei.

Cette année, les fans se rassembleront près du fameux gratte-ciel de la capitale, Taipei 101.  

Disney a promis de nombreux autres films et l'ingénieur taïwanais est certain d'attirer de nouvelles générations.

Makoto Tsaï se dit « très optimiste sur le fait qu'il y aura de plus en plus de fans purs et durs et que nous pourrons sans problème poursuivre sur notre élan encore au moins dix ans ».

Kuo Shun-hao, 20 ans, a mordu à l'hameçon il y a deux ans avec le septième épisode La guerre des étoiles : le réveil de la force. Maintenant, il fait régulièrement de l'escrime « laser ».  

« J'aime les duels et parler des films avec les autres fans », dit-il. « Je me fais de nouveaux amis car il y a souvent plein de nouveaux qui viennent à nos rassemblements d'escrime ».

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Tenues légères, danses vulgaires: la Chine tance 10 sites web
Japon: une attraction de maison hantée en mode drive-in face au virus
Tanzanie: un mineur devient millionnaire avec deux morceaux de tanzanite
Virus: panique en Australie, le papier toilette à nouveau rationné
Pandémie: au Japon, des geishas se convertissent au tout internet
Balade à Tokyo avec un amoureux des gants perdus
Le manchot royal, producteur fécond de gaz hilarant
Coronavirus: au Pakistan, une vaste vallée retrouve son confinement millénaire
Au Nicaragua, un artiste vit en ermite pour sculpter la montagne
Un New-Yorkais sourd réclame en justice des sous-titres à des sites pornos
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Un virus de grippe porcine découvert comme propice à une prochaine pandémie
Le siège de la Nasa prend le nom de Mary Jackson, première ingénieure afro-américaine
Miction impossible? La Nasa lance un appel à idées pour des toilettes lunaires
Norvège: premiers coups de pelle pour excaver un bateau viking
Don du corps à la science: leur utilisation pour des crash tests
 LES PLUS LUS 
L'eau sur Mars s'est volatilisée il y a 3,5 milliards d'années
Un accélérateur de particules pour révéler les secrets de papyrus vieux de 2.000 ans
Un exosquelette connecté au cerveau permet à un patient tétraplégique de marcher
Égypte: découverte de momies d’animaux et de statuettes à Saqqarah
Le stress prénatal chez les futures mères pourrait nuire au développement cérébral de l'enfant à naître
Les prochains astronautes sur la Lune sautilleront moins
L'homéopathie ne sera plus remboursée par la Sécu en 2021
Le poisson-clown n’a pas la capacité génétique de s’adapter
Le Nobel de médecine couronne la recherche sur l'adaptation du corps au manque d'oxygène
La pratique régulière du sport pourrait améliorer la santé cardiovasculaire à n'importe quel âge
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2020 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.063 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.