ACCUEIL | FLUX RSS
Mercredi 17 Juillet 2019

SANTE - Publié le 07/05/2019 à 10:14


Débat sur Lyme: un risque de recommander des pratiques non-scientifiques


AFP

La virulence de certains "activistes" risque d'aboutir à des recommandations de prise en charge de la maladie de Lyme "inefficaces et hasardeuses" car sans base scientifique, avertit mardi le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'agence sanitaire Santé publique France.

"Dans l'état actuel du débat (...) et la forme de certaines actions récentes d'activistes, ne pourrait-on pas (...) redouter de voir entrer dans des recommandations des pratiques non-argumentées par la science et de principe inefficaces et hasardeuses pour les malades?", craint le Dr Jean-Claude Desenclos, directeur scientifique de l'agence sanitaire, dans l'édito du BEH.

Tout l'enjeu du débat explosif autour de cette maladie est de "réconcilier les revendications des malades, dont la souffrance est réelle, et la pratique médicale basée sur les évidences scientifiques", juge le Dr Desenclos.

Maladie infectieuse causée par une bactérie et transmise par une piqûre de tique, la borréliose de Lyme fait l'objet d'une vive controverse entre le monde médical et les associations de patients.

La controverse porte sur l'existence ou non de formes chroniques (c'est-à-dire dont les traitements classiques ne viennent pas à bout) de cette maladie, dont les associations réclament la reconnaissance.

Début avril, des militants ont aspergé de faux sang une maison du don parisienne de l'Etablissement français du sang, en soutenant sans preuve scientifique que la maladie de Lyme pouvait être transmise lors d'une transfusion sanguine.

"Depuis une dizaine d'années, des associations de patients, rejoints par quelques médecins et chercheurs et des activistes remettent en cause les connaissances acquises sur la borréliose de Lyme, son diagnostic et sa prise en charge", note le Dr Desenclos.

Cela s'est accompagné du "développement d'une offre de diagnostic et de prise en charge alternative sans base scientifique".

Le Dr Desenclos souligne l'existence d'"un important sur-diagnostic et sur-traitement antibiotique" pour la maladie de Lyme en France.

Ainsi, chez des patients consultant pour suspicion de maladie de Lyme, le diagnostic a été confirmé dans moins de dix pour cent des cas, selon une étude pilotée par l'hôpital Pitié-Salpêtrière (Paris), publiée l'an dernier dans la revue Clinical Infectious Deseases et reprise dans le BEH.

Dans le cadre du "plan Lyme", lancé en 2016 par Marisol Touraine, alors ministre de la Santé, la Haute autorité de santé (HAS) a émis de nouvelles recommandations en juin 2018.

Elles prennent en compte l'existence de symptômes "persistants et non expliqués" chez des patients.

Mais le milieu médical a rejeté ce concept de "syndrome persistant polymorphe après une possible morsure de tique (SPPT)".

L'Académie de médecine et le Collège national des généralistes enseignants ont conseillé à tous les médecins "de pas tenir compte" des conclusions de la HAS.

En conséquence, à la demande de la Direction générale de la Santé, la Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf) doit publier de nouvelles recommandations sur lesquelles s'accordent 25 sociétés savantes.

Soyez le premier à commenter cet article!

Laisser un commentaire

  • Maximum 250 caractères


Trop de sucres dans la nourriture pour bébé, prévient l'OMS
Être stigmatisé dès le plus jeune âge à cause de son poids laisse des séquelles
La couverture vaccinale dans le monde stagne dangereusement selon l'ONU
AVC : une prise en charge plus rapide pourrait améliorer la condition d'un millier de patients chaque année
VIH : un manque d'empathie de la part du corps médical peut pousser le patient à arrêter son traitement
Don du sang: la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'un an à 4 mois
Davantage de légumineuses, mais aussi de viande consommées dans le monde d'ici 10 ans
Arrêter l'alcool permettrait d'améliorer le bien-être mental des femmes
Soutenir l'agriculture locale serait bon pour notre santé mentale
Les relations néfastes pourraient être liées à une perte osseuse chez les femmes post-ménopausées
 Publicité 
 LES PLUS RÉCENTS 
Le cerveau connecté de Neuralink testé dès l'an prochain, selon Musk
Australie : des plongeurs au secours d'une raie manta
Quand une mère orang-outan veut mettre les voiles, elle se gratte
Une solution contre la fonte de l'Antarctique ouest? Des canons à neige
Les Vikings ont rasé les forêts, l'Islande reboise à tout-va
 LES PLUS LUS 
Planète: la seule issue se trouve sous terre, selon certains experts
Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines
Google ouvre son premier laboratoire d'intelligence artificielle en Afrique
A Cuba, les abeilles butinent heureuses et leur miel ravit l'Europe
Comment nettoyer l'espace des vieux satellites et débris spatiaux
La Lune dans cinq ans ? La NASA entretient le mystère
Les rideaux d'hôpitaux sont des nids à bactéries
L'activité physique pourrait aider à guérir d'une lésion de la moelle épinière
Un régime riche en viande accroît le risque de mortalité
Infarctus ne rime pas nécessairement avec arrêt maladie prolongé
 Publicité 
 En image 
 Publicité 
2011-2019 © Aux Frontières de la Science. Crédits photos: istockphoto. Page générée en 0.070 secondes. Blog d'actualités scientifiques réalisé par des passionnés.